Fics Juncky's World


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Fictions]Lulu

Aller en bas 
AuteurMessage
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: [Fictions]Lulu   Sam 28 Avr - 23:59

La toute première, bidonnez vous.

Lulu

Je ne sais pas ce que j'écoute, mais je l'écoute, c'est tout. La musique est entrainante et la voix envoutante. J'ignore combien de temps je suis restée sur mon lit à écouter ces chansons. Cela aurait pu durer des heures que ça m'aurait été égal. Je revient soudain à la réalité lorsque mon téléphone vibra -saleté d'appareil !-
Je décrochai péniblement et marmonai : "Allô ?
-Pizzeria Maurice ?" Excédée, je raccrochai ! Non mais je crois rêver ! Pizzeria moi ? Non mais j'vous jure !
Une fois tombée de mon petit nuage, rien ne pouvait m'y ramener. J'éteignai ma chaîne hifi et descendai prendre un truc à manger ... je suis de nature très gourmande.
Ah oué ... jme présente avant ... Lulu, quelque chose comme 16 pijes, pas trop grande, brunes avec des reflets roux -fantastique- ect ect ... Niveau caractère je suis narcissique, égoïste, jalouse, gourmande, gatée et chiante mais quand j'y mets du mien jpeux être super agréable à vivre. La seule preuve d'amour que je donne, c'est à un cheval du nom de Podrino, mais passons ... j'suis pas musique mais quand j'écoute Tokio Hotel, tout change. Il faut que je me confie et que je vous raconte pourquoi j'ai changé du jour au lendemain, j'en ai vraiment besoin.


Je vis seule dans un studio en plein centre ville pour mes études, en gros j'ai la paix et j'ai pu mes parents sur le dos ... j'les vois jamais et je me porte pas moins bien pour autant (j'avais dit que j'étais vraiment égoïste !). 'Fin bref, j'ouvre le frigo -c'est une action que je répète au moins 5 fois par jour ... c'est vous dire l'ampleur de la chose- et m***e ! Plus rien dedans ... c'est que ça file vite avec moi. Pendant cette période de l'année j'ai pas cours et je bosse pas (feignante je l'ai pas dit ?), mes parents m'envoie de quoi "survivre" toutes les deux semaines. J'prend mon ptit sac à main vite fait et j'descend au super marché du coin. A mon arrivée je remarque un gros trucs ... vous voyez genre vous rentrez un ticket et vous gagner peut être quelquechose ... fantastique on verra taleur hein. Jfais mon ptit tour tranquillou et là je croise ma meilleure amie :(oui j'en ai une quand même ^^) Elise. On papote 5 minutes avant que son portable vibre et qu'elle ne me quitte. Je passe à la caisse n°14 où la gentille caissière (oui l'ironie aussi j'en fait pas mal) me tend un ticket vert en m'expliquant que c'est pour mettre dans la borne. Histoire de dire que je pollue pas en balançant ça par terre (oui jsuis pleine de principes) je rentre le ticket dans la fente. A ce moment là, la machine tremble, les lumières clignotent, la musique se fait entendre ...

J'ai cru qu'elle allait m'exploser à la figure (remarquez ce qui m'arrive est pas mieux ...) mais à la place, des confettis, des ballons tombent sur moi. (imaginez la musique pourrie qui accompagne le tout). Imaginez vous, dans un super marché avec tous les yeux braqués sur vous -_-" c'est alors que je remarque le petit cadran lumineux au dessus de la fente pour mettre le ticket. "Félicitations !!!!!!" (youpi -_-") Quand tout à coup un bonhomme habillés en pingouin (ironique vous vous rappelez bien ?) surgit et me dit tout en me serrant la main : "Mes félicitations vous avez gagné !
-Oui merci j'avais djà vu ça -_-"
-Vous voulez savoir ce que vous avez gagné ?
-J'ai pas vraiment le choix je pense ...
-...
-Bon c'est pas que je m'ennuie Môsieur mais je dois ...
il me coupe (alors ça j'aime pas !) : - Alors j'irai donner ses badges V.I.P. pour le concert de Tokio Hotel à quelqu'un d'autre ...
-QUOI ?? (oui là j'ai crié j'y croyais vraiment mais vraaaaiment pas !)
Il me tend les billets et disparaît aussi vite qu'il est apparut. (j'aime pas ça non plus !)
Je suis bouche bée, les yeux fixant le vide, je ne réalise sûrement pas ce qui m'arrive. Quelque dix minutes plus tard, je "reprend vie" et je saisi mon téléphone pour appeler Elise. (après tout on a découvert en même temps ... c'est sur que le deuxième badge est pour elle !).
"Allô ?
-'lise ? tu peux être chez moi d'ici 5 minutes ?
-ouaich ^^
-ok à tout de suite"

Elise a la même réaction que moi ... sauf que par chance pour elle jla fait vite redescendre sur terre avant d'éclater de rire. Ses jolis petits yeux verts écarquillés ... bon sang que c'est drôle !
"Mais c'est quand ?"
Je n'y avais même pas penser ... sans attendre je regarde les badges ... le 28 septembre, le 28 c'est demain ! Trabendo ... oué c'pas loin d'ici ... (j'ai pas dit que j'habitais à Paris ?? fluteuh -_-") Sans plus attendre on prend nos sacs et on fonce aux Champs Elysées (oui nos parents sont limites bourges ... un studio dans Paris même ça vous fait pas comprendre ?) Enfin bref après un aprem de shopping, on essaye nos tenues pour être bah ... sexy (oui je suis comme ça aussi ... ça me rend vraiment antipathique tout ça mais jsuis résonnable avec les gars ^^'). Comme Elise aime pas trop se balader la nuit dans Paris, on se fait une soirée pizzas et elle reste dormir sur place. Ma nuit est très agitée, et si tout cela n'avait été qu'un rêve ? et si j'allais me réveiller ? et si ...? Je me réveille en sursaut, des gouttes de sueur coulent sur ma joue. Je regarde mon réveil : 3heures du matin, et à coté, les badges. Ce n'était pas un rêve. Je me rendort très vite mais cette fois c'est le noir total, jusqu'à ce que mon réveil me fasse entendre un *BIIIIIIIIIP* plus aigu qu'autre chose. (restons zen, si tu le balances par la fenêtre tu pourrait te casser un ongle ... égoïste rappelez vous). Je réveille Elise qui a taxé mon clic clac et nous déjeunons ensemble quand quelqu'un sonne à la porte. (Comme si c'était une heure pour sonner chez les gens -_-"). Je vais tout de même voir ce que c'est : le facteur ^^ ça va que je l'aime bien lui ... il a un paquet sous le bras, il me fait signer le reçu et s'en va ... Etrange, moi qui ne reçoit jamais rien ...


Je ferme la porte et ouvre le petit colis : le dernier samsung. O.O ma parole j'hallucine ... ! Il y a un petit mot chiffoné pour accompagner la chose :
"Coucou ma chérie ^^
Comme tu le vois j'ai pensé à toi pour ta fête ^^ Je crois que c'est le dernier cri et que c'est ce qu'il te fallait non ?
Les affaires me rapportent beaucoup en ce moment, il faudrai que tu viennes voir notre nouvel appartement un de ces jours !
Notre numéro est déjà rentré dans le téléphone ^^ Le code pin, tu le connais ^^
Bisous
Papa"
Waou ! c'est grave flippant tout ça ... Elise et moi passons la matinée à papoter puis, nous allons au restaurant le plus proche. Après avoir bien mangé,
nous allons nous reposer dans un parc, à l'ombre des arbres. C'était vraiment une belle journée. Une envie irrésistible me prit (ça m'arrive des fois ...)
"Miss ?
-Oui ? répond Elise limite endormie.
-J'ai envie de gauffres et d'un milkshake comme quand on avait 10 ans ^^
-J'pensais pareil, me répond elle avec un large sourire.
-On va chez ShakeLand (oui le nom est vraiment à ierch ...)
-Ouéééé ^^"
Elise prend une table pendant que je vais au toilettes me laver les mains. Je suis sur le point de sortir quand je surprend une conversation en allemand.
(alors là faut pas chercher, je parle Anglais, allemand et espagnol ^^) *paroles directement traduites*
"Mais j'en ai rien à faire !
-Calme toi enfin ..."
La conversation baisse en intensité, je sors donc. (oui je suis aussi TRES curieuse). Et là je percute quelqu'un (rrrrrr).

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:00

"Tiiiiiiiiiiiiin !
-Pardon mademoiselle. Je lève les yeux et je vois le serveur ...
-Pas de problème ^^' là c'est ma faute, dis-je avec amertume (je peux pas supporter d'avouer mes erreurs)"
Je regagne Elise ... le bar semble vraiment bondé d'un coup.
"C'est quoi ce foutoir encore ?
-J'en sais trop rien ... les filles sont limite hystéro.
-Oh pitié pas ça -_-""" je hais les hystéro."
Alors le pire du pire c'est quand j'entend un cri à faire péter les carreaux. Je me retourne et là j'entend des "Bill ich liebe dich" ou encore des "Toooom"
Didyou ! Qu'est-ce qui se passe encore ... le temps que ça cogite dans ma ptite tête ... "de l'allemand" et des "Bill" ou des "Tom" est-ce que ... ?
Dix minutes plus tard, les poufpouf sont parties et deux "gorilles" font sortir Tom et Bill Kaulitz, guitariste et chanteur de Tokio Hotel. Avant de sortir, Bill pose un regard sur moi... puis s'en va. Elise est là, sans rien faire. (genre les gars dans les cartoons, dès qu'ya une belle fille, ils sifflent avant d'avoir la langue qui pend jusqu'au sol"
J'ai oublié de préciser que la miss craque ce qu'on pourrait qualifier de littéralement sur Tom.
Moi, toujours aussi sympathique, me dit qu'il faudrait mieux qu'elle reviennent sur la Terre tout de suite :
"ON LES VERRA CE SOIR !" Elle sursaute. J'ai pas raté mon coup là ^^ On laisse un pourboire et on rentre chez moi, pour se préparer à ce qui s'annonce comme la plus belle soirée de notre vie ^^"

Elise prend vraiment son temps ma paroles =.= remarquez quand elle sort je comprend pourquoi : pantacourt noir, long débardeur rouge avec un petit dos nu noir bien décolté par dessus. Attendez ! Maquillée en noir, pas trop voyant ni trop discret, et puis ses magnifiques boucles d'oreilles en diamant et des anneaux noirs. Jvous dit pas le temps qu'elle met pour choisir (enfin !) des converses blanches avec des lacets noirs et rouges. Pour ma part c'est simple, beau et rapide (oui j'avais pu le temps avec cte miss là =.=) : mini jupe noire, un dos nu (c'est une manie ma parole !) orange et blanc. Je relève mes cheveux, un ptit coup de crayon par ci et par là, un ptit peu de couleurs sur les yeux, du gloss et on ... OUPSSSSS ! Mes chaussures ^^' Bottes noires, talons aiguilles ^^ je disais donc on peut partir.
18h30 : On arrive devant la salle, jsuis crevée ... (FEIGNANTE !) On montre nos badges ... le bonhomme semble ne pas vouloir nous laisser entrer. (au purée manqué pu que ça !). Il prend son talkie-walkie (il ferait presque peur =.=) puis il nous emmène à l'intérieur du bâtiment. Il nous entraine dans une petite salle et ferme la porte. Nous voilà seules, les yeux dans les yeux, calmes mais appeurées. Pendant une dizaine de minutes, rien, le silence. Puis des pas résonnent dans le couloir.


La porte s'entrouvrit, puis un cri qui ressemblait bien à un mot grossier (en allemand 'videmment) se fait entendre. La porte se referma brusquement. Elise regarda sa montre, ses yeux laissaient voir une certaine frayeur ... je regardai mon portable : 18h55. Enervée, (impatiente jlai pas dit non plus ?) je me lève et vais ouvrir la porte. Un grand "bang" se fait entendre et un truc genre "boum" je regarde à mes pieds et ... oupsssss je crois que j'ai fait une victime là ... (impulsive ...encore un égaré d'ma liste ^^"")

Le jeune homme est étendu par terre, alarmée par le bruit, Elise arrive derrière moi et pousse un cri de stupeur. Là il doit être sonné le pauvre ... je sens que les autres vont pas aimer. Je le relève doucement et lui murmure un "pardon". Il me répond un truc dans genre : "Pas de problème, j'aime bien les filles avec du mordant mais je crois que t'en a un peu trop ^^' vas-y doucement la prochaine fois" On éclate de rire tous les trois. Georg (oui c'est lui ^^) se relève doucement.
"C'est vous les V.I.P. ?
-ya ^^
-... (Elise est coincée des fois ...)
-allez vite dans le public avant d'être en retard.
-danke ^^"
La miss et moi filons vite dans le public (c'est toujours plus pratique d'être bien devant ^^). Les chansons passent l'une après l'autre. Puis, vient la préférée de ses dames, la magnifique des magnifiques, celle où Bill fait monter une jeune fille. Calmement il regarde près de la scène et montre du doigt une fille. Sous le choc la demoiselle s'évanouit (=.=) je vais la relever. Elle me dit qu'elle ne peut pas chanter dans cet état, et me prie de prendre sa place (merci ^^'). Bill m'aide à monter sur scène.
A ce moment là, le monde semble s'être arrété de tourner.

Il me prend tout contre lui, et nous chantons ... moment si magnifique, innoubliable. Le morceau fini, je fais la bise à Bill et le remercie tout en descendant de la scène. Le public a sifflé mais j'imagine que si j'avais été en allemagne, à cette heure ci je n'aurai plus de tête ... le concert continue puis se termine. La foule applaudie et en redemande (attention c'est du sérieux !) et à ce moment ya une poufpouf qui crie un truc qui ressemble vaguement à "Bill ich liebe dich" rien qu'à son accent on comprend que c'est une allemande. Alors là on était mortes de rire, Elise et moi, parceque tout le monde s'est retourné vers elle ... je crois que si l'Homme pouvait tué du regard, cette demoiselle serai morte un bon nombre fois. Tout le monde sort, nous, on a juste le temps de se faire barrer la route par une bonne femme (alors celle là faut qu'elle se calme, toute en noir, limite starlette avec ses lunettes de soleil puis sont portable qui sonne tout le temps.) Elle nous montre un ptit couloir que nous empruntons.
Elle nous laisse devant une porte et s'en va, téléphone en main (=.=). Intimidées, nous ne bougeons pas. (IMPATIENTE roo !) Je toque à la porte. Doucement elle s'ouvre ...

'Tin j'hallucine, encore un gorille =.= il vérifie nos badges et nous conduit dans un autre couloir, plus petit, plus long, plus noir, en pente légère (là je sens Elise crispée, presque tendue). Puis, la lumière revient, et nous montons des esacliers larges (on aurait dit qu'Elise avait été sequestrée =.=). On monte environ 5 minutes (jvous ai dis que je haïssais les escaliers ? maintenant vous le saurez). Pis, la cerise sur le gateau, je m'apperçois que le gorille est plus là "_" alors je me dit qu'on doit monter encore un peu. Et c'est ce que nous faisons, alors que miss Elise gémit (oui elle commence à avoir des ampoules) je prette attention à un murmure :
"Chut miss !
-Quoaaaaa ? pleurniche-t'elle (chochotte)
-Ecoute un peu." Elle se tait et m'imite. Intriguées par ces chuchotements, nous nous engageons sur le côté, poussons une porte, puis une autre, les paroles s'amplifient, nous continuons et à ce moment là, on débarque dans une pièce plus grande, plus spacieuse, plus belle, plus luxueuse. A cet instant précis, les regardes des quatre jeunes hommes sont fixés sur nous (ça fait 8 yeux quand même ...). Ils nous regardent successivement. (Bill, lui, s'est remi à lire) Avant qu'un d'entre eux puisse dire quoique ce soit je commence à ouvrir la bouche. Mais aucun son ne sort de ma gorge, elle est comme nouée.

Moi ? Perdu la voix ? Jamais ça ne m'était arrivé. Jamais. Je suis toujours sûre de moi, des fois trop (jamais la langue dans la poche en gros). Je suis très franche peut être même souvent plus que nécessaire. Tout à coup (là jsuis bluffée), Elise prend la parole :
"Euh pardon dit-elle dans un murmure .
-Pas d'mal." répond Tom avec un large sourire (ce qui a pour effet de rendre rouge comme une pivoine ma ptit nélise.)
Apparemment, ma voix est revenue. (hum =.= pas trop tôt !)
"Je croyais que vous ne parliez pas français ..." à ce moment là, Bill me regarde et répond :
"Le problème c'est que nos fans allemandes sont très jalouses, autrement dit, on leur fait croire qu'on parle pas français histoire de garder le monopole de l'Allemagne ... c'est les producteurs qui pensent ça
-Ah oki.(je fais un sourire limite forcé, coincé)"
Tom se lève brusquement.

Il a sans doute vu quelque chose qui l'intrigue. Il regarde nos badges et tourne autour de moi tout en me fixant de ses jolis yeux (calme ta joie ptit gars !)
"C'est vous les V.I.P. ?
-Ou...
-Oui c'est nous, me coupe Elise.
-Comme j'allais le dire, oui c'est bien nous, repris-je.(comme si ça se voyait pas !) Tom sourit mais n'ajoute rien.
-Je suis Elise ... (elle rougit !)
-Et moi je suis Lulu ^^
-C'est joli comme tout vos prénoms les filles"
Je me retourne, c'est la première fois que j'entend Georg.
"Merci... (j'ai les joues légèrement rouges là)
-Oui c'est amusant" rajoute Gustav. Elise sourit comme une nunuche =.=
Bill, lui, reste silencieux, il m'intrigue vraiment. Si beau, si étrange, avec ses yeux si bien mis en valeur, ces yeux qui veulent tout dire. Je le fixe, il doit le sentir car il détourne la tête. Nos yeux sont les uns dans les autres. Il me sourit, je lui rend ce sourire.
"Bon alors !" crie Tom. (jvous raconte pas le saut que j'ai fait !)

"Oupsssss, pardon ...
-Hum, tu peux le dire (je hais les mecs =.=)
-Oui. (encore ce sourire ! ça m'énerveuh)
-J'ai adoré votre concert au fait ^^ (ça y'est Elise revient sur terre)
-Merci, répondent-ils (tous, sauf Bill)
-Bill ? (IMPATIENTE ! rentrez vous le dans le crane)
-Moui ? grogne-t'il.
-Qu'est-ce qui t'absorbe tant ? Il ne répond pas.
-La Diva ne souhaite pas répondre, se moque Tom.
-'tin la ferme toi ! réplique la "diva"
-Pfffff, t'es lourd Bill ! Ces filles doivent passer la meilleure soirée de leur vie (il nous regarde vite fait) et toi tu trouves le moyen d'être désagréable.
-TU ME LAISSES FINIR OUI ? (oula)
-Mais finir quoi ? réplique Tom, froidement.
-De lire l'article où on dit que t'as une copine" L'effet est très comique. Tom saute sur Bill pour lui saisir le magazine des mains, mais celui ci l'empèche de l'attraper.
(oui j'ai dit comique parceque ça continue !) Gustav et Georg se lancent dans la mélée. Je m'approche, tend délicatement la main et avec délicatesse prend le magazine.
Je lis vite fait avant de le balancer et d'éclater de rire. Ils s'arrètent tous et me fixe. Puis nous éclatons tous de rire.

Tom (toujours à faire le con celui ci) nous fait passer à table.
"Ché vrai, cha creuse de jouer de la musique pendant plus de deux cheures" dit-il la bouche pleine (charmant -_-), Elise, elle boit toutes ses paroles tout en mangeant.
Gustav et Georg plaisantent ensemble, quant à moi je fixe Bill, il est si mystérieux, si beau, si réservé. Pourtant, lors des interviews, il parle tout le temps. Je le trouve tellement fascinant. Il est tard, à ce moment là, tout le monde a fini de manger. Georg et Gustav se lèvent et repartent à l'hôtel. Tom et Bill paraissent encore frais.
Après plus d'une heure sans rien dire, Bill ouvre enfin la bouche :
"Vous voulez aller en boîte les filles ?
-OUaaaaaaaich, répond Tom
-Euh ben c'est que ... bafouille Elise qui rougit.
-Pour tout vous dire, les boîtes du quartiers sont pas terribles et si vous tendez l'oreille vous entendrez vos fans hystériques qui vous attendent." dis-je pour venir en aide à mon amie.
-Ah mince ... répond Tom la mine déconfite. (mais d'où sort ce mot ? xD)
-Tant pis, on va vous raccompagner chez vous alo...
-Vous vnez dormir à l'hôtel ? dit Tom avec un sourire plus grand que les autres. (oulalalala !) Elise est rouge comme une pivoine.
-Je crois que ça vaut mieux pas, on a pas les moyens.
-On s'occupe de tout, répond Bill, que je vois pour la première fois vraiment sourire. Elise est toujours immobile.
-Okey ^^ "(là j'ai dit ça avec une joie super grande.
On laisse la table en plan et on descend par un petit escalier (j'hallucine ! et nous on a mit 10 minutes à vnir et nous vla djà dehors !).
Ils nous font monter dans une grande bagnole (bah comme les stars quoi). Ya dla place là dedans O.O ! 6 places derrières, les banquettes se font face.
Elise et moi on s'asseoit l'une en face de l'autre. Tom s'asseoit tout près d'elle (imaginez une couleur entre le bordeau et le violet et vous avez sa tête) et Bill vient à côté de moi. Je le trouve même un peu trop proche.

La voiture s'arrète, Tom sort, Elise le suit, alors elle trop douée, elle trébuche et elle tombe dans les bras de Tom (elle l'a pas fait exprès du tout =.=). Bill les imite, jdois bien sortir aussi, et pour éviter que je ne tombe -comme vous savez qui-, il me tend la main.
"Merci mais je crois que j'ai pas besoin de ça ..." dis-je froidement et la *PAF* (ui je suis tombée -_-") alors là Bill éclate de rire (c'est sûr c'est marrant =.=) et me dit :
"Tu disais ?" et voyant ma mine, il commencer à s'inquiéter (oui ça fait mal, faut pas s'imaginer que c'est comme dans les cartoons).
"Tu peux marcher ?" Moi, fière (oui encore un de plus à rajouter à ma liste), je tente de me lever, mais ma cheville en a décidé autrement.
Elise est bien trop occupée à être pendue au bras de Tom pour voir ma détresse alors devinez la suite ... Bill me prend dans ses bras (Fièree !! z'imaginez bien que j'aprécie pas trop). Et me conduit dans sa chambre où il me pose sur le lit. Elise, quant à elle je ne sais pas ce qu'elle fait, elle a du passer la nuit avec môsieur le seducteur. Comme je le disais donc, Bill me pose délicatement sur le lit. Je le remercie en grommelant. Il regarde ma cheville :
"C'est pas bien grave, ça va vite passer" je souris (encore un sourire coincé). Puis je me cale contre l'oreiller (assise), dos contre le mur et je ferme les yeux. Je songe.
Puis je sens quelque chose près de moi. J'ouvre les yeux et là ...

Bill est près de moi, tout près, TROP près. Il s'avance encore, il est presque contre moi. (attention je reprend vie !) Avant qu'il n'aie le temps de faire quoique ce soit, je le repousse. (l'a pas l'air contente le doudou =.=)
"Pourquoi t'as fait ça ?
-Je peux te retourner la question ...
-..." A mon avis, il a trop l'habitude d'avoir ce qu'il veut le jeune homme =.= c'est pas une bonne habitude à prendre. Imaginez la tête d'un bébé à qui on vient de voler une sucette ... et vous aurez Bill à ce moment là.
"Toutes les filles voudraient m'avoir et toi, tu ne veux pas ?
-Moi je suis pas comme les autres.
-C'est bien ça que j'aime en toi." J'aime, il a bien dit ça ? Je souris, c'est ce que je fais quand je ne sais pas quoi dire.
"Bon on fait comment ?
-Pour ?
-Dormir ... j'ai qu'un lit deux places moi, dit il avec un ptit air vicieux.
-Même pas en rêve !
-Alors tu dors par terre ?" Le sol n'a pas l'air vraiment confortable (oui c'est un sol quoi =.=) J'hésite.

Et là un truc me revient !
"Je croyais que tu étais timide ... enfin c'est ce que disent les magazines.
-C'est pour avoir la paix.
-Ah... (il se rapproche.)
-Pourquoi ? (il se rapproche encore, je fais comme si je ne voyais rien)
-Ne recommences pas ! (oui c'est sorti tout seul ...)
-A quoi faire ?" Mais là il est trop tard, il m'a choppée (><) Il me regarde, j'essaye de détourner la tête. Il m'oblige à le regarder (j'aime pas ça du tout mon ptit gars fait gaff ><)
"Je t'aime
-P...pardon ?
-Je t'aime.
-Arrète tes conneries tu veux ?
-Mais je déconne pas, je t'aime !" Je me retire de son emprise et me dirige vers la porte mais il me retient par le bras. (><)

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:00

Je me retourne, je le regarde, il pleure, je n'aime pas le voir comme ça, lui si beau lorsqu'il sourit. Je craque, je lui prend la main et me rapproche. Je l'enlace, ma tête sur son épaule. Je sens quelque chose de chaud sur mon cou. Je retire ma tête de son épaule et le regarde. Les larmes sur son visage sont moins nombreuses, sont maquillage a coulé. Je ne supporte pas de le voir comme ça. Il approche ses lèvres des miennes. Je réfléchis à tout ce qui s'est passé, il a les yeux fermés. J'éloigne mon visage du sien, il ne voit rien, enfin je pense. Mon coeur bat la chamade. Je ne sais plus quoi faire, je ne veux pas le voir pleurer. J'ai toujours trouvé Bill magnifique, au début, j'aurai pu devenir hystérique. Et là, il veut m'embrasser, LUI ! Je me sens déjà très changée depuis quelques heures. En temps normal, le gars serait par terre. (kyaaaaaaaaaaa xD). Mais je ressent vraiment quelque chose pour Bill, pas pour la diva, pas pour le chanteur de Tokio Hotel. Pour Bill Kaulitz, simplement Bill.
Ses lèvres touchent maintenant les miennes, je lui rend se baiser. J'ai fermé les yeux. Continuer ? ou pas ? J'ignore encore la réponse mais Bill, lui semble déterminé. Un baiser est une déclaration.

Me rendant compte que ma vie est maintenant en danger (oui les poufs sont à tous les coins de rues mes amies !) je reprend la direction de la porte. Il n'essaye pas de me retenir, je prend l'assenceur, et sous le nez de la fille au guichet, je sors (oui ça doit lui faire bizarre, une fille qui monte avec des célébrités, puis qui redescends ...).
Les rues sont noires, les lumières des réverbères sont peu fortes, il est 3 heures du matin. J'entend quelqu'un marcher derrière moi, je ne me retourne pas mais j'accelère le pas, la personne fait de même, je cours. La peur m'envahit, pourquoi ne suit-je pas restée dans les bras de Bill ? Je m'engage dans une petite allée sur le côté. Et là ! Impasse ! Mon coeur bat à tout rompre. Je me cache derrière une poubelle, les pas se sont arrétés. La personne me cherche. Le bruit de pas sur le sol mouillé se rapproche de moi. Je sanglote. Je lève la tête.


Il sourit. Il pourra se vanter de m'avoir foutu la frousse ! (qui voulez vous que ça soit ?) Bill s'acroupit. Il me caresse la joue, ça me rassure vraiment. (mon caractère bien trempé décide pourtant autrement)
"Mes parents m'ont toujours dit de ne pas parler aux inconnus dis-je avec un voix de gamine.
-Je suis un inconnu ?
-Oui.
-Alors tu fais toujours ce que te disent tes parents ?
-Non ! crie-je (oula ...) en me levant d'un bon. Mes parents, si longtemps loin de moi ! Et ils voulaient reprendre contact avec moi !
-Ah ... j'aime pas les filles à maman et à papa ..." Cette reflexion est de trop, je dois le faire taire. Il s'est levé. La colère monte en moi, ses dernières paroles raisonnent encore dans mon esprit fille à maman, fille à papa. Un sourire narquois nait sur ses lèvres. Je ne peux en supporter plus ! Je dois le faire taire. Les mots raisonnent dans ma tête ! Laissez moi en paix ! Le seul moyen que je trouve ... c'est de ... ************************ -désolée cette partie est censurée- bon oki je sors ^^

Oui donc ... le seule moyen que je trouve c'est de ... Je ... lui saute au cou et l'embrasse. Il ne me rejète pas, après tout il n'attendait que ça. Moi aussi. Ma cheville ne veut pas se remettre de cette folle course. (oui vous vous rappelez d'un *PAF*) Il met ton bras autour de ma taille, et lentement, nous retournons vers l'hôtel. Les choses se corsent quand, les furies >< nous retrouvent enfin. Ce que je veux dire par là c'est qu'elles ont suivi Bill à sa sortie, mais avec ses grandes jambes, il a du les semer.
Les filles me fusillent du regard ! Elles me poussent par terre, je tombe violemment. J'ai mal, mes yeux se ferment, tout ce que j'entend c'est Bill qui appelle son garde du coprs et qui crie sur ses filles. Je sens qu'on me soulève. Tout est noir. Lorsque j'ouvre les yeux je suis dans un lit, cette pièce m'est familière. Ma vision est encore trouble, mon crane me lance. Je me frotte les yeux, je suis dans la chambre d'hôtel de Bill. Les garçons et Elise (tiens elle existe encore elle ? ... mes commentaires sont rares vous remarquez ...) sont dans un coin de la chambre, ils regardent par la fenêtre. Elise est adossée sur Tom. Je me redresse doucement contre l'oreiller. Bill a aussitôt remarqué que j'ai bougé, il accourt à mon chevet. Il sourit, il semble soulagé. Les autres se sont retournés, ils me regardent tous. Bill ne sait pas comment réagir, que doit il faire ? Je le regarde dans les yeux, comme pour lui dire qu'il peut faire ce qu'il a en tête. Après un moment d'hésitation, il pose un doux baiser sur mes lèvres.
"Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !"

Putin Elise tu me fais quoi là ????
"Oupssss ..."
Tom est mort de rire.
Georg et Gustav se regardent, sur le point de suivre le chemin de Tom.
Dans ces moment là, je préfèrerai encore être seule ... avec Bill ('videmment !). D'autres cris se font entendre, et des martellements au sol. Georg a tout de suite compris, il fonce vérouiller les issus. Tom, lui, est plié en deux par terre (tu vas t'en remettre un jour t'inquiète coco...). J'essaye de me lever, mais Bill m'en empèche, je le regard d'un air interrogatif.
"Tu as la cheville bien arrangée ma puce (il a dit ma puce O.O), tu dois la repose un peu" Gustav, a l'air tourmenté, il regarde par la fenêtre et la on entend des "HIiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !" encore plus fort. Il ferme les rideaux. Je lis dans son regard que les furies nous ont retrouvés.
On cogne à la porte. J'ai peur, je l'avoue, elles sont prètes à tout ! TOUT ! Les cris redoublent d'intensité (je HAIS les décibels en trop ><).
"Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiill", "Toooooooooooooooooooooooooooom" ... mes oreilles vont éclater !
Tom a -enfin !- repris son sérieux, trouve une solution pour nous faire sortir : on ouvre la porte, on fait sortir Gus et Georg, ils les emmènent en bas, puis Tom fait sortir Elise par la sortie de secours. Avant que Tom puisse rajouter quoique ce soit pour nous deux, Bill le coupe :
"Hors de question que Lulu subisse ça ! Dès que vous ètes partis, je referme à clé, et je reste avec elle !" Tom accepte.
Gus et Georg sortent, ils descendent, tout en disant que les autrs arriveront ensutie, qu'ils ne sont pas prêts.
Les paroles s'estompent, Tom pose la main sur la clanche. "NON !" Il me regarde, d'un air interrogatif, puis écoute, on entend encore des filles pouffer derrière la porte (d'où le nom de pouff -_-"). Il prend Elise tout contre lui, sort en renversant des filles et court le plus vite possible. Bill, lui ferme la porte à clé. Mais certaines filles ont vus qu'il était à l'intérieur, elles tambourinent à la porte. J'ai encore peur. Bill le sent, il s'approche et me prend dans ses bras tout en me murmurant :
"Je ne les laisserai pas te faire de mal, je te le promet." La porte commence à céder sous le poids des harpies.

Bill me prend dans ses bras, me soulève et va me poser dans la salle de bains, il saisit son téléphone et court me rejoindre en prenant soin de fermer la porte à double tour. Elles crient fort, vraiment trop fort. Je suis fatiguée, affaiblie, je me sens partir. Bill me tapote sur les joues mais je ne réagis pas. Mes yeux se ferment lentement.
Je m'endors. Comme si je n'allais jamais me réveiller, je dis juste "je t'aime" à Bill. Je ne sais pas combien de temps je reste ainsi. Quand je me réveille, je suis dans les bras de Bill, il me sourit. Les harpies crient encore. (zallez vous taire bande de crétines ><).
"Tu vas t'en remettre ? murmure Bill
-Je pense que oui, dis-je dans un petit sourire. Combien de temps jsuis restée comme ça ?
-1 heure environ. J'ai pu de batterie dans mon téléphone, on est coincés là.
-Bill ?
-Oui ?
-J'ai peur.
-Je suis là, je suis là, dit-il en souriant.
-Elles veulent juste te voir. Vas-y.
-En te laissant là ? Si faible ? Non ! Hors de question !
-Ne t'inquiète pas pour moi.
-Si elles te voient, elles te feront la peau." Je suis une grande fifille, fière (non c'est pas vrai ... vous le saviez pas encore ?) mais là je suis bien trop fatiguée pour pouvoir me battre contre des mini-pu**s en jupon. Je souris. Bill pose délicatement ses lèvres sur les miennes et dit aux jeunes filles de s'écarter car il va sortir.
Les filles hurlent de joie. Moi j'ai encore peur. C'est un sentiment très nouveau en moi.

Bill ouvre la porte, sort et la referme le plus vite possible. Les cris redoublent d'intensité. (=.= la feeeerme bande de c***es !). Je crois qu'une des filles m'a vue (me cherche pas, jpeux être vache). La porte s'ouvre lentement. Une fille, grande, blonde, plutôt jolie rentre. Je me relève et la regarde d'un air de défi. (kaï kaï ><).
Elle m'insulte en allemand. Je lui répond en français (oui je peux pas supporter qu'on m'insulte dans une autre langue ...) :
"Tu te prends pour qui toi ?
-..., elle ne sait pas répondre.
-Pour qui te prends tu ? dis-je d'un ton glacial en allemand.
-Me cherche pas minus. (aurai-je oublier de préciser que je suis un peu ... petite ? oui ? bon vous le savez maintenant.)"
Les cris ont disparus. Je la regarde avec mon air vraiment vraiment méchant (oui je suis petite mais je peux vraiment être méchante). Elle va me sauter dessus (tiens qu'elle essaye juste pour voir) mais à ce moment là, Bill revient. La fille fond littéralement.
"Pov cloche va, dis-je en français."
Bill n'a pas tout compris. Il lui signe un autographe et elle part en me fusillant du regard. (pov cloche j'ai dit !)
"Tu vas bien puce ?
-Oui.
-Tu es sûre ?
-Certaine, dis-je en esquissant un petit sourire."
Je ne vais pas bien. On le voit très bien. Je ne veux pas lui mentir. Il s'apprète à sortir de la pièce.
"Bill ?
-Ou.."
Il n'a pas le temps de répondre que je lui saute au coup pour l'embrasser. (c'est agréable le piercing dites donc)
"Moi aussi je t'aime, dit-il avec un sourire radieux.
-Bill, je t'aime vraiment mais...
-Mais ?
-Non rien.
-Dit moi."
J'hésite vraiment à lui dire ça. Il va souffrir et je le sais pertinemment. Je ne veux pas ça pourtant. Puisque je l'aime. Mais je le perdrais si je ne lui dit pas. De toute façon je le perdrai même si je le lui dit.

Je lui prend la main. Nous descendons lentement les escaliers. Puis nous arrivons en bas. Les portes sont fermées mais il y a des journalistes à l'intérieur.
(retenez moi où je fais un malheure) et flash flash flash ! D'ailleurs ça plaît pas à Bill ! Il leur dit d'aller voir ailleurs si on y est et que sa vie ne les regarde pas !
On file vite vers la sortie de secours. Bill m'embrasse tendrement. Je ne peux pas tenir plus longtemps ! Je dois lui dire ! Je ne peux m'y résoudre.
Je lui tend un bout de papier avec mon adresse.
"Tu donnes ça à n'importe quel chauffeur de taxi et il tu te retrouveras devant chez moi.
-Ne pars pas.
-Je suis désolée, mais je dois rentrer Bill. Je voudrai rester mais ..." Il m'embrasse (encore ! j'avoue que j'aime pas trop quand on fait des choses à répétition avec moi mais ça je m'en plaind pas)
"Je comprend mein engel. (c'est trop chouuuuuu)"
Je sors tranquillement. Je suis limite morte de rire à voir le nombre d'hystéro qui attendent devant l'hôtel. Je reprend ma route, à pied. Puis quelqu'un crie derrière moi :
"Mademoiselle ! Mademoiselle !"
Je me retourne, c'est une femme avec un bloc note, suivie d'un gars avec une grosse caméra. Ils reprennent leur souffle, la bonne femme se présente. Elle est allemande (son français fait pitié =.=), elle travaille pour un magazine. J'ai retenu ni le nom du mag ni le nom de la bonne femme.
"Nous voudrions vous interviewer, c'est possibl...
-Je n'ai rien à vous dire, dis-je en la coupant.
Elle regarde son caméraman, d'un air de dire "ça tourne"
-Vous ètes sûre ? Vous sortez avec Bill Kaulitz.
-Je vous demande pardon ? dis-je d'un ton glacial, presque agresseur.
-Ah, aurai-je touché un point faible ?
-Premièrement, ma vie ne vous regarde en aucun cas et deuxièmement, si je sortais avec Bill Kaulitz, ça ne vous regarderai pas plus !
Elle a une mine déconfite, mais elle a l'air bien borné (t'as pas l'air de caler à qui t'as à faire toa ><)
-Comment l'avez vous rencontré ?
-...
Elle a vu le badge autour de mon cou.
-Ah ! Vous avez gagné un badge ...
-ET ALORS ? (attention je m'énerve).
-Le groupe est-il agréable ?
Je reprend mon calme :
-Au cas où on vous demanderez, dites que vous ne le savez pas.
-Avez vous embrassé Bill ?
-Si vous me posez encore une question je vous...
Elle me coupe :
-Avez vous passé la nuit avec lui ?
-OCCUPEZ VOUS DE VOS AFFAIRES !!
-Merci pour tout mademoiselle."
Ils s'en vont. Mon portable vibre : "Papa" appelle ... les ennuis continuent je le sens.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:00

Je décroche (à contre coeur ... ça coule de source nan ><) :
"Allô ?
-Coucou ma chérie, c'est papa.
Ces deux mots m'ont toujours dégouté, et c'est pas près de changer : ma chérie, papa.
-Ah euh coucou 'pa, bafouille-je (saleté de langue française ><)
-Je voudrai t'inviter à dîner, enfin nous voudrions, ta mère et moi.
-Euh demain soir ... ?
-Pas de problème ma puce (ça c'est Bill qui le dit pas toi vieux shnock !)
-Je peux amener quelqu'un avec moi, j'aimerai vous présenter.
-Pas de problème, à demain."
Si ya bien une chose que je hais (oui encore ... ça vous étonne ?) c'est manger avec mes parents =.= c'est ... enfin vla quoi !
Je continue de marcher. J'arrive enfin chez moi. "Home sweet Home"
Je m'affale sur le canapé et allume la télé. Je suis la perfection même (vous l'aviez bien compris, je suis ironique) donc je tombe sur une chaîne qui n'est pas dans ma langue ... bah oui ! En allemand ! L'émission se termine. Je suis allée me cherche des chips (enfin je crois que c'est ça ...). Il est 20heures, ou plus. Ils ont passés des clips de TH tout l'aprem. Je ne retire pas mon regard de Bill, si mystérieux, et tellement ... enfin.
C'est l'heure du "20 heures" (zavez vu ! mon ventre me trompe jamais ... gourmande je l'ai dit celui là non ?). Le bonhomme commence :
"Et dans l'actualité du jour : la nouvelle petite amie de Bill Kaulitz"
Et là on voit quoi ? Une photo de nous deux ! Je recrache mes chips sur le parquet (putin la tache avec la mayo ><) J'essaye de reprendre mon souffle (oui ! pour les incultes je viens de m'éttoufer !) C'est l'interview que j'ai subie tout à l'heure ! L'autre pouf qui me pose des questions ! C'est mal sous-titré en plus.
Pourquoi on déforme toujours nos propos. Après ça la bonne femme a tourné ailleurs. Elle interroge des filles devant l'hôtel :
"Mesdemoiselles, si je vous dis que Monsieur Bill Kaulitz n'est plus célibataire ... (elle se fait couper)
-Je crois que c'est pas vrai dit une fille avec son air de snob.
-Impossible dit une autre.
-Et encore que ! La fille doit être laide, se vante une autre.
-Ouaieuh"
On voit tout de même la colère dans leurs yeux. On retrouve encore cette [putin] de bonne femme. Elle est assise :
"Comme vous le voyez, les fans sont en colère. Bill Kaulitz a trouvé une amourette dans la ville lumière.
Une fille avec un caractère de feu. Elle l'aurai déjà embrassé, et selon nos sources, ils auraient passé la nuit ensemble.
Nous vous tiendrons au courant dès que possible."
Je coupe la télé et balance la télécommande. Je me retourne sur le dos. Je zyeute mon plafond. Au bout d'environ 10 minutes, on sonne devant chez moi.
Je me lève et vais voir.

J'ouvre -péniblement- la porte. Bill se tient là, il attend. J'imagine bien ma tête ... (hurmf jvous passe les détails). Il entre, il a l'air en colère :
"-J'HALLUCINE !
-... si tu parles de l'interview...
-OUI ! COMMENT PEUVENT ILS FAIRE DES CHOSES PAREILLES !
-je suis désolée, dis-je la mine déconfite.
-Ce n'est pas ta faute ma puce. Il me prend dans ses bras, pour me réconforter.
-Je m'en veux de mettre emportée comme ça (... moi ? m'en vouloir ? O.O j'ai jamais demandé pardon ... jamais)
-Elle a su te prendre aux mots ! Seulement les fans vont pas apprécier.
Un cri retentit par la fenêtre :
"Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
-Tu vois, elles débarquent. Je suis... je suis ... désolée.
-Tu n'as pas à être désolé Bill, je parle toujours trop."
Il le dit rien. Mon regard lui laisse comprendre, que quoiqu'il fasse, je l'aimerai toujours. Il pose un petit baiser dans mon cou.
Je relève la tête et *PAF* (oupssss ... une nouvelle victime de Lulu =.= je suis pas douée ...) Je crois que son menton en a pris un coup...
"Oupssss ...
-No problem
-Là, je peux être désolée non ?
-Pas qu'un peu, ajoute-t'il."
Il me regarde. On éclate de rire. Et voila que quelque chose me revient : le dîner avec mes "parents !"
"Bill ?
-Humf ? (oui ça donne ça quand on se masse un peu le menton après un coup ...)
-Tu restes encore combien de temps à Paris ?
-Une semaine, mais je peux prolonger pour toi, dit-il en rougissant légèrement.
-Trop aimable.
Il me fait un sourire magnifique.
"En fait, mes parents m'ont invité à dîner demain. Je ne les ai pas vu depuis plusieurs mois et je me demandais si..."
Il pose sont doigt sur ma bouche. Son sourire veut tout dire. Il m'embrasse (et oui encore ^^) et dans un murmure, me dit un petit "oui".
Nous mangeons ensemble. (c'est pratique les pizzas ... sauf que le facteur se demande pourquoi y'a des hystéro dans la rue ... ce qui nous a bien fait marré ^^)
Puis Bill (gros feignant qu'il est) se pose sur le canapé. Je vient me blottir au fond de ses bras. Nous regardons un film d'horreur. (vive le double vitrage anti poufs xD).
Puis, dans ses bras, je m'endors.

Je sursaute (normal quoi quand vous dormez et que ce ***** de tél sonne, ça donne ça =.=). Je regarde partout autour de moi. Particulièrement ses bras qui m'entourent.
Je me lève le plus vite possible sans réveiller Bill pour répondre.
"...llow ? marmonais-je (vous remarquerez que c'est la 2e fois que le téléphone me tire de quelque chose d'agréable =.=)
-Lulu ? dit la voix.
-C'moua.
-Tu vas bien ?
-J'allais bien jusqu'à ce que tu me tires de mon sommeil Elise ... (oui jlai reconnu =.=)
-Oupsss ... mais il est 14heures quand même miss.
-QUOI ? cris-je. (oupss ... Bill a du entendre.)
-Euh oui donc, Tom voulait savoir si Bill était avec toi... il a disparu.
Je sens mes joues rougir.
-Oui il est chez moi... tu as dit Tom ?
-Euh oui ^^' il ... euh ... on a déjeuné ensemble.
-Moué moué ^^ bon je réveille Bill même s'il est...
-trop chou quand il dort ? m'interrompt-il. (cpas possible les mecs ça s'occupe toujours de ce qui les regarde pas =.= non mais jvous jure !)
-Bon jte laisse miss il est là.
-Bye"
Je raccroche. Bill me prend dans ses bras. Je suis toute génée. Il l'a bien sentit le bougre car il pose ses lèvres sur ma joue.
"Je crois qu'on t'attend ailleurs, dis-je tout bas.
-Ils peuvent encore m'attendre longtemps alors, répond-il avec un large sourire.
-Tu devrais quand même y aller non ?
-Je devrais ... tout comme je devrais aller à une interview avec le groupe ce soir. Mais je n'irai pas pour autant.
-Je refuse que tu fasses ça pour moi Bill !
-Et si je ne voulais pas y aller ? (son sourire devient narquois c'est trop drôle)
-...
-J'appelle Tom, il comprendra la situation après tout. Il me couvrera ^^
-...
-Sois pas triste mein engel ^^ on sera ensemble." Ma mine boudeuse s'en va pour laisser place à un chtit sourire.
Il cherche son tel quelque part dans une poche de son jean. Il le trouve [enfin] et compose le numéro.
Une sonnerie, deux sonneries, ça décroche :
"Tom ?
-Ouais ? (la voix de la marmotte a parlé)
-Je peux pas vnir ce soir, je reste avec Lulu, tu me couvres ?
-Pas de problèmes tant que tu me laisses finir ma sieste.
-Merci, bonne nuit.
-Derien."
Je me retiens de pouffer ... le haut parleur c'est bien xD.

Je commence à stresser, le dîner est ce soir.
"Lulu ?
-Ya ?
-Je me disais, on pourrait aller faire les boutiques ?
-Ouiiiiii ^^ Je dois m'acheter une tenue correcte pour le dîner =.= mes parents peuvent pas supporter les tenues de ville. Je suis désolée de te faire subir ça. Tu crois que tu pourras parler en français ?
-Certainement ^^ pour toi je pourrais tout faire."
Je me sens rougir légèrement. Il me prend la main et m'entraîne dehors. Derrière la porte, on entend encore des hurlements (euh vous avez campé ici ? =.=)
Bill comprend vite, à trois, on ouvre la porte et on fonce. Un ... deux ... trois ... Bill ouvre la porte, je sors, suivi de Bill.
Les nanas hurlent à son passage et me huent =.=
Elles essayent de retenir Bill mais je dois un taxi, et rapidement je l'interpelle :
"Aux Champs Elysées s'il vous plaît."
Bill arrive tant bien que mal à monter dans la voiture, cette dernière part en trombe, larguant les furies derrière.
Je tend une casquette et des lunettes noires à Bill. Il les met rapidement. Le taxi s'arrète, je lui donne 10€ (=.=) et nous descendons.
Bill regarde vite fait, il a l'oeil pour les magasins lui ^^ Nous entrons dans plusieurs boutiques, Bill sort avec plusieurs sachets.
Je n'ai rien trouvé pour moi. Nous nous apprétons à repartir, quand je passe devant une boutique de tenues de soirées. Bill a bien remarqué que la robe en vitrine m'a tapé dans l'oeil. Le prix me fait peur ... (350€ la robe ...). Bill me pousse à l'intérieur.
(tsssssst) et me fais essayer la robe. Mon dieu que c'est beau ! La robe est en dégradé, du bleu au noir, du haut vers le bas. Elle brille, c'est magnifique !
Un peu décolté, avec le bas en fente. Je la trouve si belle ! Enfin, je vais me changer, en confiant la robe à Bill qui va la ranger. Et nous sortons.
Nous rentrons chez moi à pied. Je vais encore devoir fouiller les placcards pour trouver une tenue correcte. Je m'apprète à aller dans ma chambre pour trouver l'idéal mais Bill me retient par le bras.
" ???
-Je serais toi, je mettrai plutôt ça.
Il me tend un sac. Je l'ouvre : je crois que je vais tomber dans les pommes !! Il m'a acheté la robe !!
-Bill tu es fou...
-amoureux de toi, oui ^^, dit-il avec un large sourire."
Je l'embrasse et file me changer. Je vais dans la salle de bains pour me maquiller ... jsuis pas la seule à le faire. Mon dieu O.O le barbare avec son noir sur les yeux lui.
Je suis radieuse (ventarde je dois l'avoir dit celui là...) et Bill ... mon magnifique Bill.
On prend -encore- un taxi (ça va me coùter cher ça je le sens ><) et on arrive devant le "nouvel" appartemment de mes parents ... en fait ils ont juste racheté l'appart d'à côté. Ma chambre n'aura pas bougée depuis que je l'ai quittée. O.O Mon dieu ! J'avais oublié ma chambre ! Je me tend rien qu'au fait de me dire que Bill verra ma chambre d'enfant.
Il m'embrasse sur la joue, comme pour m'apaiser. Il paye le chauffeur (bien que je tente de l'en empécher ...) Nous montons les grands escaliers qui conduisent à la porte de l'appartement de mes parents. Je sonne. Des pas retentissent derrière la porte.

Donc, comme je le disais, la porte s'ouvre lentement, laissant voir mes parents, un large sourir figé sur chacune de leur bouche. Ma mère est plutôt petite, belle femme, elle est bien conservée va-t'on dire. Mon père, vous voyez les hommes d'affaires, bah c'est pareil. Ils sont (comme toujours =.=) élégants : ma mère porte une robe rouge de boie bien moulante et mon père un smoking.
"Bonsoir mesdemoiselles, dit mon père.
J'HALLUCINE O.O ! Mesdemoiselles ?
-Papa, maman, je vous présente Bill.
Ils ne semble pas génés.
-Enchantée, dit ma mère avec son air faussement enjoué.
Bill qui est un peu vexé (normal =.=), lui répond -en gentleman qu'il est- :
-Le plaisir et pour moi Madame.
-Ludivine, ce garçon est charmant me souffle ma mère.
LUDIVINE O.O elle a osé redire, le redire, ce prénom que je porte.
-'Man !"
Un sourire narquois nait sur les lèvres de mon père.
Nous passons par le couloir principal et soudain, mon père s'arrète devant une porte. CETTE porte?
"Cette pièce n'a pas changée, les murs sont toujours recouverts de posters...
Je deviens rouge comme une pivoine et le coupe :
-Merci papa, ça ira."
Nous nous mettons à table. Mes parents ont compris que mes goûts n'ont pas changés, enfin, la gouvernante qui m'a élevée (et qui fait à manger) a dû comprendre :
foie gras, magrets de canard à la crème, suivi de pommes de terre cuites avec la graisse du foie. Mmmh ... c'est délicieux.
"Alors ma chérie, comment se passent es édtues ? dit mon père avant d'enfourner de la viande dans sa bouche.
-Très bien, très bien. Merci
Ma mère fixe Bill (depuis taleur ... =.= lâche-le vieille chianlie !) Elle se décide à parler :
-Cette robe est magnifique Lulu, dit-elle en accentuant bien le "lu"
-Merci maman, c'st Bill quie me l'a offerte.
-Très bon goût jeune homme, dit-elle avec son large sourire.
-Merci Madame, répond Bill.
-Et que faites vous dans la vie Bill ? J'ai l'impression de vous avoir déjà vu ... dit mon père (tiens il s'est pas étouffé lui =.=)
-Je suis chanteur dans le groupe Tokio Hotel, je suis actuellement en promotion de l'lbum avec le groupe. C'est d'ailleurs comment ça que j'ai rencontré votre délicieuse fille.
-Tokio Hotel ... oui un groupe allemand non ?
-Oui Madame ^^
-Vous parlez très bien français, mais cependant votre accent vous trompe un peu."
Le dîner continue, les reflexions continunent elles aussi.
La mère demande à Bill pourquoi il se maquille, si c'est pour se donner un genre. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase !
Les larmes me montent aux yeux, je me lève et cours vers cette porte. Bill tentende eme rattraper, mais en vain.
Je me jette sur mon lit et pleure à chaudes larmes. je regarde autour de moi. Le décir
Bill entre en trombe :
"Lulu, c'est pas grav..., il se coupe.
O.O bon sang, je, j'ai ... O.O"
Oui ma chambre est tapisée de posters de TH. J'attend qu'il dise quelque chose. Je pleure toujours, il me prend dans ses bras et m'embrasse. Ma mère fait irruption dans la pièce.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:01

Je me dis que ma mère aller me mettre dehors, me mettre à la rue, me retirer tout ce que j'avais mais non, elle commence à parler :
"Ma chérie, tu m'a l'air fatiguée, tu ferais mieux de rentrer chez toi.
-Je vais la raccompagner madame.
-Merci Bill."
Nous repartons tranquillement. Je vous épargne la scène de mon père avec ses "chérie"
Nous descendons ces escaliers, ces escaliers qui font revenir en moi des souvenirs, tant de souvenirs. Des souvenirs d'une enfant pourrie gâtée, que tout le monde enviait. Que tout le monde trouvait trop snob pour pouvoir même imaginer parler avec elle. Même imaginer s'asseoir à côté de cette enfant que j'étais aurait pu les tuer. Maintenant vous comprenez pourquoi je me suis renfermée sur moi même, quand je suis partie pour mes études, ce fut une vraie libération. Vous comprenez pourquoi à certains moment, mon antipathie est très forte.
Bill, qui sens que je suis ailleurs, s'arrète.
"Lulu ?
-Oui ? dis-je, tirée de ma rêverie ou plutôt de ses horribles souvenirs.
-Tu ne vas pas bien ?
-J'aurai vraiment pas du t'emmener. Je sens une larme perler, puis couleur le long de ma joue.
-Mais c'est rien ma puce.
-Bill, tu ne peux pas comprendre ce qui me pousse à agir comme j'agit. J'aimerai te le dire mais je ne veux pas te perdre."
Bill ne répond pas. Quelque chose me revint à l'esprit. On voyait souvent dans les interview que la musique était ce qu'il avait de plus important pour lui.
Or il avait raté une interview pour venir avec moi. Nous sommes devant chez moi. Aucun d'entre nous n'a reparlé depuis cette phrase.
"Bill ?
-Oui ?
-Ne gâche pas ta carrière pour moi, je n'en vaut pas la peine.
-...
-Tu n'aurais pas du rater cette interview tu sais.
-Oui je sais, mais si je l'ai fait c'est bien parceque je t'aime.
-je ...euh, Bill, je..."
Il pose son doigt sur ma bouche, comme pour me dire de me taire, puis il me prend dans ses bras.
Je dors, je rêve ou plutôt je chauchemarde. Je vois mon père, ma mère, Bill et Tom. Oui, Tom. Et tout à coup, je tombe dans le noir le plus total, une lumière restée en haut, je tombe encore et toujours. J'entend cette voix. Je tombe encore et toujours. Les visages de mes proches tournent autour de moi.
Je me réveille en sursaut. Ma respiration est sacadée. Je regarde autour de moi, je suis assise sur mon lit.
Bill est à mes côtés. Qu'il est beau quand il dort. Je dépose un baiser sur le coin de ses lèvres et vais à la salle de bains.
Je me passe la tête à l'eau. Je suis horrible, on dirait que je viens de voir un fantôme. Je sais où je dois aller.
Il n'y a que là que je pourrai me sentir utile, et à mon aise. Voilà longtemps que j'aurai du accepter de prendre cette place.
Je retourne dans le lit. Etendue, fixant le plafond, je m'endors à nouveau.
La nuit paraît si longue. Je ne supporte plus cette situation, 9 heures, je me lève, vais déjeuner et me prépare.
Ouppppsssss ... (aurai-je oublié de dire que je suis un peu tête en l'air ...) je réveille Bill.
"Mfff ?
-Bill réveille toi, mais réveille toi bon sang !
-Un bisou ?
-Même pas en rêve.
-Alors je reste là.
-Raaa les mecs.Je l'embrasse, il me tire dans le lit, avec lui.
"Bill j'ai pas le temps.
-Même pas pour moi ?
-Ton frêre va s'inquiéter.
-Oh m****e !"
Il se lève, se prépare en 4eme vitesse. Je l'accompagne à l'hôtel. A pieds. Ma feignantise semble avoir disparue. (si vous croyez aux miracles évidemment ...)
Il y a encore des fans devant l'hôtel (ma parole elles campent là ?) Bill se fraye un chemin et m'envoie un baiser, comme pour me dire, à ce soir.
Quant à moi je prend mes jambes à mon coup. Ces filles sont folles ! Je prend un taxi, il m'emmène loin de Paris.
Dans un haras. Je cours. J'arrive devant ce box, box où loge mon seul ami, mon confident : Podrino.

Je regarde dans le box. Il est là, comme à son habitude. Il me regarde, puis hénit. Je m'approche de lui, le caresse et lui murmure quelques mots tendres.
Il rapproche sa tête de la mienne. Je vous l'ai dit, mon amour a toujours été pour lui. Mes parents ignorent que je monte, ils trouvent ça idiot.
J'tentends un toussotement (forcé =.=), je me retourne et voir mon prire cauchemar, vision oubliée : Samantha (=.= elle est pas morte elle ?)
Cette fille (si on peut la qualifier comme ça ... je dirai plutôt cette pu*e en jupon) et moi moi sommes ennemies depuis quelque chose comme ... toujours =.= Elle est grande, mince, de longs cheveux blonds descendent jusqu'à sa poitrine. Elle a une face de rat (c'est moche jvous raconte pas !), ce qui m'énerve le plus c'est que est CONSTAMMMENT en train de mâcher un chewing-gum... genre stressant ya pas mieux !
"Qu'est-ce que tu fous là toi ? dit-elle froidement. (pov cloche =.=)
-Je viens voir mon cheval.
Elle machouille de plus en plus nerveuseumement (je l'énerve kyaaaaa)
-J'croyais que tu montais plus.
-Quand tu t'occuperas de tes affaires, on verra ce que je peux faire pour toi.
-Pffff (pov cloche j'ai dit !)
-Tu m'excuseras, mais j'ai d'autres façons de perdre mon temps.
-C'est ça casse toi.
-Me cherche pas Samantha, tu pourrais le regretter tu sais.
-Tu me ferai presque peur, répond-elle sur un air de défi.
(Je vais me la faire ... kyaaaaaaaaaaaaaaaaa ! ><)
-Lulu ? crie une voix familière derrière moi.
Samantha a tout à coup les yeix écarquillés, je me retourne. Le jeune homme approche.
-Tiens coucou toua ^^ dis-je, un sourire nargueur au bout des lèvres.
-... (cte crétine a perdu la voix ... =.=)
-Tu vas bien miss ? me demande-t'il en rougissant légèrement.
-Oui merci et toi ?
-Mieux depuis quelques minutes. Il rougit encore un peu plus.
-J'y j'y crois pas ... T... To... To...Tom Kaulitz ici !! (tiens elle reprend vie l'autre saleté =.=)
-Quoi ? c'est le frêre de ...
-Oui, le frêre de Bill, me coupe-t'il.
Samantha ne sait pas où se mettre, elle s'en va (ô joie !)
-Merci Tom ^^
Il me regarde d'un air interrogateur.
-Tu lui as sauvé la vie ... encore un peu et ..."
Il éclate de rire. Je lui prend la main, pouis l'entraîne dans la sellerie.
Je prépare Podrino. Il est content le bougre.
"Tu sais monter ?
-euh bah ...
-non mais tu peux dire non hein ^^ comme ça je t'apprendrai.
Il rougit jusqu'aux oreilles.
-Je prend ça pour un oui ^^ Bon je te laisse Podrino, je dois aller régler quelque chose, j'en ai pas pour longtemps.
Je m'engage dans les écuries, jusqu'au bureau, où je trouve Emilie, propriétaire du haras.
"Lulu ? dit-elle tout en me sautant limite au cou (=.= hum hum ...)
-J'ai changé d'avis, dis-je, génée.
Elle sort des feuilles de son bureau. Je les lis brièvement et les signe.
-Te voila monitrice.
-Je peux commencer par un cour particulier maintenant ?
-Pas de problème, je t'attribuerai des groupes dans deux semaines.
-Merci beaucoup"
Je repart auprès de Tom, Samantha pendue à son bras =.= Une lueur de désespoir brille dans ses yeux.
"Bon on commence par la tenue Tom ?
-Oui bien sûr, dit-il, en se débarassant de l'autre c***e
Je lui rentre son maillot dans le jean (non mais jvous jure, et je lui met une bombe.
-Voila tu es impec' on va cherche le cheval que tu dois monter oki ?
-euh ok..."

Je l'embrasse sur la joue (calmez vous =.=) pour le rassurer.
Nous repartons dans les écuries, où je lui présente Lingote. Nous le préparons ensemble, et nous prenons la direction de la carrière
J'aide Tom à monter (jvous passe le nombre d'essai qu'il nous aura fallut ...) puis je monte à mon tour. Il est plutôt doué (oui à côté de ça ^^), je dois l'avouer tout de même ^^. La leçon touche à sa fin.
*BOUM* oui ... Tom est tombé ... Jsuis explosée de rire... pauvres de ses fesses.
Nous reposons toutes les affaires à la sellerie, puis je vais dire un petit mot de réconfort à mon amour de cheval.
"Tu veux vnir manger chez moi ?
-Jpréférerai que tu viennes passer un peu de temps avec nous à l'hôtel.
-Comme tu veux."
Tom rougit. (... hum sans commentaire)
Il appelle sa limousine ou du moins sa grosse bagnole noire. Il se met contre moi. Puis nous arrions à l'hôtel.
Nous allons dans le restaurant. Bill, Georg, Gustav et Elise (Tiens O.O elle est encore en vie ma miss ...) sont à une table.
Nous allons les rejoindre, je me met à côté de Bill. (aurai-je oublié de dire qu'il a tiré une tête étonnée quand je suis arrivée avec Tom ?)
Il m'embrasse dans le cou et me murmure un petit "tu m'as manquée". Je souris comme une idiote.
"Comment va ma miss ? dis-je à Elise, qui a été rejointe par Tom
-Oué oué et toi ?
-Oui ^^
-Aïe (oui ... Tom vient de crier)
-Was ? demande Gustav.
-J'ai mal au fesses...
Tout le monde éclate de rire
-La prochaine fois, tu m'écouteras un peu hein."
Les regards interrogateurs de nos amis nous pousse à raconter les exploits de Tom (oui parceque 8 yeux sur moi ... c'est euh j'aime pas ><).
Chacun remonte dans sa chambre : Elise avec Tom et moi avec Bill. Il va prendre une douche.
J'y serai bien allée avec lui mais ce rustre ne m'a même pas proposé O.O !
On frappe à la porte.
"Oui ?
Tom rentre timidement
-Lulu, je voulais te dire que ...
Je suis affalée contre l'oreiller.
-Oui ?
Tom semble géné.
-Merci pour la leçon ^^
-Derien Tom, dis-je avec un sourire."
Il n'est pas venu pour ça je le sens. Il s'en retourne néanmoins, je m'allonge et ferme les yeux.
Je sens quelque chose de froid, puis chaud, et doux sur mes lèvres. J'ouvre brusquement les yeux. (oui c'est le temps que ça monte et que je me souvienne que le piercing de Bill est dans sa bouche et non pas sur ses lèvres ... =.=). Tom fait un bond en arrière.
Bill est dans l'encadrement de la porte de la salle de bains, une larme coule sur sa joue.
"Bill ! Je ... ne ... je
J'éclate en sanglots. Bill repousse son frêre et me prend dans ses bras. Tom ne sachant pas où se mettre, sort.
-Pourquoi faut-il toujours qu'il fasse ça ?
Je sanglote plus fort.
-Ne t'inquiète pas, ça lui passera c'est sûr.
Il essuie mes larmes.
-Bill... je... je ne veux pas -je renifle- vous faire souffrir. Je t'aime tant.
Je sanglote encore plus fort (=.= pauvre de mon t-shirt ...)
-Je t'aime aussi, rassure toi."
Il sèche mes larmes, et dans ses bras, je m'endors.

Je me réveille, les bras de Bill m'entourent toujours (qu'il est doux). Je sors doucement du lit. Hop ! Salle de bains, je vais peut être me rendre présentable non ?
C'est bon =.= [enfin !]. Je me retourne pour prendre la direction de la porte.
Je vous raconte pas le saut que je fais ... Un sourire narquois naît sur ses lèvres.
"Tu comptais aller quelque part ? me questionne Bill (oui c'est lui qui m'a fait peur ! =.=)
-Euh ...
-Je le sens, je veux dire, quand tu t'éloignes de moi.
Je rougis. ('tin ... il me fait perdre mes moyens ! >< ça m'énerver ça vous pouvez pas savoir !)
-Tu veux venir avec moi ?
Il me prend la main et commence à me tirer dans le couloir
-Bill ... tu devrais ...
Il est trop tard, il est déjà dans le couloir.
-T'HABILLER ...
('videmment boxer c'pas géant ...)
Il revient en courant (jsuis pliée en deux ...) et se prépare.
(aaarg il va se creuver un oeil avec son crayon ><)
-On va déjeuner ? (tin mais je comprend pas comment il fait ... il est maigre comme tout et pourtant il mange tout le temps !)
-Non ... j'ai une surprise pour toi.
-Jamais le ventre vide mein engel.
Je lui fais une mine de chien battu, il craque. Nous descendons dans le hall de l'hôtel. Personne en vue ... (Bizarre ... très bizarre).
Nous voila au haras.
"Je te présente Podrino
-...
-Il va pas te manger nunuche."
Il a pas tout compris le pauvre ... c'est comique.
Je mme dirige vers la sellerie, la porte est entre ouverte. Les bribes d'une conversation se font entendre. (curieuseeeeeuh !)
"...que tu lui trouves à elle ? dit une première voix que je reconnais sur le champ.
-Je l'aime c'est tout, répond une deuxième personne. (tiens qui c'est ? ><)
-Regarde moi, je suis bien mieux qu'elle.
-Tu es superficielle et franchement j'aime pas ton air de sainte nitouche.
-Tu penses ! Dès que toi et ta doublure serez partis, elle ira voir ailleurs !
-Lulu n'est pas comme ça."
Tom sort en trombe (=.= oui au cas ou vous n'auriez pas compris, c'était lui et l'autre pouf blonde de Samantha)
Nous sommes nez à nez. Une larme coule sur ma joue. Non pas une larme de tristesse, mais une larme de rage.
Je revois les derniers jours, puis je me revois, ce jour où j'étais étendue sur mon lit, écoutant un groupe. Un groupe, un rêve que jamais je n'aurai pensé effleurer.
Je me demande bien qui je peux être, une fille qui change, qui change sans s'en rendre compte. Une fille qui change par amour, si toutefois c'est de l'amour.
Est-ce vraiment ça aimer ?
Je revois ces jours passés avec eux, notre premier baiser, notre première nuit ensemble. Je pars, et tombe dans les bras de Tom. La dernière chose que je vois, c'est son regard apeuré. Ce regard que je connais, sur le même visage, mais ce regard tant changé. Ce regard identique à celui de Bill. Tom tapote sur mes joues. Je ne réagis pas. Je tombe (encore ><) dans les pommes. (ça commence à me taper sur le système ça aussi >< ! Quoi ? c'est pas parceque je fais des belles phrases que mon caractère change pour autant.)

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:02

Où suis-je ? Je suis assise par terre, dans une forêt, seule. Les arbres sont immenses (encore un moyen de me rappeler que je suis petite ? =.=), leurs feuillages forment une vpute. C'est pas le genre beaux arbres, mais le genre arbre géant, fin, noir ... qui vous donne des frisonns dans le dos.
"Y'a quelqu'un ?" mon cri raisonne, ya d el'écho ma parole !
Je me sens tout petite (jaime pas ça ><)
Je me lève, deux chemins s'offrent à moi. Où sont les autres ? J'entend une voix au loin, tout s'élcaire (aïeeeeuh mes yeux ><), la voix est de plus en plus proche. Elle m'est familière. Au bout de chaque chemin, une lumière sintille, des visages se dessinent petit à petit. Je ne saurai jamais (... rester dans l'ignorance =.= ça me pompe !) ce que ça veut dire car j'ouvre les yeux. Étais-je au fin fond de mon âme ? Je vois un visage qui m'est connu, que je viens de voir à l'instant .. NON ! Je ne peux pas choisir entre...
"Lulu ? (Je HAIS quand on me coupe alors que je suis en pleine réflexion =.=)
-C'est moi. (comme si ça se voyait pas =.=)
-Tu m'a fait peur, je veux dire, quand tu es tombée dans mes bras.
-Tom ?
-...
-Où suis-je ? Où est Bill ? Et les autres ?
-Tu es dans ma chambre d'hôtel, les autres sont repartis en Allemagne et Elise a du aller chez son demi-frêre à Marseille. (c'est nouveau ça ? =.=)
-Pourquoi n'es tu pas rentré aussi ?
-Bill voulait rester mais le prod' l'a obligé à rentrer.
-Tom, c'est de toi que je parle, pas de Bill.
-Tu es tombée dans mes bras, et ne t'ai pas réveillée pendant plusieurs jours (cpour ça que j'ai autant faim ... =.=), comment j'aurai pu te laisser ?
-Mais Tom...
-Lulu, je ... je
-Non Tom, ne le dis pas.
-Je t'aime.
-Tom..."
J'éclate [encore =.=] en sanglots.
Tom me prend dans ses bras, je n'ai pas le coeur à le repousser. Il me laisse, seule, à nouveau. Avant qu'il n'atteigne la porte, je le rappelle.
Je cherche la force en moi ... 'tin elle s'est barrée où ? =.=
"Tom ?
-Oui ? demande-t'il en se retournant, une lueur d'espoir dans ses yeux.
-Je voudrais vraiment pourvoir te dire pareil.
-...
-Seulement, jpeux pas choisir entre toi et ton frêre, c'est tout tracé, vous souffrirez.
-Tu veux me dire ce que tu n'arrives pas à lui dire ? [pour ceux qui se souviennent pas, Lulu a un truc sur le coeur, si elle le dit à Bill, elle le perdra, si elle ne lui dit pas, elle le perdra aussi ^^ ... fin de la remémoration]
-Comment tu le sa.. ??
-Il me dit tout, on a pas de secrets l'un pour l'autre.
-Si je te le dis tu me prommets ..
-Oui, prommis" me coupe-t'il (>< cpas bientôt fini de me couper =.=)
Il s'approche et pose un baiser sur ma joue. (s'il l'avait fait ailleurs, c'était par terre qu'il se retrouvait. kyaaaaaaa xD)
Mon coeur bat à tout rompre.

Il est trop tard pour reculer.
"Si tu ne veux pas le dire ... commence Tom
-C'est bon.
-La dernière chose que je veux, c'est te forcer ...
-Tom, tu es si tendre avec moi, et pour te remercier, je trouve le moyen d'aimer ton frêre.
-C'est rie, dit il tristement.
-Je me lance alors. J'ai de gros problèmes.
-...
-Une bande de gars s'est mis en tête de me ... me ...
Tom s'asseoit près de moi, me serre contre lui.
-Il veulent me tuer Tom
-QUOI ? POURQUOI ?
-Quand ils m'ont vue sortir des loges avec vous, ils m'ont suivie, puis ils m'ont menacée de me tuer si ... si ...
Je pleure. (=.= si mon tèshirt s'en remet, on aua de la chance ...)
-Calme toi, calme toi, je suis là. (tu veux que je me calme alors que je suis pleine de convulsions ?? =.=)
-Si je ne vous volais pas. Si j'en parle, ils vous tueront, et quand ils jugeront que j'ai assez souffert, il me réserveront le même sort.
Je tremble, j'ai froid, ou peut être peur ... (vive la différence =.=) Tom me berce.
Je le regarde, sous cet angle on voit des choses cachées, comme la noirceur dissimulée au fond de ses yeux, la colère ...
-J'appelle Bill. ('tin le saut ! bah oui, il disait rien, ça fait peur =.=)
-Non Tom, tu as prommis.
-Je refuse de te laisser ici, en danger, et qui plus est à cause de moi.
-Tom .. je ... [arrêt sur image : zavez remarqué que jsais plus trop quoi dire en ce moment ... bah vous savez quoi ? ÇA ME SAOULE !]
-Viens avec moi. Enfin nous, rajoute-t'il amèrement.
[re-arrêt sur image ! Tom me demande d'aller avec lui ? O.O moi qui croyais avoir tout vu ... =.=]
-Je ne peux pas quitter mon cheval comme ça, je ne peux pas quitter Elise, mon appart'
-On s'occupera de tout t'inquiète
-Je suis déjà un frein à votre carrière en France, je n'accepterai pas de continuer !"
*Schrei! Bis du du selbst bist
Schrei! Und wenn es das letzte ist
Schrei! Auch wenn es weh tut
Schrei so laut du kannst!*
(ceci est une sonnerie de téléphone =.=)
Tom décroche :
"Allo Bill ?
-... (tiiiiiiin met le haut parleur !)
Je hoche la tête pour faire comprendre à Tom qu'il faut dire à Bill que je suis toujours dans les vaps.
-Oui elle rest révéeillée. (tu va me le payer cher ça mon coco ><)
-...
-Je sais pas si elle pourra.
Il me tend le téléphone, je le prend, ma main en décide autrament : elle tremble comme une folle ><
-Lulu ? Tu vas bien ma puce ? Je suis désolé d'être parti, je reviens dans quelques jours ne t'en fais pas. Tu me manques tant tu peux pas savoir !
-Si je pouvais en placer une aussi ... (=.=)
-Fais attention aux pulsions de Tom aussi.
[le temps que ça monte ... TUUUUUUUUT -gagné ... c'est monté !-]
-Pulsions ?
Bill éclate de rire.
-'toute façon, il touche un seul de tes cheveux pour faire autre chose que te protéger, il en soufrira.
A croire que mon caractère bien trampé me joue des tours >< :
-Jpeux me défrendre seule aussi, dis-je d'un ton un peu amer.
-Te vexes pas puce.
-Jte repasse Tom, il a des choes à tdire."
Je tend le tel au principal interéssé et lui fais signe de raconter le fin mot de l'histoire. Il sort, portable en main, j'entends juste un :
"J'espère que t'es assi..." et plus rien.
Moi jfais monter à manger et je m'enferme à clé. (gourmande powa !)
C'est fort goutu (ptite expression bien marrante xD)
J'allume la télé, tin jsuis trop douée =.= chaîne allemande. Jteins pas à revivre ça. Je coupe ctengin maudit et O.O ! Oh oh ! La gratte de Tom... la dernière fois que j'ai joué de la guitare, j'avais euh ... 12 ans ).) Je la prend et fais quelques accords. J'suis interrompue par des cris venant d'à côté (bon là ça me tape VRAIMENT sur le stystème ! ><)
"Tu vois pas que c'est notre faute ? On DOIT l'aider !
-...
-Tu l'aimes ou pas ?
-... (le haut parleur, il doit pas connaître =.=)
-Oh pis laisse tomber !"
J'ouvre la porte, Tom est rouge de colère.
-Tom ? dis-je timidement.
-Je ne le comprend pas !
-Tom je ..."
Il me dévore des yeux, la tentation doit être trop forte pour lui. Il me pousse dans la chambre, me plaque contre le mur et m'embrasse. Nos langues jouent ensemble ... Tsssssst (Kyaaaaaa) Je le repousse !
"Tom jtadore, mais tu pousses un peu trop là !
-..."

"Et Elise ? Tu ne vois pas à quel point elle t'aime ?
Tom ne sait pas quoi dire. [re-re arrêt sur image ... il est devenu muet ou quoi ?]
Il semble géné.
-Elle ne t'a pas dit ?
-??
-Elle m'a largué ...
O.O Pas possible !
-...
-Donc le seul obstacle entre toi et moi c'est...
-Bill, achève-je {dédi à sawa pour le achève-je xD}
-Et comme il est pas là ...
-NON Tom ! HORS DE QUESTION et arrète de me regarder avec ton ari vicieux veux-tu !"
Des larmes montent dans ses yeux (chochote =.=), ils sort. Tin =.= qu'est-ce que j'ai encore fait moi !
*tut tut tuuuuuut* (ça c'est mon tel)
"Oui allô ?
-Sale p**e
-Hein ?" Trop tard c'est raccroche =.=
J'en ai marre, marre, MARRE !
Je suis perdue sans lui, et son autre lui, sa moitié, que me fait des avantces : vives les situations qui tuent tout =.=
Je me pose sur le lit de Tom, mes yeux se ferment, je dors (encore oui !). Je suis à nouveau dans cette forêt, face à ce choix. Je crie de toute mes forces «Non !! Non !! Je ne peux pas choisir !! Je les aime trop» ma voix s'éteind, je suis à genoux, en larmes.
Je me réveille, en sueur, Tom à côté de moi. Il me tient, pour m'empécher de tomber du lit. (deux centimètres plus loin et ...) *PAF* Trop tard =.= (oui jsuis encore tombée !)
Tom me remet sur le lit :
"Qui dois-tu choisir ?"
Comment lui dire ? Comment m'expliquer que mon subconscient (oui j'ai pas de conscience ... mais j'ai un subconscient) me demande de choisir entre eux ? Comment ? Oui, Comment ?
"Personne ... c'était un rêve, rien de plus Tom, rien de plus.
-Tu oserais me mentir Lulu ? (tiiiiiin il est trop doué =.=)
-Euh ... dis-je en baissant les yeux.
-Jvois le genre.
-Oh Tom ! Me fait pas dire ce que j'ai pas dit !
-En tout cas tu l'as sous-entendu !
-Bah oui 'videmment c'est ma faute ! Oh pis Scheiße hein ! Moi jvais appeler Bill !
-A deux heures du mat' ?
-Re-Scheiße ! Tu sais que t'as le don de m'énerver toi.
-Merci, ce compliment me va droit au coeur.
-T'as aussi le don de me faire fondre ... dis-je en regardant encore plus le sol (cpas intéressant pourtant ...)"
Il s'approche de moi [sans commentaire =.=] Il me regarde dans les yeux. (tiiiin le séducteur qu'il faiiiit !)
Je fais monter la tension, je rapproche mes lèvres des siennes, à quelques millimètres seulement. Je sens le souffle tiède sur mes lèvres?
Il est indéci, je sais qyue c'est à ce moment qu'on verra queklqs sont ses sentiments pour moi.
Il effleure mes lèvres, puis s'éloigne.
"Je suis fière de toi, Tom
-...c'est pas le tout mais jsuisfatigué moi.
-Bonne nuit Tom"
Extinction des feux. Je suis réveillée par un doux souffle sur mes lèvres, sans même ouvrir les yeux, je l'embrasse. Je le reconnaitrai partout. J'ouvre les yeux, les cheveux de Bill me chatouillent le cou, il me prend dans ses bras, me serre contre lui. Pas besoin de parler, nos regards veulent tout dire. Mes yeux scrutent la pièce rapidement : Tom n'est pas là. Bill semble fatigué, sûrement le voyage. Il prend ma main, et m'entraône dehors, du moinsz en dehors de la chmabre. Nous déjeunons ensemble, puis nous partons dans le parc le plus proche. On y retrouve Georg et Gustav (gâcheurs de romance vah =.=). Ils sont contents de voir que je vais mieux. je me demande où est Tom. Bill m'entaîne dans un endroit plus romantique, nous sommes seuls. depuis notre coup de fil, je ne l'ai pas entendu, il se décide à parler :
"T'inquiète pas pour Tom, il est en ville
Voyant mon air &étonné, il reprend ;
-Je vois bien que tu te tracasses, je le trouve étrange ces derniers temps. Par exemple, cette lubie de te proposer de venir avec nous... je ... Lulu, viens avec nous (t'es contradictoire mon ptit Bill ...)
-Bill ... je ...
Je l'embrasse
-Lulu, j'ai besoin de savoir, as-tu couché avec Tom [charme rompu =.=]
-Bill ... il a voulu m'embreasser, il l'a fait, je ne pouvais le supporter car je t'aime trop. Je l'ai repoussé.
-Tu m'aimes ...
-Oui Bill" (jviens de te le dire !)
Il me prend tout contre lui, me protégeant de tout.
"Viens avec moi.
-Bill je ne peux pas vivre comme ça.
-Ils te feront du mal, je le sais et je ne laisserai pas faire ça.
-Lulu, je peux pas vivre sans toi c'est impossible.
-Moi non plus mais ..."
Jsuis coupée (kyaa marre d'être coupée !!) par le tél de Bill :
*ich bin nich ich wenn du ...*
"Allô ?
-...
-QUOI ? crie-t'il, paniqué. J'arrive !"
Trois heures qu'on attend, assis dans cette salle. Les autres nous ont rejoins. Nill est plus que nerveux. Il fait les cent pas. La peur se lit dans ses yeux. (troue pas le plancher Billou ...).
Puis David (le prod, pour les incultes) sort de la pièce voisine :
"C'est bon."
Bill se détend, je lui saute au cou. Georg et Gus sont super contents. Quand à Tom, il ne bouge pas (non, il n'est pas à l'hosto, rassurez vous =.=). C'est étrange comme réaction, il vient de décroche un super concert : le Bataclan, vous connaissez ? Il sort de cette pièce, sans doute trop plein de joie pour lui. Je le suis (du verbe suivre
=.=)
"Tom ?
-Laisse moi.
-Mais Tom...
Il fait volte face (encore un saut =.=)
-Tu devrais retourner avec ta diva.
-Tom ! Je te rapelle que c'est ton frêre !
-Mon frêre ... oué c'est ça, exactement.
Il m'embrasse (3...2...1...) *BAFFE* (kyaaaaaa)
-Tom ! Tu..! Rooh ! cpas vrai !
-Quoi ? Bill et moi on a toujours tout partagé.
-Tom tu n'est qu'un...un... oh non me regarde pas comme ça !
-Lulu ? (aaa Bill mon sauveur ♥♥♥)
-Ah Bill, dis-je un sourire aux lèvres.
(Tom tu me tapes sur le système là tu sais ... =.= oui il me regarde encore avec cet air trop chou.)
-Tu peux choisir maintenant, dit-il sur un air de défi.
-Qu Quoi ? (O.O)
-Qu'est-ce qu'il raconte ? me questionne Bill.
-Bill..."
Je suis dans ma chambre, seule. Impossible est le mot qui me vient à l'esprit. Ils sont rentrés chez eux. Je ne peux toujours pas choisir. Téléphone qui vire =.=; [encore !]
Scheißeuuuh !
"Allow ?
-Coucou miss...
-O.O une revenanteuh ! Tu vas bien Elise ?
-Oui... et toi ?
-Jpourrais aller mieux.
-Je m'installe à Marseille, jsuis désolée dte laisser comme ça. Oh je dois y aller."
'Tin elle ma raccroché au nez =.=
Ma vie est monotone. Calme, ils m'apellent tous les jours, ils reviennent demain. Je regarde mon plafond. Toujours aussi blanc. C'est déprimant =.= vraiment très déprimant.
Toujours ce cauchemar, qui me réveille tous les soirs. Toujours ces larmes sur mes joues quand e me réveille en sueur. Toujours mon coeur qui bat très fort. Toujours ce choix insupportable. inchohérent même. Quelle heure est-il ? d'après mon horloge biologique (mon ventre =.=) il doit pas être loin de 20 heures ...
Mon frigo est vide (on perd pas les bonnes habitudes ^^')
Ma télé a faillir passer par la fenêtre (=.=) j'ai pas de radio. Je suis coupée du monde extérieur, jusqu'à demain.
J'ai rien à faire, hormis songer. (oui ... j'ai troujours remis au lendemain ce choix.) Si on récapepet' (xD) Je dois choisir entre le mystère, la gouue, l'imprévisibilité et la passion, la tentation, la séduction. Choisir entre deux jumeaux, liés comme jamais a vu, choisir. Mes yeux se ferment, encore cette fprêt, ces arbres, ces chmins. Et si j'en empruntais un ? Pour savoir ? Je m'aventure sur le chemin de droite, celui de Bill. le trajet se déroule sans embuches. Je ne sais pas si la fin sera identique.
Tout à coup un pic-vert se pose sur mon épaule (t'as pas intérêt à me chier dssus toi =.=) et cte sale bête me tape sur la tête comme il taperai un tronc d'arbre. (j'ai une tête d'arbre ? =.=). En réalité, c'est que quelqu'un cogne à ma porte. Encore [><] réveillée.
"Lulu ? crie une voix (ça c'est Georg à tous les coups)
-Moué ?
Il a pas du entendre.
-Lulu ? crie une autre voix. (serait-ce Gus ?)
-Oui j'arrive ! (bande de clanpins va >< !)
J'ouvre la porte, le quatuor rentre, Bill est indifférent, comme à notre première rencontre. Tom a une étincelle dans les yeux, quant aux autres, ils ne savent pas où se mettre.
F-A-N-T-A-S-T-I-Q-U-E n'est-ce pas ? =.=
-Vous allez bien ? dis-je timidement.
-Oué ^^ répondent Georg et Gustav.
-... (tiens les grumeaux sont muets ...)
-Bill ? Tom ?
-... (=.=")
-Boudez si ça vous chante. vous voulez boire quelque chosr vous deux ? dis-je aux deux autres.
-Bière ^^ (alors on a les jumeaux muets et les deux autres qui sont sinchros ...)
-Oki doki, jvais vous chercher ça"
Je vais à la cuisine et tente de prendre les bières sous l'évier =.=
"Zet lourds les gars !"
Oula =.= AH ! J'les ai ! Jretourne à côté et tend les canettes aux mecs.
"Sinon la musique ?
-...
-Vous ètes très bavards ma foi.
-On y va, dit Bill en se levant?
-Jreste ici, répond Tom (début des em*****s)
-Stu veux =.= (Bill a la moutarde qui monte au nez.)

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:03

Jrepasserai plus tard, j'ai à te parler miss. (tiens ! jsuis pas invisible ... Scheiße alors ...)
-Ok ..."
Les gars s'en vont. Me voila seule avec Tom (jsuis dans la Scheiße jusqu'au cou moi ...) Après un long moment de silence :
"Jvais me doucher.
-Jpeux m'incruster ? demande Tom, un sourire vicieux aux lèvres.
-Tom, tu es stupide tu sais.
-Tanpis."
Quelques 20 minutes plus tard, je suis prète. (quoi ? comparé à ma miss, jsuis rapide moi)
"O.O
-Quoi ?
-O.O
-C'est bon t'as une langue non ?
-O.O
-Tom arrète !
-T'es encore mieux comme ça !
-Euh ... merci ¬¬ "
Quoi ? Cma faute si restait qu'une mini-jupe dans mon placard ? Je m'asseois à côté de lui.
"Tom, écoute ...
-Non c'est toi qui m'écoute (le mal poli ><), jpeux plus supporter de voir Bill comme ça. Il t'aime. Moi aussi. Mais je suis moins important.
-Tom ... tu es si ..."
Je l'enlace, il dépose un baiser dans mon cou et s'en va.

C'est flippant le nombre de fois où je me retrouve seule ces derniers temps =.=
Bon je fais quoi maintenant MOI ? Tiens, jdois avoir du courrier now non ? Bon ... allons y. (comme dirait la pub à deux balles : c'est permi.) Je vais sur le péron, clés en main. J'ouvre la boîte. Aïeeeeeeuh ! (ça c'est ce que ça fait quand vous avez je ne sais combien de lettres qui vous tombent sur les pieds). C'est quoi ce bins ENCORE ?
Bon je ramasse le tout (tin mes bras ><) et je pose sur la table basse du salon avant de refermer la porte.
Je prend la première lettre qui me vient sous la main. Super, allemande, insultes. Avec ça on est bien partis me direz vous.
Je doit avouer que ça me dépasse -.- jsuis pas de nature patiente du tout du tout (dites pas que vous le saviez pas !)
Je prend le paquet et balance tout par la fenêtre. *TOC TOC TOC* (mais qui peut vouloir enquiquiner le monde à cette heure cii ?)
"Oui j'arrive =.=
J'ouvre la porte ... putin encore une victime =.= comme si on avait idée de s'appuyer sur une porte alors qu'on vient de toquer...
-Bill ça va ?
-Jme suis djà senti mieux.
-Rentre va.
-Tu m'a manqué tu sais. (maintenant je le sais oui =.=)
-Je ... tu ... toi aussi tu m'a manqué Bill, toi aussi.
-Je m'en veux de t'avoir imposé ce choix.
-Tom ne t'a pas dit ?
-Si. Je m'en veuxde faire souffrire tout le monde.
-Bill, tu ne fait pas souffrir tout le monde enfin. Regarde toi, du haut de tes 17 ans, tu es riche, beau, et célèbre.
-Tout ça n'est rien sans toi.
-Bill, je ..." J'aurai jamais le temps de finir ma phrase, il a déjà posé ses lèvres sur les miennes. J'entrouve la bouche pour laisser nos langues jouer ensemble.
Je ne sais pas depuis combien de temps ça dure, et je m'en fou royalement. Je sais juste que j'aime ça. Le portable de Bill vibre. (tiiiin)
"Allo ?
-...
-Jsuis occupé là !
-...
-D'accord.
-...
-C'est ça oui."
Il clap son tel d'un air rageux. Nos yeux se croisent. Il se décide enfin à parler :
"Il faut que j'y aille puce.
-Où ça ?
-A notre concert, tu n'as pas tes places ?
-Oups ... j'ai cru que vous m'en vouliez vraiment. J'ai pas eu le temps d'en acheter.
-Allez, viens, tu passeras avec nous.
-Oki ^^
-Au fait ... ça te vas bien les mini-jupes.
-T'es pas si différent dton frêre toi." Il me sourit d'un air niais. Nous vla devant le Bataclan (aurais-je oublié de dire qu'il est juste 10heures)
Ya djà du people, dont des allemandes en furies =.= Elles me lancent un regard tueur. (jconnais maintenant.)
Bill tiens fermement ma main. (jvais pas m'envoler, rassure toi.) Nous rentrons dans la salle, ils répètent, moi je suis posée, à les regarder.
Bill me fixe dans les yeux. Tom semble absent. Et devant ça les deux autres se bidonnent -.-
Les portes s'ouvrent, la salle se remplie, moi jsuis propulsée contre les barrières, tin elles vont me le payer cher. Les gars sont repartis. Moi je sens que je vais faire comme qui dirait un malheur !

Georg arrive : ça crie. Gustav arrive : ça re-crie. Tom arrive : elles deviennent hystériques. Bill entre sur scène : tiiiiin mes oreilles =.=
Le concert (si on peut appeler ça comme ça étant donné le fait que c'est 85% de cris et 15% de musique ...) commence.
Chansons après chansons. Les gars balancent de l'eau sur le public. Moi jme fais écraser ... ça monte un peu trop en moi :
"Cassez vous bandes de c0nnes !" Ah tin je respire enfin ! On me pousse encore une fois, c'est par terre. Bill rigole bien. (c'est sur ctrop drôle dme voir écrasée)
Freunde Bleiben, levé de t-shirt (décibels en trop, décibels en trop), je pense à Elise. Elle me manque ma miss. C'était notre chanson ça. Et voila Schrei. Je revois ce jour où Bill et moi on s'est vu pour la première fois. Il va choisir quelqu'un ... il pointe le public. Une blonde (qui se croit visée =.=) devient hystéro. Un type me tire sur la scène (heeeeey ! ><). C'est moi que Bill a choisie. (coïncidence ..?). Je prend sa main. Il me prend tout contre lui et murmure un ptit : "tu t'y attendais pas un puce ?" il me demande mon prénom (genre comme s'il le savait pas xD) et si je vais bien (la réponse coule de source ... toute fille dans ses bras lui dirai oui). Je chante mieux que la dernière fois (c'est rassurant ...). Autant la jouer fan. J'enlace Bill et le remercie. Je redescend dans le public. On siffle plus la les filles ... hein ? ><
Elles me poussent ces c0nnes ! On recommence pas bande de mini-puthes en jupons (jai rien dit ... jsuis en mini jupe aussi moi). Je les repousse avant de gueuler encore un coup. Tout ça va mal se terminer pour elles. Voila la dernière chanson. Tout le monde sort. (après en avoir redemandé, ça coule de source !) Moi jsuis interceptée par la bonne femme de la dernière fois (=.= tin lé encore là celle là ?). Elle m'entraîne vers les loges (cplus rapide que la dernière fois heureusement.)
Je toque à la porte. Les loges sont séparées cette fois. Bill est étendu sur un sofa. Il est out of service ça se voit. Il a les yeux fermés. Je m'approche de lui, je me penche. Je pose délicatement mes lèvres sur lui. Là j'ai pas tout calé, il ma tiré vers lui en ouvrant grands ses yeux. Je suis sur lui. Il me caresse la joue, m'embrasse. Touche mes cheveux. La porte s'ouvre à la volée =.= ça vous coupe pas du tout =.= et Tom apparaît :
"Oups, jsuis désolé ... on y va Bill" et il repart.
"On en été où nous ?
-Bill, t'a entendu ton frêre non ?
-On reprendra plus tard si ça te chante, dit il un sourire un peu vicieux sur les lèvres.
-Roooo"
Je me lève, suivie de Bill. On sort de la salle. Y'a encore des furies (pourquoi j'ai la méchante impression que je vais me faire taper ? ><)
Les gars prennent pas le temps de les regarder, ils vont dans leur grande bagnole noire. Je les suis tant bien que mal. On arrive à l'hôtel, encore du monde. (je croyais que les filles derrière la voiture nous lacherais quand on roulerais, mais y'en a qui ont tenu O.O).
On rentre dans l'hôtel. Je vais dans la chambre de Bill. Il va se doucher. Je pense que je peux aller dire bonne nuit aux autres pendant ce temps.
Je toque à la porte de Georg, jlui souhaite une bonne nuit, qu'il me rend avec un sourire radieux. Idem pour Gustav. Je toque à la porte de Tom :
"Oui ?
-Tom ?
-Rentre.
Je m'execute.
-Jvoulais te souaiter une bonne nuit ^^
-Merci.
-Oh fait, tu joues super bien (de la guiltare pour les incultes =.=), dis-je, génée.
-Merci ^^
-Bon, j'y go moi, Bill va s'inquiéter sinon ^^
-Bonne nuit ma chtite Lulu"
Je regagne la chambre, Bill est encore sous la douche (pire qu'Elise O.O). Je me pose sur le lit. J'vais l'appeler elle tiens ^^ J'allume mon téléphone.
Vous avez un nouveau message vocal.
Je compose le numéro de ma boite vocale (888 pour faire un peu de pub xD)
"Vous avez 1 nouveau message. Reçu aujourd'hui à 23h30 :
« On attend toujours tu sais quoi. Magne toi ou le brun y passera »
Fin des messages, menu princip..."
J'ai laché mon tel. Je m'effondre par terre. Bill, alarmé par le bruit (vu le ram-dam, ça aurait été difficile de faire autrement que d'entendre) arrive en courant. Je saigne (you-ou-pi =.=). Il crie. J'entends plus rien moi. Dodo Lulu ... Dodo

Si je réouvre les yeux, c'est parceque la lumière a percée. (kyaaaaaaa)
Où est-ce que je suis moi encore ? Purée, quel est le c** qui m'a foutu dans une pièce blanche ? Aaaaaaaarrg ! Jsuis attachée de partout O.O Instinctivement, je crie :
"Retirez moi çaaaaaaaaa !
Une bonne femme tout en blanc (la suite de l'épisode de l'autre tout en noir =.=) rentre :
-Calmez vous enfin mademoiselle.
-Me calmer ? Vous voulez que je me calme ?
-Oui s'il vous plaît.
-AVEC CES TRUCS QUI M'EMPECHENT DE BOUGER, ÇA ME SEMBLE DIFFICILE !
-Bon sang ! Calmez vous !
Je suis soudain prise d'un fou rire (nerveux, 'videmment)
-Où est Bill ?
-Qui ça ? (espèce de quiche vah -_-)
-B-i-ill ! Le gars qui m'a fait venir ici ! Jsuis pas venue en volant non plus !
-Ce traumatisme cranien est plus grave que je ne le pensais.
-=.=
(Maintenant qu'elle en parle, j'ai grave mal au crane moi =.=)
-Je vais me renseigner à propos de ce "Bill".
-Si c'est pas lui, c'est que c'est Tom.
-Reposez vous mademoiselle.
-Ça me semble toujours très impossible étant donné le fait que ma vessie va exploser" dis-je en marmonant.
Elle s'en va (Ô joie !) Où est la télécommande ? =.= Arrg ! Ya même pas de télé dans cte blaide ! non mais je rêve ! Rette miiiiiiich !
Une heure plus tard (j'ai compté les carreaux par terre =.=), la porte grince. Le quatuor infernal rentre.
Derrière on entendd un "pas plus de trois personnes par visite"
"C'est ça, c'est ça, répond Tom pour qu'on soit les seuls à entendre;
-Tu nous a encore fait peur Lulu ^^ commence Gus (oooh c'est mimi !)
-Une belle frousse ya ^^ rajoute Georg (en français s'il vous plait !)
-J'ai jamais entendu Bill crier comme ça, pire qu'une fille, ajoute Tom d'un air hilare.
-Tu vas bien puce ? me demande Bill, qui après aavir lancé un regard noir à son frêre, s'est assis à côté de moi.
-J'ai déjà vu mieux ...
Il m'embrasse.
-Mais tout compte fait ... ^^
-Que c'est mignon" dit une voix froide près de la porte.

Un gars est dans l'encadrement de la porte. (Brian de son nom =.=). La dernière fis que je l'ai vu, il me menaçait. Une lame froide collée sur mon cou, tel un matin d'hiver qui vous saute à la gorge quand vous avez oublié votre écharpe =.= Il ricane :
"Tu ne me présente pas ?
-Euh ... (jdois avour que là ... =.=)
-TROIS PERSONNES ! (vive l'infirmière ! Elle vient de me sauver la mise !)
-On va vous laisser tous les deux, dit Tom.
-A bientôt Ludivine, dit Brian sur un ton moqueur. Le ton de quelqu'un qui vous tient.
-ET DEPECHEZ VOUS ! ajoute l'infirmière qui les fait sortir en fulminant. C'est calme. Bill casse cet atmosphère insoutenable.
-Alors qu'est-ce qui s'est passé ?
-Quand ?
-Hier soir, t'es pas tombée tout seule comme ça parceque t'avais envie (dis donc t'es lucide mon ptit Bill).
-J'ai pas envie de te mentir, j'ai reçu un message de Brian.
-?
-C'est lui qui me menace. Hier soir, il m'adit de me dépcerche. Sinon tu ... tu ..
Je commence à paniquer (et à pleurer par la me^me occasion =.=)
-Je ?
-Tu y passeras"
Un blanc vous savez ce que c'est ? Bah là c'est pareil =.= en pire. Bill me prend la main.
"Ne t'inquiète pas pour moi. Ne t'inquiète pas.
L'infirmière (oui c'est bon, tu m'as sauvée, mais là tu me laches cocotte ><) entre, elle a pas l'air contente.
-VOUS AVEZ VU L'HEURE QU'IL EST ? LES VISITES SONT INTERDITES APRES 20h30 ! DEHORS ! DEHORS !
-...
-DEHORS !
Elle le pousse hors de la chambre.
-BILL ! NOOOOOON ! ME LAISSE PAS BILL J'AI PEUR."
Il n'a rien le temps d'ajouter, cte vieille peau l'a foutu dehors. (tu vas me le payer ><)
Elle m'oblige à manger une sorte de bouillie qui s'avère être des épinards (à en juger la couleur on aurait plutôt dit de la bouse de vache mais bon ...)
et elle me laisse, me disant que je dois dormir. Mais comment je peux dormir moi ? Bill est en danger à cause de moi !
23h53, je dors toujours pas. L'infirmière arrive pour prendre ma température (on a pas idée de venir enquiquiner les gens à ctheure là >< ! [dédi à jerem pour le "jtenquiquine xD"] non mais les gens dnos jours)
"VOUS NE DORMEZ ENCORE PAS ?" Elle voila qu'elle entreprend de me faire avaler un somnifère. Elle y arrive, tant bien que mal... (kyaaaaaaaa). Je plonge dans un profond sommeil.
Pas de rêve, pas de cauchemar. Le noir absolu. Je hais qu'on me réveille vous le savez ? Alors imaginez ma réaction quand l'infirmière l'a fait ... =.=
Pour ne pas négliger de détails, elle s'est pris une tarte ... [oupsss]. Elle a pas aimé -_- (remarquez moi ça m'aurait pas plus, mais elle l'a bien cherché hein)
On toque à la porte. Je me cache sous les draps. Je laisse juste de quoi voir qui vient. Et puis non, autant me cacher entièrement.
La silhouette se rapproche.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:04

Et si c'était lui ?
"Lulu ?
J'emmerge de sous les draps, toute tremblante, jvous raconte pas le soulagement quand j'ai vu le visage (en fait c'est les dreads ...) de Tom.
-Tu trembles ! Tu as froid ?
-Oh Tom si tu savais comme je suis heure de te voir ! (Jlui en saute au cou ...)
-Moi, moi aussi, dit il, légérement surpris. (ça se comprend rien qu'à peine)
Tu sors ce soir au fait. Bill viendra te chercher. Tu resteras avec nous , histoire de dire qu'il ne t'arrive rien ^^
-Ce soir ? Super ! Tu sais Tom, tu devrais pas gâcher ton temps à rester avec moi.
-Pour toi si ^^
-..." (j'ai rougis au cas ou vous zauriez pas compris !)
On passe l'aprem' à papoter (ça rend l'infirmière encore plus en pétard ... tant mieux c'est trop drôle xD)
18h00 tapante, je suis presque libre ! Tom me laisse. Bill arrive, il doit être quelque chose comme ... 18h30 ^^ Nous sommes dehors. ENFIN de l'air PUR !
Il entour ma taille de son bras, et lentement, nous prenom la route de l'hôtel (ils portent bien leur nom les TH quand même)
La nuit tombe vite ou je délire ? =.= 'Tiiiin, lé encore lion cthôtel de médeu ? Remarquez,tant qu'jsuis avec Bill, jm'en tamponne royalement.
J'entends des pas derière nous (si c'est encore des poufs, ça va mal finirpour elles ... kyaaaaaa ><) Bill a du entendre aussi : il accélère le pas =.=
"Oh vous deux !" 'Tiiiin ! Tom, tu peux te vante d'm'avoir encore fait une belle peur (ça fait un truc de plus à me payer ça...)
"Tom, tu n'es qu'un sombre cré...
-Je sais merci ^^
-Pas dquoi"
Et l'autre qui sfend la bille =.= On continue sur le chemin de l'hôtel.
OU je suis parano, OU ya encore quelqu'un qui nous suit =.=
Jfais minde d'avoir un lacet défait (heureusement que j'ai pas mes shoes à scratch, j'aurai eu l'air quitch). Jme baisse pour le "refaire".
Je délirais pas (pas encore les amis ... pas encore) ! Ya bien quelqu'un derrière nous.
"Euh Bill ?
-Qu'est-ce qui a Tom ?
-..."
Un, deux, trois, quatre, cinq ... (oui je compte bien, non je ne suis pas en train de réviser mes maths =.=). Ya 5 gars qui nous encerclent. (on est dans la Scheiße, la grosse grosse Scheiße).

Ils sont habillés en noir, tout en noir. (vous mfaites peur les mecs =.=). Bill et Tom ne savent pas trop quoi faire ... (ça se comprend).
"Lulu, reste derrière nous, me murmure Bill.
-Oh regardez c'est chou ! Ils veulent la protéger la ptite pétasse, dit l'un des mecs.
-..."
Mais qu'est-ce qu'ils veulent eux ? >< Ils vont rester planter là à nous foutre la trouille ? (les sarcasmes sont souvent la meilleure façon de dissimuler la peur)
Nous restons au moins deux minutes comme ça. Deux minutes aussi longues que l'existence sur la terre (c'est looooong ><) Jusqu'à ce qu'un des mecs se décide à parler :
"T'as ce qu'on t'a demandé salope ?
-...
-Tu me réponds ?
-...
Un gars s'est faufilé derrière moi. Il me choppe. Son bras autour de mon cou, il me menace d'un couteau. Bill se retourne aussi sec et crie :
-Lâchez là !
-Toi ta gueule ! Alors tu as ce qu'on t'a demandé ?
-...
-RéPONDS ! me crie le gars en resserant son étreinte. Je pleure.
-N... non !
-Bah tu vois quand tu veux !
Il me lâche, je tombe lourdement par terre. Bill et Tom accourent.
-Vous bougez pas vous ! crie le leader. Deux mecs arrivent. L'un écarte Tom, l'empéchant de bouger. L'autre envoie Bill valdinguer d'un coup de pied dans le ventre.
-Laissez tomber les mecs ya rien à tirer dceux là ! On scasse."
Le mec qui tenait Tom le lâche. Il tombe, sa tête heurte le sol. Bill est toujours étendu par terre, tordu de douleur.
Heureusement (pour moi et pour les garçons), y'a pas de sang. Je m'approche de Bill :
"Va voir Tom, moi ça va, suffoque-t'il (dis donc ... si là ça va, qu'est-ce que ça doit être quand tu vas pas bien =.=)
-Tom ?" Il ne répond pas. Je m'asseoie par terre, et pose sa tête sur mes genoux. Je le berce légèrement. Bill reprend un peu ses esprits pendant ce temps là.
Tom cligne des yeux. (tu m'as encore fait peur coco !).
"Oh Tom !" Je l'enlace. Et vla qui pleut. (vous vous dites : mais que peut-il arriver de pire ? bah voila =.=).

"Oh putin, murmure-t'il (bah dites donc ! c'est charmant)
-Tu crois que ça ira ?
-Oui oui c'est bon"
On reprend la route de l'hôtel. Bill soutient Tom, histoire de dire qu'il tombera pas comme une masse. On le laisse dans sa chambre.
"Bill, je vais rester avec lui.
-...
-Sois pas jaloux ! C'est toi que j'aime bon sang !
-Prend soin de lui, et de toi aussi, dit-il, géné.
-Prommis". Il m'embrasse délicatement.
Je prend le chemin de la chambre de Tom. (c'est à côté : c'est pas long : c'est impec pour ma feignantise)
Je pousse la porte, Tom est assis sur son lit, le visage enfouit dans ses bras. Il lève brusquement la tête et essuie rapidement les larmes qui coulent encore sur ses joues d'un revers de main.
"Tom, tu pleures ?
-Non, c'est bon.
-Jvais rester avec toi cette nuit, t'es daccord ?
-Oui Lulu, oui."
Je me glisse dans le lit. Tom en fait de même. C'est le silence absolu. (que j'aime pas ça =.=)
"Tu dors miss ?
-Je dormais, oui. (tssssst)
-Oupss ...
-Pas grave Tom ^^
-...
-Tu vas me dire ce qu'il y a Tom ?
-...
-Toom !
-Je ... je n'ai pas su protéger une des personnes auquel je tiens le plus. Je n'ai pas su te protéger.
-Tom, t'as pas à culpabiliser pour quelque chose qui n'est pas ta faute !
-Je n'ai pas su te protéger Lulu et je m'en veux. Tu ne peux rien faire contre.
-Tom..."
Comment voulez vous le convaincre qu'il n'y est pour rien ? Je me blottis dans ses bras et, maintenant protégée de tout, je m'endors.
Je me réveille brusquement. Tom bouge dans tous les sens.
"Tom !!!
-Non non ! non ! Luluuuuuu !
-TOM réveille toi !
Il ouvre brusquement les yeux
-Lulu tu vas bien ? J'ai eu peur.
-Tom je suis là, calme toi calme toi.
Je le prend dans mes bras.
-Lulu, je ne peux plus le supporter.
-?
-Je t'aime.
-..."
Il m'embrasse.

Tooooom tu me fais quoi làaaa ? >< On en a déjà parlé ptit gars ... impac dans 3...2...1...0 tin ça marche pu ! Pourquoi j'arrive pas à le taper >< aaaaaaaaaarg non mais j'hallucine =.= jvais peut être reprendre vie d'ici demain non ? Ah ça y'est je bougeee !
"Tom !
-...
-Tom, on en a déjà parlé !
-C'était plus fort que moi...
-C'est pas une raison. Contrôle toi un peu.
-Tu m'en veux ?
-Naaan (à ton avis ? =.=)
-...
-Bon jsuis crevée Tom, jpeux dormir ?
-...
-Roooo allez viens là !" Jlui fais un ptit calin et re-dodo (si je pouvais passer une seule nuit sans être réveillée ou sans prendre de somnifère ça serait le paradis vous savez.)
"DEBOOOOOOOOUT !"
Quel est le c0n qui me réveille à 6h00 du matiiiiin ? >< jvais me le faire !
"Lulu réveille toi !
-Naaaon
-Siiiiii !
-Tom j'ai dit non !
-On a un passage dans une émission TV et tu seras dans le public.
-Fantastique =.= (ça monte ...) QUOI ?
-Lève toi jte raconterai après !"
Je me lève (feignante : le retour !). Jsuis à peu près présentable. On descend tous ensemble pour manger. Tiens Georg et Gustav sont bien hilares aujourd'hui (... =.=)
Bill est en retard ... vous ètes vous jamais demandé combien de temps il mettait à se préparer le matin ? Pour vous répondre, je vous dirais bien très très trèèèèèès longtemps.
Quand "la diva" se décide à pointer le bout de son nez, on a déjà fini de déjeuner (cmalin ça =.=) Tout ça m'empèche pas de lui sauter au cou sous le regard triste et noir de Tom. Il mange rapidement. (après on s'étonne qu'il soit maigre ...) Nous arrivons au studio. Je me faufile à ma place. Par chance, personne ne m'a vue avec les garçons. Le "show" (si on peut appeler ça comme ça) commence. Le présentateur crie. Les garçons arrivent. Il leur propose de jouer un morceau. (c'était préparé =.=)
Les filles deviennent hystérique : forcémment Schrei ça explose tout. Fin de la chanson. Tout le monde applaudit. Le présentateur parle en allemand et traduis en français.
"Alors les garçons, la France vous plaît ?
-Oué ! Paris c'est vraiment génial, répond Tom.
-Il paraît même que vous auriez trouvé quelque chose que vous n'auriez jamais connu.
-Ah ? questionne Gus.
-On aurait vu Bill et Tom avec une demoiselle (oula oula ...) et la demoiselle en question serait dans le publiiiic."
Elles commencent à siffler. Vous voyez le genre grand spot qui tourne partout. Bah ça fait pareil. La lumière s'arrète sur moi. (=.=) Les gars sont inquiets, ça se comprend =.= mais qu'est-ce qui va ENCORE m'arriver ?

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:04

Le présentateur m'invite à monter sur scène. (be ZEN, be CALME, ne pas péter un cable =.=)
"Bonsoir mademoiselle ! me crie-t'il dans les oreilles (=.= ça tu vas me le payer ><)
-Bonsoir =.= (on m'a filé un micro entre temps)
-Comment allez vous ???
-On fait avec, et vous ? (ça c'est fait)
-Quel est votre prénom ?
-Ludivine. Lulu pour les intimes (autrement dit pas toi du c0n)
-Asseyez vous, je vous en prie.
(les groupies crient toujours =.=) Je me pose entre Tom et Bill.
-Alors ? Comment vous ètes vous rencontré ?
-(be ZEN, be POLIE) J'ai gagné des places V.I.P., lui réponds-je avec un sourire niais. (jten pose des question toi ?)
-Ah ... très intéressant ... avec qui avez vous le plus d'affinités ?
-Je les adore tous, ils sont a-do-ra-bles.
-Tom que vous est-il arrivé ?
-gné ? (ça donne ça quand on tire Tom d'un sommeil éveillé)
-Vous avez un bleu sur le front.
-Oh ça .. jsuis pas très doué... une porte a succombé à mon charme, elle a foncé dans ma figure.
Le public est mort de rire.
Bill passe sa main autour de ma taille (c'est malin ça encore =.=)
-Lulu (jtai autorisé à m'appeler comme ça >< ?), je vois que Bill ressent peut être plus que de l'amitié pour vous. Et vous ? Que ressentez vous pour lui ?
(SU-U-PER, je dis quoi moi ? =.=)
-Il est tout le contraire de ce que l'on peut penser. Il est très romantique, fougueux, comprégensitf et doux. Ilest l'homme de mes rêves, seulement, une chose m'empèche encore de vivre mon rêve...
-Ah ? Qu'est-ce ? Ou qui est-ce ?
-Moi, répond Tom."
Tous les regards sont tournés vers lui.

On est dans la scheiße
"Qu'insinuez vous par là ?
-Il insinue qu'il supporte difficilement de voir que son frêre est amoureux, il a du mal à être séparé de moi, le ocupe Bill.
-..."
Emission enfiiin finie. On est dans le loges, Bill fulminant contre tout.
"Mais pouqui ils s'occupent toujours de nos affaires ? Et pourquoi t'as répondu ça toi ? dit il en adressant un regard meurtrier à son frêre.
-...
-Jvais vous laisser régler ça, dis-je en me dirigeant vers la porte.
-Non, tu restes là avant que des journalistes te tombent dessus, ou pire, des "fans".
-Bill !
-Quoi ? dit-il, se retournant vers Gus (oui c'est lui qui vient de l'appeler)
-Calme toi, articule-t'il.
-Me calmer ? (tiens il me rappelle quelqu'un) crie Bill.
-Bill, calme toi, le supplis-je.
Il se retourne vers moi et me lance un regard noir.
-Très bien."
Je m'en vait, furibonde, sans répondre aux regards interrogatifs des gens sur mon passage. Je marche sans m'arréter, je marche jusqu'au parc où Elise et moi nous reposions il n'y a pas si longtemps de ça. Je me lâche lourdement sur l'herbe fraîche (tin mes fesses =.=)
"Lulu ? Lulu ?" crie une voix.
Je me fissimule derrière un arbre et attends. Plus rien. Je me laisse glisser le long du tronc. Une larme coule sur ma joue. Puis un autre, et une autre, jusqu'à avoir un torrent de larmes. (mes paaaaaauvres t-shirts =.=)
"Lulu ?
Je sursaute et tente de m'enfuir.
-Reste là, c'est moi.
-Laisse moi Tom.
-Bien."
Il s'en retourne. Je saisis sont bras et me blottis contre lui. Je sais pas cqui me passe par la tête : peut être est-ce son sourire, ses lèvres si bien dessinées, son regard, ses yeux noisettes, ou bien son charme naturel, en tout cas je l'embrasse.
Il se détache de moi, une regard fier et heureux orne son visage.
"Tom, je ... j'aurais pas du.
-Je sais.
-Lui dit pas que je t'ai vu. N'essate pas de me retrouver."
Je m'enfuie, loin, devant moi. Ou aller ? Toutes mes affaires sont à l'hôtel, dans sa chambre, à lui. (y compris les clés de mon appart =.=)
Je peux toujours aller chez mes parents ... MAUVAISE idée >< très très très mauvaise idée.
*tut tut tut tut* (mon tel ... jdevrais changer la sonnerie, ça fait pitié)
Bill appelle =.= ne pas craquer, ne pas craquer
Je refuse l'appel. Attendre quelques minutes pour avi le mess : une mort certaine pour ma patience.
« 888 » (=.=)
« Bonjour, vous avez un nouveau message, reçu aujourd'hui à 22h58 :
Puce c'est moi, jsuis désolé, Je t'aime. Reviens, j'ai peur pour toi. Je t'aime, je t'aime »
Je raccroche. Jvais ptetre le faire mariner un peu, me faire désirer. Mon caractère s***pe remonte à la surface (kyaaaaaaaa xD)
Bon je suis où moi encore ? Je crois que je suis dans un dces bleds bien pommé. GÉ-É-NIAL ! Je fais QUOI ?!
Jsuis bien trop fière pour rentrer à l'hôtel. Par contre, jpeux aller à un endroit où on me cherchera forcémment.


Ou alors jpeux commencer par appeler ma miss. Elle me dira quoi faire elle. Je compose le numéro. Une sonnerie ... deux ... trois ...
"Allo ?
-Elise ? Tu vas bien miss ?
-Coucou miss bah ça va et toi ?
-Jcrois que ça pourrait aller mieux en fait.
-Ah ? Raconte moi tout.
-Bah depuis que t'es partie, jme sens bizarre. Jsuis restée avec les garçons, il m'est arrivé des problèmes horribles. Tu dois le savoir vu la lettre que je t'ai envoyé. Là on était à une émission en direct et Tom a répondu quelque chose qui n'a pas trop plu à Bill. Jviens de me fâcher avec lui. Je suis partie. Tom m'a trouvée, et je sais pas pourquoi je l'ai embrassé et je suis partie. Au fait (jme suis interrompue =.=) pourquoi tu l'as plaqué ?
-Parceque je vais mourir Lulu, et je voulais pas le faire soufrir, ni toi d'ailleurs.
-Tu vas quoi ?
-Mourir, ma maladie au coeur me laisse encore environ un an, mais je veux que personne ne le sâche. Je reviendrai sur Paris dans environ 6 mois. Donc pour ton affaire, t'es ou ?
-Jsuis pommée ... enfin jpense que je suis près de notre parc.
-Et tu vas faire quoi ?
-Toutes mes affaires sont dans la chambre d'hôtel de Bill, y compris les clés de mon appart. Je me vois mal aller chez mes parents. Je pensais me mettre quelque part où il me chercherait. En fait je pensais me faire désirer un peu. Il m'a laissé un message. Il a peur pour moi. Mais peur de quoi ?
-Je sais pas ... des fans, des journalistes, de la rue.
-Je fais quoi alors ?
-Va là où ils te chercheront. Et fais celles qui veut pas y aller, tu verras vraiment leurs sentiments à ce moment là.
-Merci miss. A bientôt. Ch'taime
-Moi aussi"
Une larme a perlé au coin de mon oeil. Ma meilleure amie va mourir. Et pourtant, elle m'aide toujours, et semble bien le prendre. Bon jvais faire ce qu'elle m'a dit.
Je me dirige vers le parc, puis je prend la route de ShakeLand, toujours ouvert jusqu'à minuit.
Je me pose au comptoir... jpeux rien commander j'ai pas de fric =.=
"Salut Lulu !
-Tiens salut ^^ (c'est mon vendeur préférééé)
-T'as pas l'air d'aller bien ... jtoffre un chocolat chaud, tiens.
-Merci"
(jsuis plus douée que je ne le pensais dites donc)
Les minutes passent. Minuit approche. Les gens s'en vont. Un dernier tintement de cloches se fait entendre.
"Lulu ?" crie une voix derrière moi.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:05

Je me retourne. Un grand soulagement se voit sur le visage de Bill. Il s'approche de moi.
"J'ai eu si peur pour toi.
-...
-Tu vas bien ?
-...
-Répond moi au moins puce.
-... oui ça va."
Il me prend dans ses bras. Je remercie le serveur qui me rend un grand sourire. Et nous sortons, Bill me tenant fermement la main. (jvais pas m'envoler rassure toi =.=)
"Bill, tu sais que je ne vais pas m'envoler ?
-?
-Tu peux me lâcher, dis-je avec un sourire amusé.
-C'est que j'ai eu si peur de te perdre.
-... (Elise a bien dit : fais celle qui veut pas y aller ... allons-y)
Je m'arrète.
-?
-J'ai pas envie de revenir.
-Et moi je t'aime beaucoup trop pour te laisser seule dehors ! (oulaaa t'énerve pas ><)
-Jmen doutais un peu" disèje avec un sourir triomphal.
Il rougit.
Nous arrivons devant l'hôtel : et devinez quoi ? Des fans attendent =.= (PU-TIN)
Bill signe des autographes, prends des photos. Moi j'attend à l'intérieur... les bains de foule, très peu pour moi.
Nous montons dans la chambre. Les autres nous y attedent. Tom me sourit d'un air complice. Gus et Georg semblent soulagés. Georg raconte même quu'une fan s'est vautrée pour les approcher (encore une quiche quoi ... =.=) Ils finissent par nous quitter. Pour ma part,jsuis out of sevice. Jme met en pyjama. Bill voit bien qujvais m'endormir sur place. Il me soulèvre (genre jeunes mariés > pas de sous-entendu =.=) et délicatement, me pose dans le lit.
Je me réveille, dans le lit qui est dépourvu de chaleur. Je cherche Bill des yeux mais tout ce que je trouve, c'est un ptit mot griffoné et une petitt boîte. Je saisi le morceau de papier et le lis :
Coucou mein engel,
Je suis désolé, mais tu si es belle quand tu dors que je n'ai pas eu le coeur de te réveiller. David nous renvoie en Allemangne plus tôt que prévu. Je ne pas quand nous reviendront. Pour que tu penses à moi quand même, je t'ai acheté un ptit truc.
Je t'aime. Bill
Je regarde la boîte, un sourire flotte sur mes lèvres. Qu'est-ce qu'il a encore fait comme folie ? Je l'ouvre. Une fine feuille de soie recouvre l'objet. Je la retire et O.O MA PAROLE !
C'est une chaîne en argent, avec des maillons fins. Le médaillon est un coeur, incrusté de petits diamants. C'est magnifique. Je vais le mettre ... moi qui suis pas bijoux ... ça me va plutôt bien...
Je range toutes mes affaires et quitte l'hôtel.
Retour aux bercailles. Et pour courroner le tout : demain je reprends les cours -_______-"
J'ai sûrement oublié de dire où je me situais au niveau scolaire .. ?
Jsuis en études d'économie. La journée passe super vite. Si bien que j'ai pas calé pourquoi mon réveille sonne à 5h00 du mat =.= (ça a fallit lui coûter un vol plané =.= kyaaaaaaa ><)
Jsuis arrivée, ça mfait bizarre de revoir les batiments, sans Elise. Je marche vers le panneau d'affichage, histoire de savoir quels cassos jvais devoir supporter =.= J'entends une conversation entre trois greluches.
"Vous connaissez Tokio Hotel ?
-Oué j'adooooore !
-Bill est trooooop beau ! Mais vous avez vu, il sort avec une pouf française"
Tvas voir cqu'elle te dit la pouf toi >< ! Jlis vite fait les nom dma classe ... ARG ! Samantha =.= Génial ... sinon si ma mémoire et bonne, l'autre qui m'a traitée de pouf ... c'est Tania ... tiens tiens tiens ! Elle est dans ma classe. Jm'approche de son groupe.
"Tania cqui ? (jme suis pas génée pour les couper en pleine admiration d'une image du groupe ... ><)
-C'est moi, répond-elle, pourquoi ? Hey mais jtai djà vue, t'es la ...
-pour qui sort avec Bill Kaulitz ? dis-je d'un ton froid. (j'aime couper les gens, mais les casser c'est tellemeeeeeent mieux xD)
-euh ... t'as entendu ? (non non ... à ton avis ? =.=)
-C'est vrai que tu sors avec Bill ? me questionne sa copine.
(jsuis ni stupide, ni quoique ce soit d'autre, jtiens à la vie moi !)
-Non.
-Mais tu connais le groupe ?
-Oh que oui qu'elle les connait." répond une voix derrière moi.
PU-NAISE ! >< Qui ose répondre à MA place ? ><

Je hais les blondes, enfin plutôt la seule blonde que je connaisse : Samantha. Mais là elle a poussé le bouchon beaucoup trop loin.
"De quel droit tu réponds à ma place maintenant toi ?
Elle me passe devant, et reprend :
-Moi j'ai passé un après midi entier avec Tom.
-C'est vraaaaaai ? (elles sont limite en train de baver =.=)
-Tu veux plutôt dire que tu étais pendue à son bras pendant 10 minutes jusqu'à ce que je vienne le sauver.
-..."
Elle se casse. Ô joie !
"Oui je connais le groupe. Point final. Ce sont de bons amis, et la presse s'accapare vite de votre vie personnelle dès que vous ètes avec des célébrités.
-Alors ils sont encore célibataires ?
-J'en sais rien. C'pas mes affaires. Jvous laisse les greluches. Tchô"
Elles sont toujours en admiration. Cpas possible ce genre de connerie =.=
Bon alors, jvais en quelle salle moi pour commencer la journée ? L'amphi ... génial. La vieille peau de dirlo nous distribue les emploi du temps. Génial, je commence par allemand, puis économie. =.= fiouf !
Allemand. J'ai la meilleure prof, cpas mal djà. Le cours se déroule sans problème, jme fais tellement ierch que j'écris Bill partout sur mon cahier. La prof m'interroge :
"Ludivine (><) Qu'est-ce que je viens de dire ?"
Je lui répète au mot prêt ce qu'elle vient de dire.
"Par contre madame, je crois que vous avez fait une erreur..."
Jsuis en économie, la prof d'allemand à failli tomber en syncope. Elle pensait que j'écoutais rien... bah quoi ? Du temps passé à parler en allemand avec eux, ça sert toujours à quelque chose =.=
Economie. Fantastique =.= Jsuis dans cte filière à cause de mes parents, mon père veut absolument que je reprenne les affaires familiales.
Le prof prend son livre :
On retiendra de Schumpeter l’idée que l’évolution consiste en deux types distincts mais étroitement liés de phénomènes : la croissance et le développement, quand ce dernier est défini comme ce change-ment qualitatif “spontané et discontinu “induit par le processus économique.
Oula =.= on est pas sortis. Et il parle et il parle. C'est bien parcequ'il fait que lire. Donc pour les interro, facile, juste à relire le bouquin. Je tripote mon collier.
Aïe ! Quel est le c** qui m'a envoyé une boulette de papier ?
C ki ki ta offer ton colié ? lé tro bo ! je kiff grav ! T.
5 minutes à décrire le sms =.= Tania ... quiche de service =.=
DRRIIIIIIIIIING ! Ô JOIE ! La sortie des cours ! Enfin !
J'allume mon portable. Pas de messages, rien. 17h00 ... toujours rien. Jsuis en train de relire l'éco. C'est vraiment intéressant ma parole =.=
*Komm und rette mich* (oui j'ai changé)
"Allooooooow ?
-Coucou toi ^^
-A qui ai-je l'honneur ? (non mais sérieux, qui c'est ?)
-A quelqu'un qui t'aime.
-Alors ... hum j'ai le choix là.
-...
-Non mais je rigole Bill ^^
-A côté ...
-Tom ?" (non mais il le fait exprès ou quoi ? ><)

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:05

"Non plus. (je comprends plus rien du tout ><)
-Je sèche là =.=
-...
-Cpas comme ça que je vais deviner qui c'est ...
-...
-Biill espèce de sale ...!
-Alors tu vois cque ça fait. (je sens bien à son ton qu'il sourit)
-Tu vas bien toi ?
-Oui oui et toi ?
-Je sors de cours -____-" jte raconte pas, j'ai remballé la prof d'allemand et ya une nunuche qui aime le collier que tu m'as offert. Au fait merci.
-Derien. Tu me manques puce.
-Moi aussi tu me manques.
-Faut que je te laisse, on arrive à une émission de télé, et ya comme qui dirait des fans.
Je rigole.
-Je t'aime.
-Moi aussi Bill. Moi aussi."
Bon alors ... il a dit émission de télé. A mon humble avis (modestie oblige xD) jdois pouvoir trouver la chaîne. Je prend la télécommande. *Zap* *Zap*
"TOKIO HOTEEEEEEEEEL"
Si c'est pas là, c'est qu'on a un problème. Jmaffale sur le canapé. Tiiiin ! Sont où les chipss ? Super, y'en a plus ! Jme refous sur le canapé.
Ils arrivent sur scène. Bill est si beau. Les filles sont hystériques. J'arrive pas à décrocher mon regard de lui. Puis ils finissent leur chansons. Et parlent parlent parlent.
AAAAAAAAAAA j'ai une nouvelle à lire pour demain. Allons-y =.=
Je tourne les pages du livres après avoir péniblement lu chaque mot y figurant. D'ailleurs si quelqu'un dans l'assistance sait ce que veut dire "se faire innoculer le paludisme" il peut se manifester. Bref, tout ce que j'ai compris c'est que la littérature, c'est toujours pas ma tasse de thé.
*DING DONG*
Qui peut bien vouloir em**der les gens à cette heure ci ? =.= J'ouvre la porte. Si c'est pas une pizza gratuite, c'est par terre.
"Qu'est-ce que tu veux Tania ?
-Tu m'as pas répondu en éco !
- petit 1, quand tu écriras en français, je verrai ce que je peux faire et petit 2, ce ne sont pas tes oignons ! ><
-Alleeeeeeeeez !
-Tu vas rester pendue à ma sonnette jusqu'à ce que je te le dise ?
-Oui.
-C'est Bill qui me l'a offert. Point. Maintenant tu dégages. (avant que je m'énerve vraiment ><)
-Alooors tu sors avec lui ? Avoue avoue avoue !"
Elle a une tête de gamine cte fille ! Jvais vous la décrire vite fait. Elle a le teint mat, des ptits yeux foncés. Ses cheveux sont mi-longs, à vrai dire, actuellement c'est des nattes remontés en queue de cheval. Elle a les yeux qui brillent. Comme les gosses qui attendent la réponse à la question la plus posée : maman, comment on fait les bébés. Bah jvais faire exactement comme font les parents, jvais répondre : tu comprendras quand tu seras plus grande.
"Je t'ai dis que c'était pas tes affaires !
-Alors je reste là !
-Bah vas-y ! Mais jte préviens, ya pas le chauffage dans le couloir la nuit. (et toc !)
-Alleeeeeeeeez dis moi !
-Tu prommets de rien dire à personne ? Et tu prommets surtout de me lâcher après ?
-Prommis."
Elle lève la main comme une cruche. Elle a pu qu'à cracher pendant qu'on y est =.=
"Je suis sortie avec Bill. Cette fois c'est bon ?
-Tu veux dire que t'es plus avec lui ? (banane =.=)
-Tania, je tiens à la vie. Les furies, peu pour moi.
-aah... dit-elle, la mine déconfite.
-Mais oui que je sors avec !"
Et sur ce je lui claque la porte au nez. Ô joie !

J'hallucineuh ! Sans vouloir vexer qui que ce soit, à mon avis c'est une blonde teinte =.=
C'est flippant quoi ... Bon re-canapé !
*DING DONG* =.= QUOI ENCORE ?
Ouvrons la porte =.= ARGNIAF ! (c'est cke ça donne quand Samantha débarque chez moi)
Elle rentre, elle machouille toujours un chewing-gum (cpa vrai, ctoujours le même ou quoi ? =.=)
"Te gènes pas, rentres, lui dis-je ironiquement.
-Ah ah =.=
-Que me vaut l'honneur de la visite de sa majesté dans mon humble demeure ? (oui, je suis une peste)
-Tu commences à me taper sur le système Ludivine.
-Développe, jparle pas le langage des blondes =.=
-Arrètes de t'y croire.
- =.= ? (Elle m'énerve .. implicité en force !)
-Tu reviens au haras comme si de rien n'était. Tu te ramène avec les Kaulitz à tes pieds et pour courroner le tout, tu t'en vantes au bahut !
-Oh ! oh ! Madame son altesse autait-elle peur de s'effacer du paysage ?
-Pffff =.=
-La sortie est par ici, si vous voulez vous donnez la peine majesté" dis-je théatralement en montrant la porte d'une révérance.
Elle sort. Jmenferme à clefs moi ! Pu envie d'être dérangée =.=
Les jours passent. Toujours aucune nouvelles de Bill ou de Tom. Et toujours rien du côté de ma miss non plus.
Rien de rien. Calme plat. Evasion. J'ai envie de m'évader. Jvois plusieurs choix, dont un seul possible : Podrino. Le seul complice qu'il me reste. Je le prépare tranquillement, quand soudain, quelqu'un s'esclaffe au loin =.= Elle est là.
Moi, je passe, indifférente et je monte mon plus fidèle ami. (avec Elise) Une vision me revient : Tom qui tente désespérément de monter Lingote. Un sourire me monte aux lèvres. Je fais marcher Popo, puis trotter et enfin, en totale complicité, nous galopons.
"Pas mal ... pour un gosse de 5 ans."
Ignorer Samantha, ça la rend ... folle, tout simplement folle.
"Tu es malade ? T'as pas l'air en forme."
Jme suis mise aux obstacles. Elle a jamais sauté ce que je viens de mettre en place : ça passe ou ça casse ... Si j'y arrive, elle me lâchera... pendant un moment au moins.
Je place Popo pour prendre de l'élan et lui murmure :
"Elle t'énerve aussi hein ? Alors on lui montre ce qu'on sait faire !"
Trois coups de talon et ... YOU-HOU !!!!
L'obstacle approche et ... kyaaaaaaaaaaaaaa >< Popo saute !!!!!
"Bah quoi Sam ? Ferme la bouche, tu vas bouffer des mouches comme ça"
Et toc ! Ele a la rage ! Je félicite Popo et rentre chez moi ... tiens ... j'étais persuadée d'avoir fermer la porte moi. =.=
Jla pousse doucement : rien =.= jdeviendrai parano moi ... =.=
Lumière dans ma chambre >< ça va finir par terre pour la personne qui s'aventure cvhez moi. Y'a même des chuchotements !
1...2...3 !! Ouverture de la porte et O.O
Elise et les garçons sont là ! A plaisanter, comme si c'était naturel =.=
Ils se retournent tous vers moi (10 yeux ... ça fait bizarre : c'est trop =.=)
Bill se lève d'un bon (oula). Je saute dans ses bras. Elise et les autres sourient. Il manque cette petite étincelle dans les yeux de ma miss, je veux dire, cette étincelle que chacun a, cette étincelle qui a toujours été là, dans ses yeux, les yeux de ma miss.
Bill me sert fort contre lui. (...) Il dessère légèrement son étreinte et m'embrasse. Inutile de préciser que je lu rend bien ce baiser. Il me lâche. je fonce sur Elise, la sert dans mes bras, je pleure. De joie et de tristesse à la fois. (pour une fois cpas mon maillot qui prendra tiens xD)
J'enlace Tom, Gus et Georg après qu'Elise ai enfin réussi à me calemer =.=
"Bon bah soirée pizzas ?
-Oué ! répondent-ils tous à l'unisson.
-Installez-vous, on s'occupe de tout, dit Elise. (tiens cnouveau ça ?)
-Danke
-Dorien"
Elle m'entaîne à la cuisine :
"4 fromages pour tout le monde ? cris-je
-Oué !"
Génial ce genre de réponses ... si, si j'adore =.=
Je commande par téléphone. Elise me regarde. Je raccroche. Elle me fixe toujours. (arrètes tu vas finir par me faire peur ><)
"Bah quoi ? J'ai un morceau de salade coincé dans les dents ? (hum hum =.=)
-...
-Elise ... je ;.. je veux pas que tu partes ! Enfin tu vois que tu ...
-Lulu, y'a un moyen ..
-Lequel ? dis-je, une lueur d'espoir naissante en moi.
-Une opération ... très risquée ... et très chère... trop chère pour moi.
-Et avec la sécurité sociale et l'assurance et la mutuelle ?
-Il me reste quand même 2000€ à ma charge.
-On va trouver une solution, t'inquiètes" dis-je en la serrant contre moi.
*DING DONG*
J'ouvre la porte ... tiens il a une drôle de tête le livreur =.= d'habitude zont une casquette et un maillot ... cpas lui alors. (ça m'aurait aussi étonnée qu'ils ariventsi vite aussi =.=)
Le gars rentre ... encore un pas géné dla vie =.= J'A-D-O-R-E !
Va finir par terre >< kyaaaaaaaaa !! Ou comme qui dirait l'autre, ça va partir en cacahuèteuh ! ><
Hey ! Jlai pas djà vu lui ? Cpossible après tout ...
L'a pas l'air content l'coco =.=
"Ils sont où ? me gueule-t'il dans les oreilles.
-Alors ptit 1, tu te calmes ! lui cris-je encore plus fort, et ptit 2 tparles de qui ?
-A ton avis ?
-J'en sais rien ! Et la prochaine fois, t'attendras que j't'invite à rentre, ça s'appelle les bonnes manières. (et toc)
-Alors où sont-ils ?"
Il a rameuté tout le monde ! (vu le bruit, ça aurait été difficile de faire autrement mais bon) =.= Pas géné ><
"Vous voilà bande de ... crie-t'il en voyant les gars dérrière.
-David cquoi ton problème ? demande calmement Bill. (jsavais bien que je l'avais djà vu le gars là ><)
-Qu'est-ce que vous faites chez elle ?
-Elle s'appelle ... comencent les gars et Elise.
-Oh o ! Calme ta joie toi ! Et je m'appelle Ludivine ok ?
-Oué bref. (>< tention toi !)
-C'est not' jour de congès David ! rétorque Georg.
-Même ! Vous devez faire cque je vous dit. Elle..."
Jle regarde d'un oeil noir ... jvais lui en coller une lui ><
"Ludivine (merci ><) vous donne une image ... (bah bien sûr ça va être ma faute =.=)
-PARDON ? (exprimons nous !)
-Non mais regarde : tu sors avec Bill, tout le monde le sait, on t'a vue avec Tom : on imagine quoi après ? Que tu le trompes ! Vive l'image du groupe. (tiiiin vive le monologue =.=)
-...
-DEHORS !"
Cpas moi qui l'ai ouvert là ... J'ai jamais vu Elise comme ça ...
"Tu es ... ?
-Dehors j'ai dit !
-Calme toi 'lise...
-NON ! DEHORS ! Je ne permet pas qu'on traite ma meilleure amie, ma soeur de coeur comme ça !"
David n'a pas l'air très impressioné mais il a calé que c'était pas la peine de rester là : il se casse.
Fiouf >< encore un peu et jlui en collait une !
"Il a raison, dis-je tout bas.
-Hein ? Que quoi ? T'es folle puce !
-Non Bill ... il a raison. Point."
Les autres sont ... muets. Tom tente de détendre l'atmosphère :
"Bon on fait comme s'il s'était rien passé.
-C'la meilleure idée dla journée, dis Georg avec un grand sourire.
-Eh ! ça fait 1/2 heure ! crie 'Lise.
-Yeaaaah !"
Devant l'icompréhension des gars, on éclate de rire.
"Bah quoi ? Pizzas gratuites !
-?
-=.= c'est pas grave, c'est pas grave."
La soirée se déroule tranquillement, on mange dvant la télé (10 minutes de retard les pizzas xD), puis pop-corn ... bah oui ! pour accompagner lfilm d'horreur !
Jsuis blottie dans les bras de Bill. Et pour finir : bataille de polochons ! 3 équipes : miss et moi contre Gus et Georg contre les twins ... ARF ! Tom tu vas me le payer cher (jviens dme prendre un coup royal dans la figure =.= au cas où zauriez pas compris)
Jsuis creuvée ... heureusement qujai amené des sacs de couchage et qu'on a un max de polochons, parceque la, on est tous tombé dans les bras du bon vieux Morphée ! Jsais même pas où Bill s'est endormi ... joulais vraiment redormir dans ses bras ... ou même dans ceux de Tom. J'aurai voulu dormir une nuit protégée de tout.
Je me réveille, je sans un bras par dessus mon épaule. Trop lourd pour être celui de miss ... tiens cpas mon maillot ça ! L'est super large et jsuis en boxer ! ARG ! Qu'est-ce que j'ai encore fait moi ? AAAAAAAAH ! C'est le bras de Tom ... la marmotte =.= lé sous une couverture ... en boxer [aussi] ... Mon dieu =.= jsuis encore dans la scheiße moi =.=
"Tom ?
-Mmmmph ?
-Bouge Tom !
-mmh =.=
-Réveille toi gros sac ! (ça le fra peut être bouger non ?)
-Hein que quoi ?
-Tom suit moi !"
Jle prend et le tire vers ma chambre.
"Pourquoi jsuis dans cette tenue ?
-Jpeux me poser la même question hein... (raaaah les mecs ><)
-Qu'est-ce qu'on a fait ? (Apocalypseuuuuh =.=)
-Mais rien t'inquiètes ! (oué oué =.=)
-Pourquoi je porte ton maillot alors ? (=.= non mais sérieux)
-Qu'est-ce j'en sais moi"
Bah on est bien partis =.=
"Lulu qu'est-ce qui spa... O.O"
et re-les pieds dans lplat =.=
"Dmande à ton frêre, moi j'en sais rien =.= jvais réveiller miss."
"Taratatata ! répond Bill en me tenant le bras.
-Bill, tu vas te retrouver par terre là ...
-Tait toi Tom !
-J'taurai prévenu.
-Bill, tu veux bien me lâcher s'il te plait ?
-Non, tu restes là.
-OUI MAIS LA TU ME FAIS MAL !
-Oups pardon ..."
Il me lâche, je ferme la porte et me pose sur mon lit en tailleur.
"Bah vas-y j'écoute.
-Nous sommes tout ouïs, dit Tom d'un air niais.
-Jpeux savoir cque vous faites dans ces tenues ? Et qui plus est dans la même chambre !
-Tpas le seul à vouloir lsavoir tu sais... commence Tom.
-Tu t'imagines quoi au juste ?
-Bah jsais pas ...
-Moi non plus jsais pas quoi penser ! Si mon propre mec se pose des questions sur ma fidélité, on est pas sortis !
-Mais Lulu ..."
Trop tard jsuis sortie dla chambre ><
Bon où est miss ? O.O mais c'est qu'elle papote avec Gus et Georg ... enfin lui, il est encore dans le coltar mais bon... c'est pas grave, c'est pas grave [hein Pitchoooneuh Razz > C'est l'matin, c'est l'matin]
"Lulu ?
-Elise, vient, on va acheter des viennoiseries pour tout le monde.
-Euh Lulu ...
-Non tu discutes pas !
-Oui mais bon dans cette tenue ..."
=___=" effectivement elle a raison. Jme sappe correctement et on sort.
"Et crammez pas mon appart siouplait" dis-je à Georg et Gus d'un air moqueur.
On descend dans la rue.
"Alors qu'est-ce qui a ?
-Bah rien !
-Tu crois que jte connais pas dpuis le temps, tmas pas fait jarter pour rien si ?
-Non ...
-Bah dis moi alors."
Je pousse la porte de la boulangerie et prend des viennoiseries. Nous sortons.
J'explique le pourquoi du comment à Elise.
"A oué ... mais Bill t'aime ... il te protège c'est tout.
-Jcomprend pas sa réaction ! Il abuse ! Il devrait savoir que je ne ferait jamais rien pour lui faire du mal !
-...
-Jvoudrais quand même savoir cqui m'est arrivée ..."
On reprend la direction de mon appart. Ya deux mots qui me viennent à la tête (hormis tin et bande de hopes) : Hystériques, Furies.
C'est génial, on se faufile tant bien que mal. Ya des insultes et des coups qui volent. (de ma part évidemment ! ><)
On referme ma porte en poussant les kawnes derrières.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:06

Ouf ! J'ai cru qu'on y arriverait pas !
Non sérieux c'est dla pure folie là =.=
"Bill ! Si c'était pour ta copine tu le ferais !
-Oui mais Elise n'est pas ta copine."
Miss et moi rentrons dans la pièce.
"Gus, tu ... tu lui as dit ? bégaye-t'elle.
-Oui ... dit-il timidement.
-On va vous laisser" dis-je en tirant les trois autres dans la cuisine.
"Bil, va falloir appeler vos gardes du corps pour sortir.
-Super =.=
-Encore un bain de foule, rajoute Georg.
-de foule ?
-J'ai dit de foule ? jvoulais dire de furies ^^
-..."
Bah Billou ?
"Bon on mange ?" cris-je.
Tout le monde approuve. Je pousse la porte. Elise et Tom sont enlacés. Je souris. Il l'embrasse.
"Sois pas triste puce, suis là moi" dit Bill en m'enlaçant par derrière.
Je me retourne et l'embrasse tendrement.
"On fait quoi ctaprem ?"
Les gars semblent soudain blazés. (roooh bande de clanpins >< ils cassent l'ambiance là =.=)
"Interviews
-Et ?
-Interviews =.=
-Et ?
-Shootings"
Bah ça s'annonce bien tout ça =.=
"Bon bah jcrois qu'on va pas vnir avec vous hein...
-Les bains de foule ... très peu pour nous, rajoute miss."
Ils se regardent d'un air géné.
"Qui leur dit ? demande Gus.
-pas moi ... dit Georg.
-Nous dire quoi ? (nan sérieux, s'ils me disent pas, jles étrangle ><)
-euh ... Bill vas-y hein ^^
-Te mouilles pas surtout, dis Elise en rigolant.
-Bah vas-y Bill ^^
-Ben ... euh ... on part ce soir."
Génial =.= manquait pus que ça !
"Mais c'est pas tout ...
-Bon sang ... qu'est-ce qui nous attend ? dis-je en rigolant.
-Bah ... on revient pas avant le printemps.
-QUOI ? (oui ça fait mal aux oreilles quand deux filles crient en même temps !)
-... désolé."
Elise me regarde. C'est lgenre de décision qu'on a tendance à vite prendre (>< kyaaaa)
"On peut vnir avec vous ctaprem ?"
Si j'avais su jcrois pas que j'aurai demandé =.=
Ils nous reste encore deux interviews et des shooting à tenir !
C'est flippant les couches de maquillages qu'on leur passe !
Mais alors jvous raconte pas le bazarre sur les plateaux.
Et nous c'est limite si on doit se cacher pour pas se faire prendre en photo avec les paparazzis =.=
Fiouf ! Pause !
"Bon alors maintenant on va ..."
Ok j'ai rien dit =.= la pause c'était sans compter sur David.
Djà qu'il est pas content que miss et moi soyons là ...
Là on dirait qu'il fait exprès pour qu'on lâche les gars !
Alors la mon ptit père, tsais pas sur qui t'es tombé ><
Quelques 6 heures plus tard, c'est enfin fini !
On a tout juste le temps de manger.
Ils doivent s'en aller.
J'enlace Tom, Gus et Georg et m'arrète devant Bill.
Je m'étais prommis de ne pas pleurer.
Seulement une promesse comme ça c'est hot à tenir =.=
Des larmes coulent sur mon visage.
Il me serre contre lui.
Il me serre très fort même.
"On y va les gars !" gueule David derrière =.=
Sale c*n va ! Tu me voleras pas les dernières minutes que j'ai avec l'homme que j'aime. (jvous voir vnir ... dédi aux mecs de ma classe : Bill n'est pas un travelo !)
Je pleure à chaudes larmes.
Bill me murmure des mots tendres.
"Allez dépèchez vous !"
Il m'embrasse. Je savoure ce baiser plus que tous les autres encore.
"A bientôt mein engel"
Je reste sans voix. Ce départ m'arrache le coeur.
Il pose ses lèvres sur mon front et s'en va.
Elise et moi restons seules, là, comme deux potiches.
Les jours passent. Les semaines aussi d'ailleurs.
Elise est revenue au bahut.
Jme sens moins seule comme ça.
Mais ya toujours un trou énorme en moins.
Que je n'arrive pas à reboucher (cpas si facile que ça hein ><)
Elise va rentrer à l'hôpital dans quelques jours.
Elle va se faire opérer...
Je stresse plus qu'elle. Elle ne le sait pas mais c'est Tom qui paye son opération.
Moi je reste là dans le noir. Seule. A attendre.
A pleurer Dans le noir.
Réduite à attendre le lendemain.
A attendre le regard des autres.
Il fait noir, les larmes perlent aux coins des yeux de la jeune fille.
Il y a de l'orage.
Elle est seule chez elle.
Ses parents sont sortis.
Elle a peur du bruit.
Elle sanglotte.
Elle n'a personne à qui parler.
Elle serre quelque chose dans ses bras.
Sa seule amie.
Un ours en peluche nommée Elise.
Un éclair plus violent que les autres la fait sursauter.
J'ouvre les yeux.
Ce n'était qu'un cauchemar =.=
Rien de plus.
Mon passé.
Mes parents qui m'abandonnent.
Et moi qui reste seule dans le noir.
Solitude oblige ... ça doit faire aproximativement 47 heures 33 minutes et 14 secondes qu'Elise est à l'hôpital. Et donc par le même biais ça fait autant de temps que je troue le plancher en faisant les cent pas et en sursautant dès que le téléphone sonne ou que les pompiers passent dans la rue avec les sonneries =.=
Super le programme n'est-ce pas ?
Et pour courroner le tout (oui vous l'avez dans le mille) il PLEUT !
Ah et oui, je reàois tous les jours au moins une centaine de lettres anonymes allemandes ou même françaises d'insultes.
Tous ces arbres tués pour rien .. ça me déprime voyez vous =.=
Pis les autres zozos qui m'appellent même pas.
Snif, je suis un pauvre petit caliméro de la vie moua.
Bon bah si c'est ça je sors ... ah non =.= les poufs sont à tous les coins de rue c'est vrai =.=
Hosto ? Ah noooooooon pas ça hein !
Papa et mouman ? Encore pire =.=
Equitation ? Sous la pluie =.= merci mais non merci =.=
Shopping ? Sans 'lise, pas possible.
Bill ? Ah bah vla une bonne solution ... encore faudrait-il qu'il réponde celui ci.
Alors où est le téléphone ? (pitié pitié pas sous mes chaussettes sales)
Ah ! Fioooouf il est sur la table de la cuisine.
Menu, Répertoire, Bill, appeler.
Et que ça sonne et que ça sonne encore et que ça resonne et que je met tape sa messagerie.
Et re-Menu, re-répertoire, Tom, et re-appeler.
Et re-messagerie =.=
Je laisse tomber là, je dirais même j'abdique.
Jvais devenir folle à rester làaaaaaaaaaaah ! (ceci est une Lulu qui a peur du téléphone qui sonne au cas où zauriez pas compris)
Je décroche.
"Allooow ?
-Lulu ?
-C'est moua !
-Ah ah trop drôle, jrigolerais bien un coup mais jsuis arnachée de partout.
-Bienvenue à l'hôpital ma chère miss ^^
-Tu peux passer ?
-Compte environ ... 5 minutes et jsuis là
-En tuant combien de personnes sur la route ?"
On rigole un coup. Je raccroche. Et je fonde à l'hostoooooooouin devrais-je dire oui =.=
Si l'autre pouf d'infirmière qui m'a enlevé mon Bill et qui s'est pris une tarte me voit, à mon humble avis jferais pas long feu.
"Bonjour, je cherche la chambre de mon amie...
-Vous montez au troisième étage et vous cherchez, me coupe la bonne femme."
Charmant tout ça dites moi.
On va faire ce que nous dit la zentille madame sinon elle ira le dire à la maitresse et z'aurai une punition toute pas belle d'abourd. [je sors, je sais]
Jme vois mal gueuler "Eliseeeeeeeeeeuh ?"
Comment je fais mouaaaaa ?
O.O Mais qui vois-je ! Ma copine l'infirmière ! [je re-sors] Bon alors elle crèche où la miss là ?
"Naaaaaaaaaaaaaaaan ! Me touchez pas avec vos mains pleine de doigts !"
Ah je crois que je l'ai trouvée ^^

Poussons la porte.
"Naaaaaaaaaan me touchez paaaaaas !"
Explosée de rire !
Elise qui veut pas qu'on lui prenne sa température.
Je rentre dans la pièce tranquillou.
"Luluuuuuuuuu ! Elle veut me faire je... je sais pas trop quoi d'ailleurs.
-Calme toi c'est pour prendre la température.
-Ah bon ?
-Cela fait 1/4 d'heure que je me tue à vous le dire, dit l'infirmière, exaspérée.
-..."
Elle lui prend sa température.
Jsuis limite écroulée par terre.
"Ah ah !
-Bah ... quoi ... c'est drôle.
-...
-Oh réagis pas comme ça ... c'est comme la fois où jsuis tombée de Popo et qu'il continuait d'avancer, t'as bien rigolé aussi.
-C'était trop bon.
-Tu vas bien sinon ma miss ?
-Moui ... j'ai un peu mal partout mais ça va. Tu as des nouvelles de T.. euh des garçons ?
-A vrai dire non.
-Ohw ..."
On passe une bonne heure et demi à délirer sur tout et rien.
"Je dois y aller miss ...
-Tu reviens...
-Demain ? Bien sûr !"
Elle sourit. Je la prend dans mes bras et sort de la chambre.
Je descends dans la rue.
Une fille s'approche de moi.
"Excuse moi, mais mon amie soutient que tu es la petite copine de Bill Kaulitz, c'est vrai ?
-Bill qui ? dis-je faussement.
-Oh c'est pas grave, merci quand même.
-Pas dquoi."
Je continue ma route. Jl'ai encore échappé belle là.
J'ai faim. Me dites pas que ça vous étonne.
Je tourne la clé dans la serrure. Je rentre péniblement, cpas le tout mais les allers-retours entre l'hosto et l'appart ça crève.
Direction le placard à biscuits.
*Komm und rette mich...*
Tiens ? Qui c'est ça ?
"Allô ?
-Lulu ?
-'moua même.
-Comment vas-tu ?
-Bien et toi Tom ?
-On fait avec ... à part que Bill commence à sérieusement péter un cable.
-Ah ?
-C'est David ...
-Qu'est-ce qu'il a lui encore ?
-Bah je sais pas si j'ai le droit de te le dire.
-...
-Et ça va sûr'ment pas te plaire...
-Tom dépèche toi s'il te plait.
-Il ... il ... a interdit à Bill de te revoir et moi j'ai plus le droit de voir Elise."
Les années passèrent et je n'avais aucune nouvelle des garçons. Elise est en vacances.
Mon caractère est toujours là. Il m'a fait changer. Et pourtant.
Je sors de mon appart. Je suis en étude supérieure aujourd'hui, j'ai 22 ans.
Il neige. Les fêtes approchent. Et je suis seule.
Je prend la direction des champs Elysés. Me voila devant ce magasin.
Je rentre et admire. Une vendeuse est devant une cabine, en train de donner son avis à quelqu'un.
J'entends les bribes de la conversation.
"... je voudrais retrouver le même style."
Après avoir admiré tout ce qu'il y avait je sors et rentre chez moi.
On sonne à la porte. J'ouvre. Rien. Je regarde à mes pieds. Un sac.
Je le prend et rentre. Je l'ouvre. Une robe.
La même. Je sors de l'appart et dévale les escaliers.
Une voiture est sur le point de partir.
Je me poste devant.
Il sort. Il sourit.
Je lui saute au cou. Il est toujours aussi beau.
Il m'embrasse. Longuement.
"Je ... Bill...
-Je t'avais dit que je reviendrai."
Je pleure. De joie.
Des flocons tombent dans nos cheveux.
Mon premier amour. Il était revenu pour moi.
Jamais plus on ne se séparerai.
Quant à Tom, il avait rejoint miss dès son retour.
Le groupe a continué d'avoir du succès.
Et nous les avons suivi jusqu'au bout de monde.
On dit toujours que le premier vrai amour est inoubliable.
C'est vrai. Comment oublier la plus belle chose qui vous soit jamais arrivé ?
C'est impossible. La vie passe. Elle passe comme les saisons. En un clin do'eil.
Alors autant la vivre avec la personne qui vous aime et vous aimera toujours.
Nous sommes ensemble. Pour l'éternité.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:07

Elle, les autres, et eux


Gwen est jeune, elle a 16 ans.
Elle est belle et pure. Seulement elle est timide.
Donc personne ne s'en rend compte.
Elle est brune, ses joues blanches sont légèrement rosées
quand on prend le temps de les regarder,
ce qu'on ne fait jamais de tout façon.
Elle a de petits yeux bleux océans en amande.
Ses lèvres sont finement déssinées.

On ne fait jamais attention à elle.
Peut être parcequ'elle est toujours vétue de noir.
Peut être parcequ'elle a une mèche en travers du visage.
On ne lui parle jamais car il y a elle.

Elle, c'est Emma, la »super-star» du bahut,
celle que tous garçons rêvent d'avoir.
Elle, c'est une blonde superficielle,
qui s'habille toujours avec extravagance.
Elle, c'est une fille qui attire les garçons car elle a une poitrine
bien frounie qu'elle laisse tuojours à la vue des
autres avec des décoltés plongeants.

Aujourd'hui, il y a des nouveaux dans le bahut.
On ne parle que d'eux.
Gwen les connaît, après tout, qui ne les connaît pas ?
Les premiers, ils sont jumeaux.
Le premier, c'est Tom.
Ses cheveux sont bruns clair, des dreads,
coincées dans une casquette énorme.
Il porte des vêtements trop longs pour lui.
L'autre, c'est Bill, son frêre.
Bill a les cheveux noirs.
Si on peut califier ça de cheveux, vu la touffe qu'il a.
Bill se maquille, ça met ses yeux noisettes en valeur.
Les autres sont leurs amis.
Georg et Gustav.
Gwen ne les a pas encore croisés.
Elle a juste entendu leurs »fans» en pouffer.
Eux, c'est le groupe Tokio Hotel.

Gwen les a déjà vu à la télévision.
Elle sait qu'ils sont connus.
Mais Gwen, elle s'en moque.
Ils sont humains, comme elle.
Elle est dans le couloir, en train de chercher un livre
quelconque dans son casier.
Elle regarde tristement la porte de son casier.
En réalité elle regarde une photo.
Une photo où on la voir sourire.
Une photo où elle n'est pas seule.
Une autre fille est avec elle.
Cette fille, c'était sa meilleure amie : Marie.
Marie c'était sa soeur de coeur et sa confidente.
Seulement, Marie est partie.
Elle est montée là-haut, elle la regarde depuis le ciel.
De là-haut, elle la protège.
C'était sa seule amie.
Elle n'avait pas besoin de plus.

Gwen referme son casier.
Elle est là.
Contre un casier, adoptant une position provocante.
Une nouvelle »proie» de cette aguicheuse doit être derrière Gwen.
Elle ne tient pas à voir ça.
Elle se retourne et s'apprète à partir.
Mais ça c'était sans compter sur le fait qu'elle tombe
nez à nez avec lui.
Lui, c'est Bill.
Lui c'est l'idole des jeunes.
Lui, c'est la cause de l'hystérie des filles.
Gwen n'en n'a rien à faire de lui.
Elle n'est pas comme les autres.
Il lui sourit.
Il la regarde.
Quelqu'un l'a regardée pour la première fois.
Elle s'en moque éperduement.
Elle ne voit pas ce qu'on lui trouve.
Il y a juste une chose qu'elle aime en lui.
Une flamme présente au fond des ses yeux.
Il s'excuse.
Elle aquiesce.
Ils rougissent.
Elle s'en va.
Il meurt d'envie de la retenir.
Delui poser des questions.
Pourtant, il la laisse s'en aller.
Il continue son chemin.
Il ignore la blonde, trop omnibulé par l'image de cette jeune beauté.

Gwen n'a pas tout compris.
Elle n'en n'a toujours rien à faire.
Elle rentre chez elle à pieds.
Il pleut.
Les gouttes d'eau ruissellent sur ses joues.
Un léger gout de sel se mèle au liquide.
Elle pleure.
Elle lui avait prommis d'aimer à nouveau.
Mais ça lui était impossible.
Elle ne pouvais aimer sans partager.
Elle pouee la porte, mon les esacliers en rentre dans sa chambre.
Elle se lâche sur son lit.
Elle écrit ce qu'elle ressent, ça la détend.
On ne peut la comprendre.
Il ne faut même pas essayer.
C'est bien trop compliqué.
Elle écrit encore et encore.
Elle déverse sur le papier tout ce qu'elle a.
Maintenant, elle es calmée.
Elle peut faire ses devoirs.
Gwen est néanmoins une bonne élève.
Après une heure de devoirs et surtout de révision,
elle ferme ahiers et livres.
Elle descend.
La pendule indique 17h30.
Elle ira bientôt chercher sa petite soeur à la danse.
Ou alors serait-ce à la bibliothèque ?
Quoiqu'il en soit, Gwen s'oocupe de sa petite soeur de 8 ans.
Du moins pendant encore une semaine, durant l'absence de leur parents.
Ils sont dans la recherche.
Ils sont donc rarement chez eux.
Ils laissent leurs filles seules,
Gwen se refermant peu à peu sur elle même sans qu'ils s'en rendent compte.
Gwen sort.
Elle part pour la bibliothèque.
Il fait nuit.
Elle arrive davant l'imposant batîment, c'est un ancien manoir.
Elle pousse la porte.
Elle prend la direction des allées du fond.
Elle trouve sa petite soeur.
Elle s'appelle Gabrielle.
Mais on l'appelle Gab.
Elle est très jolie.
Tout comme sa soeur, elle a les yeux bleus.
Ses cheveux ébènes descendent jusqu'à ces fesses.
Elle est vraiment comme Gwen.
Elle range le livre.
Elles prennent la direction de la sortie.
Gwen pousse à nouveau la porte.
Un bruit sourd se fait entendre.
Il est allongé par terre.
Elle l'aide à se relever :
«Je suis vraiment ... désolée»
Il rougit. Il lui sourit comme tout à l'heure.
Gabrielle est effarée.
«Gwen ... c'est, c'est ... ?»
Il sourit toujours.
«Oui, c'est lui. Il est dans mon lycée.»
Elle sourit à sa petite soeur.
«Encore désolée... Viens Gab on y va.»
Elle prend sa soeur par la main et l'entraîne dans la rue.
Elle ne voit toujours pas ce qu'on peut lui trouver.
Hormis cette petite flamme dans les yeux.

Le lendemain au lycée.
Encore une journée pourrie.
C'est l'heure du déjeuner.
Elle fait la queue et prend des macaronis.
Enfin ça y ressemble ...
Elle s'asseoie à une table, seule.

Une voix derrière elle la fait sursauter :
«Cette chaise est libre ?»
Gwen ne se retourne pas.
«Oui, tu peux la prendre.»
Il tire la chaise et s'asseoit.
Elle ne relève pas et continue de manger.
Il veut engager la conversation.
«J'ai déjà connu mieux comme nourriture»
Elle sourit au fond d'elle même.
Beaucoup de regards sont tournés vers eux.
Ou plutôt vers lui.
Pour une fois ...
«Bienvenue dans la vie réélle.»
Il sourit. Ils se regardent.
Il lui tend la main :
«Je suis Bill»
Elel hésite.
Elle lui serre néanmoins la mains.
«moi c'est Gwen ...»
Il aime ce prénom.
Il n'ose pas lui parler.


«Bill ?»
Cette voix vient de derrière eux.
«Qu'est-ce que tu fous là ? Emma nous attend !»
Ils se sont retournés.
Gwen voit Tom pour la première fois.
Du moins, elle le voit tel qu'il est vraiment.
Gwen voit les gens comme ils sont.
Pas comme ils paraissent.
«Tom, je te présente Gwen»
Il dévisage la jeune fille.
«Enchanté ...»
Elle sourit.
«Alors tu viens ?»
Gwen les regarde successivement.
«Jsuis désolé, j'ai fini»
Tom s'en va, les laissant seuls.
«Gwen ?»
Il a tiré la jeune fille de sa rêverie.
Elle le regarde d'un air interrogatif.
«Ça te dérangerai ...»
Il hésite.
«De me montrer la bibliothèque ?»
Elle est déçue.
Elle ne le laisse pas voir.
Elle a appris à cacher ses sentiments depuis le temps qu'elle se renferme sur elle même

Encore une fois elle rentre à pieds.
Encore une fois sous la pluie d'ailleurs.
C'est la chose qui a le plus tendance à l'agacer.
Elle rentre chez elle commeà son habitude.
Sa soeur est devant la télévision.
Elle lui prépare un goûter et la laisse.
Elle monte les escaliers.
Elle écrit encore.
Elle se détend peu à peu.

«Gweeeeeeeeeeen ?»

Elle descend les escaliers.
La porte est ouverte.
Gabrielle la tient.
Ils sont là.

«Retourne devant la télévision ma puce»

Elle se retrouve avec eux.
Ils sont d'une beauté étrange.
Elle leur demande s'ils veulent quelquechose.
Ils lui sourient et la remercie.
Plus elle les regarde plus elle voit qu'ils se ressemblent.

«Gweeeeeeeeen ! C'est l'heure de la douche ?»

Elle s'excuse.
Elle met sa petite soeur dans le bain pour qu'elle joue un peu.

Elle retourne à la cuisine, là où elle a laissé les jumeaux.
Ils discutent de tout et de rien.
Tom semble blazé.
Bill dévisage la jeune fille.
Il la trouve très belle.
La petite Gabrielle descend les escaliers, en pyjama.

«Gwen Gwen !»

Elle regarde sa petite soeur.
Elle est trop mignonne comme ça.

«Oui ma puce ?
-J'ai faim !»

Elle réfléchis.
Elle leur proposerait bien de rester manger.
Elle hésite.
Mais elle finit par se lancer.

«Vous voulez rester manger ?»

Elle attend la réponse.
Chaque seconde de cette attente est infernale en elle.
Les jumeaux se regardent.
«Avec plaisir»
Bill sourit radieusement.
Gwen est soudainement soulagée.
Tom ne voulait pas rester.
Mais c'était hors de question de se séparer de son frêre.
Surtout pas en le laissant avec elle.
Gwen savait déjà qu'elle commanderai des pizzas.
Elle leur demande ce qu'ils veulent.
Bill répond avec ce même sourire.
Tom fait la moue.
Gabrielle est surexitée.
Elle n'arrive pas à croire que les jumeaux Kaulitz sont dans sa maison.
«Gwen ? Tu crois qu'ils voudront bien me signer des autographes ?
-Je sais pas ma puce ... Va leur demander»
Et c'est toujours avec un grand sourire que Bill répondit oui.
Tom le suivit, bien contraint de faire pareil.
On sonne à la porte.
Gabrielle ouvre timidement.
Bill insiste pour régler le livreur.
Ils se mettent à table.
Elle ne le regarde pas.
Au contraire de Gab qui semble fascinée.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:07

La pendule sonne 21h00
«Gab, ma chérie, tu dis bonne nuit ?
-Bonne nuit»
Bill l'embrasse sur la joue.
Tom le suit encore une fois.
Gwen monte la coucher.
Elle redescent.
Bill sourit toujours.
Ce qui a tendance à énerver un peu Gwen.

Ils s'en vont.
Il la remercie.
Elle sourit légèrement.
Elle ferme la porte derrière eux.
Elle range la cuisine.
Elle pense à cette soirée.
Elle se douche.
Elle pense à eux.
Elle va dans sa chambre.
Elle écrit.
Elle se libère.
Elle éteind la lumière.
Elle s'allonge.
Elle ferme les yeux.
Elle pense à lui.
Elle s'endort, le coeur léger.

Le réveil sonne.
Elle sursaute.
Elle se lève.
Elle descend les escaliers et prépare le petit déjeuner.
Elle réveille sa soeur.
Elles mangent ensemble.
Elles se préparent et partent pour les cours.
Quelqu'un interpelle Gwen au loin.
Elle s'arrète et se retourne.
Il est là.
Il lui sourit.
Il parle de tout et de rien.
Elle le regarde.
La sonnerie les interromps.

Les cours passent.
Gwen arrive à son casier.
Elle l'ouvre.
Un papier tombe à ses pieds.
Elle le prend et le lit.
Il la remercie pour hier soir.
Elle sourit.
Elle sent une main sur son épaule.
Elle se retourne.
Son sourire s'en est allé.
Elle est là.
Avec sa bande de poufs derrière elle.
Elle la regarde avec un air assassin.
«Tu les touches pas.
-Pardon ?»
Elle ricane.
«Gwen ?»
Elle se retourne.
Ses poufs s'écratent.
Il est là.


Elle s'en va.
Suivie par ses toutous.
«Re-coucou Gwen»
Elle ne répond pas.
«Tu vas toujours bien ?»
Elle aquiesce.
«Jme dmandais ... si tu accepterais de venir regarder un film chez moi ...»
Il rougit.
Elle réfléchit.
Gab dort chez une amie ... on est vendrdi ...
Il attend.
«Pourquoi pas»
Il se détend légèrement.
Il prend ça pour un oui.
Il aime l'entendre dire son prénom.
Il sourit.
La cloche sonne la fin de la récréation.

Elle le laisse.
Il meurt d'envie de la retenir.
Mais une fois encore, il ne le fait pas.
Elle arrive en cours.
Elle s'asseoit près de la fenêtre et contemple le paysage.
Elle écoute à moitié le prof.
Elle pense à lui.
Fait-elle ça pour lui faire plaisir ?
Ou pour autre chose ?
Elle est interrompue dans ses pensées.

«Melle Gwen, pourriez vous avoir l'obligeance de répondre à ma question ?»

Sous les yeux ébahis de tous ses camarades, elle répond.
Et juste en plus de ça.

»Bien ! Mais que votre ... votre attitude ne recommence pas ! Le cours c'est ici et pas dehors !»

Elle aquiesce.
La sonnerie résonne et la libère de ce vieux crouton.
Elle sort.
Elle doit aller chez lui.
Mais elle ignore où il habite.
Ou même si elle doit l'attendre quelque part.
Elle s'en moque royalement en fait.
Elle prend la direction de la sortie.
Et là elle le voit.

«Tom ! Tom ?»

Le jeune homme se retourne.
Il est déçu.
Ce n'est que Gwen.

«Désolée de te déranger, mais Bill m'a invitée à venir regarder un film et je ne sais pas où vous habitez ...»

Il la regarde étrangement.
Comme si c'était une évidence de savoir où ils vivent.

Heureusement que Tom n'est pas aussi con qu'il veut le paraître
Il emmène la jeune fille chez eux.
Il la largue là, au milieu de la carrée.
C'est ce qu'on pourrait qualifier de ... blasant.
Elle est seule.
Elle observe.
Elle attend.
Il l'interpelle.
Elle le regarde.
Et sourit.
Il s'excuse de ne pas lui avoir précisé les choses.
Il lui montre les longs esacliers.
Elle prend ce chemin tortueux.
Il la suit.
Il voudrait mettre son bras autour de sa taille.
Mais, à nouveau, il n'ose pas.


Ils arrivent en haut.
Gwen s'arrète.
Bill l'interroge des yeux.
Elle sourit.
Il lui montre le couloir sur la droite.
Elle le prend.
Il songe.
Elle est vraiment belle de dos.
Il la rattrape.
Et soudainement ouvre une porte sur leur gauche.
Gwen rentre.
Elle est émerveillée par la luxure.
Par la grandeur de la pièce.
Pas la décoration qui est de toute beauté.
Il l'invite à s'asseoir.
Elle s'execute, comme sous l'emprise de ses ordres.
Il allume la télévision.
Il met un DVD.
Sans même demander à Gwen ce qu'elle veut regarder.
Il sait que ce qu'il a mit lui plaira.
Le film commence.
Il s'asseoit à côté d'elle.
Il la regarde.
A vrai dire il l'a dévisage.
La contemple.
Elle ne cherche pas à le calculer.
Ils regardent le film.
Il voudrait tant l'embrasser.
Mais il n'ose pas tenter.
Elle se demande pourquoi elle est là.
Et finalement elle s'endort.
Sur son épaule.

Il la réveille doucement.
Elle s'excuse et file.
Il reste là.
Son frangin débarque.
«Rassure moi, t'es pas amoureux de cte fille ?
-...
-Tu te l'aies faites ?»
Bill regarde son frêre d'un air exaspéré.
»Mon pov' Bill, cpas comme ça que tu sortiras avec elle. T'as encore beaucoup à apprendre. Genre moi jme la fait quand jveux.»
Bill repousse son frêre.
Tom sort de la chambre en ricannant.
Son frêre le rappelle. Il revient, sourire aux lèvres.
«Alors on parie ?
-N'essaye même pas.
-T'as peur que je gagne ?»
Et cette fois ci il s'en va réellement.
Et prend la direction de la maison de la jeune fille.
Il sonne. Gwen se demande bien qui peut sonner à cette heure ci.
Elle ouvre la porte quand même.
Quel ne fut pas le choc de voir Tom devant chez elle à minuit.
Elle lui proposa de rentrer.
Il veut »parler» avec elle.
Elle l'invite à s'asseoir sur le canapé.
Elle lui demande s'il veut boire quelque chose.
Il accepte. Elle lui ramène une bière.
Il la sirote comme du lait.
Il ressemble vraiment à son frêre ... de prêt.
Il pose la canette sur la table.
Elle détourne son regard.
Il sourit. Avec un sourire pervers même.
Il la regarde. Il comprend un peu plus son frêre maintenant.
Il se rapproche d'elle tout doucement.

Encore un peu.
Il sont à quelques centimètres l'un de l'autre.
Elle ne bouge pas.
Elle ne cherche pas à comprendre ce qui se passe.
Elle est comme paralysée.
Il se rapproche dangereusement d'elle.
Il pose ses lèvres sur les siennes.
Elle ne réagit pas.
Il entrouve la bouche.
Elle se laisse faire.
Il passe sa main dans ses cheveux.
Gwen tremble légèrement.
Elle n'a encore jamais fait ça.
La main de Tom descend petit à petit sur le cou de Gwen.
Puis sur les épaules.
Il fait lentement descendre la bretelle du haut de la demoiselle.
Elle frémit. Il l'embrasse toujours.
Gwen est toujours paralysée.
Il retire le petit top bleu.
Elle tremble de plus belle.
Les baisers de Tom se font plus passionés.
Il descendent vers la poitrine de Gwen.
Il sait qu'elle aime ça.
Il baisse son baggy qu'il envoie valser sur la table basse.
Sa virilité s'exprime.
Gwen voudrait tant réagir.
Une casquette qui vole sur le buffet, une.
Les dreads de Tom tombent sur elle.
Il sait qu'il peut continuer.
Il sait qu'il peut faire ce qu'il veut d'elle car elle est tétanisée.
Il sait qu'il peut le faire, pour se le prouver et pour prouver à son frêre que c'est facile.
Il baisse le jean de Gwen.
Laissant voir un string.
Il la prend dans ses bras. Histoire de prendre sa position de dominant.
Elle tremble. Non pas de peur. Mais parcequ'elle a froid.
Elle frissone. Il ressère son étreinte.

Il sait qu'elle aime ça.
Enfin, il croit qu'elle aime ça.
En réalité, elle est morte de peur.
Elle voudrait crier.
Mais aucun son ne sort de sa bouche.
Elle voudrait le repousser.
Mais elle est paralysée.
Des larmes coulent lentement le long de ses joues.
Puis elle pense à lui.
Et une force inconnue s'empare d'elle.
Elle tente de repousser Tom.
Mais elle est bien trop fatiguée.
Il se sépare d'elle.
Elle n'est peut être pas si facile à dompter que ça.
Ses yeux s'excusent pour lui.
Elle lui pardonne. Mais elle a toujours peur.
Il se rhabille et file.
Mais elle le retient. Elle pleure.
Il la prend dans ses bras.
Il s'excuse encore et encore.
Puis sur le canapé de la demoiselle, ils s'endorment.
Elle, à moitié nu, et lui, sans casquette.
Elle se réveille au beau milieu de la nuit (qui était d'ailleurs déjà bien entamée lorsqu'elle s'était endormie).
Elle se retrouve dans les bras de Tom.
Elle tente de se remémorer la soirée.
Il ne l'a pas violée.
Il a bien failli. Elle a voulu réagir.
Elle se sent faible et bonne à rien.
Elle tente de le réveiller. Mais il dort à point fermé.
D'ailleurs, il ne semble pas vouloir la lâcher.
La voila coincée là.
Doit elle profiter de ce moment ou tout faire pour y mettre fin.
Elle n'en sait fichtre rien.
Elle l'observe. Centimètre carré par centimètre carré.
Il est beau. Mais qu'est-ce qu'il est ... étrange.


Elle le contemple.
Il est vraiment de toute beauté.
Il entrouvre les yeux.
Elle lui sourit. Il sent coupable d'avoir tenter de lui faire du mal.
Elle se lève doucement.
Le téléphone sonne. Elle décroche.
«Allô ?
-Bonjour Gwen.
-Bonjour maman...
-J'ai plusieurs nouvelles à t'annoncer ... assieds toi ça vaut mieux»
[...]
Gwen raccroche. Elle pleure de tout son corps.
Tom s'approche d'elle et l'interroge du regard.
Elle pleure encore plus.
Il s'asseoit auprès d'elle et essuie ses larmes.
Elle se confie.
»Comment ça ? Tes parents emménagent en australie pour leurs recherches ? Et ils emmènent ta petite soeur avec eux ?»
Elle hoche la tête en signe d'affirmation.
Elle est secouée de spasmes.
»Pourquoi tu ne vas pas avec eux ?
-Je ... suis inscrite à une université ici.»
Il la prend dans ses bras, la rassure, la berce.
«Allez t'inquiètes pas va.»
Il doit la laisser. Puisqu'il est une star.
Il l'embrasse sur la joue et s'en va.
Elle reste là, seule.
Puis elle monte dans sa chambre et écrit des pages et des pages.
Elle lève là tête vers sa commode.
Il y a des photos d'elle et de Marie.
D'elle et de Gab. D'elle et de ses parents, sa famille.
Elle pleure à nouveau.
Pourquoi lui enlève-on tout ce qui, jusque là, a contribué à son bonheur ?
Elle songe à se tailler les veines. Mais à quoi bon ?
Elle ne peut abandonner sa soeur.
En commençant par admettre qu'elle la revoit.
Et elle lui avait prommis de rester tant que possible dans ce monde.
Elle ne peut trahir la promesse qu'elle avait faite à Marie.
Elle se retrouve seule. Sans famille. Sans ami mais ça ce n'est pas nouveau. Et sans le petit rayon de soleil qu'était sa soeur.

Elle a envie de gueuler.
De tout casser.
Envie de se libérer.
De briser les chaînes qui depuis si longtemps la retenait.
Mais putin ! Pourquoi ? Mais pourquoi elle et pas une conne de passage ?
Qu'on lui dise !
Elle descend les escaliers d'une traite et fonce sur la porte.
Elle l'ouvre en trombe.
«Et merde !»
Manquait pus que lui tiens.
Et un mec par terre, un.
Elle l'aide à se relever.
«Désolée
-C'est rien... mais faut pas que ça devienne une habitude
-Tu veux quoi ?
-Bah jvoulais te voir c'est tout
-J'ai pas le temps là»
Et elle le laisse, planté là, seul, comme un con.
Qu'il est, pense t'elle.
Et elle marche marche marche.
En fulminant et tuant du regard toute personne osant l'interroger.
Putin qu'est-ce qu'elle a mal aux pieds.
Et demi tour à la con, qu'elle rentre chez elle.
*NUUUUUUUUUT*
Mais quel est le con qui la klaxonne ?
Et en plus elle doit s'arréter parcequ'il continue.
Mais quand les gens comprendront-ils qu'elle n'est pas dans son jour ?!
«Gweeeeeeeen ?
-Quoaaaaaaaaaaa ?
-Reviens enfin !
-Lâche moi tu veux»
Et voilà qu'il la choppe et la fout dans sa limousine.
Mais faut leur faire un dessin ou ils ont besoin d'une tarte pour comprendre ?

Pourquoi faut-il qu'elle pleure pour qu'on la voit ?
Pourquoi faut-il qu'elle rage pour qu'on ne l'ignore pas ?
Pourquoi a-t'elle l'impression de servir à rien ?
La voiture démarre. Là voila coincé avec lui.
Putin que c'est grand ce truc.
«Qu'est ce qui te prends ?»
Pourquoi doit-elle rester là ?
Avec cette star égoïste, narcissique, égocentrique ou tout simplement avec ce con de mec.
Sérieusement, elle commence à péter un cable de plus.
«Ecoute mon ptit gaars, j'ai pas besoin de toi et encore moins de l'obsédé dreadeux qu'est ton frêre !»
Mais putin pourquoi il la regarde comme ça ?
«Ah, et au passage ...
-Oui ?
-JE VEUX DESCENDRE !»
Et voila qu'il la regarde encore comme ça.
Mais putin pourquoi il arrète pas la bagnole ce con de chauffeur ?
«Mais putin tu l'arrètes ta limousine ou faut que je le fasse moi même ?
-J't'invite au restaurant.
faudrait que jte donne la permission de m'inviter.
Or, j'ai pas envie donc t'as deux solutions, ou tu me laisses ici, ou tu me ramènes chez moi.
En tous les cas, tu me lâches.»
Mais putin pourquoi il continue de lui sourire ?
«Tu te vexes des fois ?
-Oui.
-On dirait pas
-Je suis dans un bon jour
-Ouais c'est ça
-Alors ?»
Dans le genre exaspérant, elle lui donnerai bien la palme d'or.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:07

«Alors quoi ? Tu me ramènes chez moi point !
-...»
Il susurre quelques mots au chauffeur.
Et voila la voiture qui va plus vite. Super.
Si elle a le mal de la route, elle sait déjà où elle ira vomir.
Et plus les minutes passent, plus elle a envie de gerber.
Et plus elle se fait chier, aussi.
Et l'autre qui la reluque.
Non sérieusement, elle va lui en coller une.
Il la contemple.
Elle, est exaspérée.
Mais pourquoi le trajet est-il si long ?
La voiture s'arrète enfin.
Ô joie ! Elle va pouvoir respirer l'air pur.
«Reste là»
Comme si Gwen allait rester là à l'attendre.
Il sort de la voiture.
Elle l'imite. Sauf qu'elle, elle s'en va.
Pour de bon.
Et elle marche marche marche.
Elle pense à lui
Mais qu'il est con ce mec.
Et son frêre ... guère mieux.
Quoique Tom, au moins, il la réconfortée ... après avoir tenté de la violer.
Elle arrive chez elle quelques heures plus tard.
Elle ouvre la porte, la referme aussitôt et va dans la cuisine.
Et si il l'aimait ?
Qu'est-ce qu'elle en avait à faire.
Depuis qu'ils étaient arrivés, toute sa vie avait basculée.
Elle ne peut que leur en vouloir.
Elle se fait rapidement un plateau repas qu'elle mangea devant la télévision.
Le week end, qu'est-ce que c'est bien.
Enfin, avec Gab.
Mais seule avec ses pensées, c'est infernal.
Elle pose le plateau sur la table.
Elle prend son manteau et sort.
Elle marche rapidement.
Il pleut.
Elle s'emitoufflerai bien dans son blouson.
Mais elle préfère chopper la crève.
Elle s'engouffre dans un cimetière et marche d'un pas décidé vers l'endroit le plus sombre.
Elle s'agenouille et pleure.
Sur une plaque, on peut lire : "A ma moitié".
Quant à la pierre tombale, il est mit : "Marie 1990 - 2002"
Gwen pleure encore.
Puis elle se confie à Marie.
Pendant quelques temps.
Elle retire les fleurs fannées.
Et s'en va.
La nuit tombe. Elle marche rapidement et rentre chez elle.
Elle est trempée. Et tout ça par sa faute.

De toute façon, c'est bien connu, les mecs servent à rien.
Elle monte dans sa chambre et se retire ses fringues trempées.
Pour en mettre des plus correctes.
Quand elle pense qu'elle fait ça à cause de lui.
Elle a envie de comettre un meurtre.
Elle écrit.
Il faut qu'elle se libère de ce qu'elle a.
Puis elle rajoute les feuilles avec les autres.
Histoire de toute une vie bien courte.
Mais bien longue aussi.
Elle se sent coupable.
Non, elle ne l'est pas.
C'est de sa faute si tout va mal.
De leur faute en fait.
Et c'est des stars. Eux.
Elle allume la radio.
Rette Mich.
Sans commentaire.
Elle essaye de se persuader que cette chanson est horrible.
Pour ne pas souffrir plus longtemps, elle coupe.
Que faire maintenant qu'elle est seule ?
Tout le monde se dit, lorsqu'on est seul, on a la belle vie.
Certes, plus aucune règle, plus de lois, plus d'interdit.
Mais un trou immense en vous.
Ce trou qu'elle ne peut reboucher, quelque soit le moyen.
Ce trou qui ne faisait que s'agrandir à cause de ces garçons.
Qui lui rappelle à quel point elle a besoin d'être entourée.
A quel point elle est seule face à la vie.
Elle s'effondre sur son lit.
En larmes, comme tous les soirs.
Et puis s'endort.
Elle part au pays où tout est possible.
Où tout lui est permis.
Où elle peut faire ce qu'elle veut. Avec sa soeur.
Et avec Marie.
Elle voudrait rejoindre ce monde qui lui est accessible la nuit.
Mais ça lui est impossible.

Le réveil sonne.
Une journée de plus qui commence.
Gwen se lève.
Elle déjeune.
Elle se prépare.
Et là voilà au bahut.
Premier cours de la journée : physique.
Il ne manquait plus que ça !
La prof la déteste.
Elle déteste la prof.
Et pour courroner le tout, le cours est en commun avec leur classe.
Et voila la vielle qui rentre.
C'est pas compliqué, cette prof ressemble à un hyenne.
Elle est vieille, conne et moche.

"Le prochain devoir ce fera par deux."

Mais quelle voix grinçante !
Elle prie pour ne pas être avec un d'entre eux.

«Casses-pieds avec casses-pieds, Kaulitz avec votre voisine de derrière. »


Trop tard.
Sa semaine est morte d'avance.

«Madame ?
-Qu'est-ce que vous avez vous ?
-Puis-je changer de partenaire ?
-Non
-Mais...
-Pas de mais ! Non c'est non ! Point final ! »

Super. Manquait plus que ça ! Un devoir avec Tom.
Qui dit Tom, dit Bill.
Qui dit Bill, dit putinonestpassortisdel'auberge.
La pauvre Gwen.
La sonnerie retentit enfin.
Elle sort le plus vite qu'elle peut.
Elle veut absolument l'éviter.

«Gweeeen ?
-Merde
-Gwen ?
-Quoi ?
-On fait comment ?
-Pour ?
-Le devoir de la vieille ? »


Et Gwen s'en va.
Laissant ce crétin à casquette sur place.
Elle la croise.
Il sera pas tout seul au moins.
Emma le consolera.
Pitoyable.
Vraiment.
Tout comme la prof et ses idées.

Le jour pour rendre le devoir est arrivé.

«Où est votre projet ?
-Nulle part.
-Je vous demande pardon ?
-On l'a pas fait.
-Comment ça ?
-Je ne travaillerai pas avec lui !
-Vous me rendez ça demain ou c'est 0 et convocation des parents.
-Ah ah faites-moi rire. Mes parents sont tellement loin d'ici. Eux au moins il voient pas votre tronche tous les jours.
-Chez le principal et MAINTENANT ! Kaulitz ! Vous l'accompagnez.
-Bien Madame.»

Quel lèche cul celui là.
Elle sort de la classe.
Il la suit.
Il s'approche d'elle et lui prend la main.

«Qu'est-ce qui te prend toi ?
-Rien ...»

Il est vraiment pas net ce mec.
Elle en est sûre maintenant.

Elle prend la direction du bureau du principal.
Ce mec est un con.
Elle toque.
Elle rentre, suivi de Tom.

«Gwen ? Que me vaut le plaisir de vous voir ?»

Tom prend la parole.
Le dirlo est sur le cul.
Il ne punira pas Gwen cette fois-ci.
Car elle est bonne élève et que c'est la première fois.
Ils sortent.
Ils arrivent dans un couloir désert.
Est-ce sa chance ?
Il s'arrète. Elle aussi.
Elle le regarde. Il réfléchit.
Elle en a déjà marre d'attendre.
Un éclair passe dans les yeux du jeune homme.
Sans prévenir Gwen, il la plaque contre un casier et l'embrasse.
Elle va réagir. Elle le sait.
Elle ne peut pas rester comme la dernière fois.
Elle ne peut pas rester immobile à attendre la fin.
Pourtant, elle le fait.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:08

Elle est assise dans cette chambre.
Froide, blanche, calme.
Elle est là.
Allongée. Pâle.
Sur le point de partir.
Elle lui fait promettre d'aimer à nouveau.
Et de continuer de vivre.
Gwen pleure de tout son corps.
Elle tiens fermement sa main.
Bien décidée à ne pas lâcher.

Les yeux de son amie se ferment.
Elle sourie.
Gwen explose en larmes.
Jusqu'à ce que les premiers rayons du soleil perçent.
Une nouvelle journée commence.
Mais saura-t'elle vivre sans Marie ?

Il l'embrasse toujours.
Va-t'elle se laisser faire pour prouver à son amie qu'elle peut aimer ?
Il se détache d'elle.
Un sourire flottant sur ses lèvres.

Elle court. Loin de lui.
Loin de tout.
Elle toque à la porte de sa salle de cours.
La prof demande même pas où est Tom.
Bill interroge du regard la demoiselle.
Pour toute réponse, il aura le détournement de la tête de Gwen.

Elle s'asseoit.
Il revient en cours.
Un sourire pervers toujours sur ses lèvres.
Une étincelle dans les yeux.
Il s'asseoit aussi.
Il raconte tout à son frêre.


Elle sort de la pièce, maintenant dépourvue de toute chaleur humaine.
Elle ne veut plus y penser.
Elle ne doit plus y penser.
Mais elle n'arrive pas à effacer ce qu'elle vient de voir.
C'est normal. Elle a perdu sa soeur de coeur.
Sa jumelle. Sa seule amie.
Elle voudrait la rejoindre.
Mais elle ne peut pas.

La sonnerie retentit. Enfin.
La liberté l'opresse. Un peu trop d'ailleurs.
Elle sort en quatrième vitesse.
Elle ignore cet idiot qui l'appelle derrière elle.
Elle ne veut plus le voir.
Ni lui, ni ce qu'elle a vu.
Elle veut l'oublier.
Lui et ce qu'elle a vu.
Elle veut lui pardonner.
Lui et son amie.
Elle rentre chez elle.

Est-ce que quelqu'un sait ce que c'est de passer pour ce qu'on n'est pas ?
Est-ce que quelqu'un sait ce que c'est d'avoir des remordes au fond de soi.
De vouloir s'exuser mais de ne pas y parvenir.
De vouloir crier sans pouvoir le faire.
De vouloir libérer sa haine.
De vouloir lâcher tout ce qu'on a.
De vouloir être vu comme on est réllement.
Elle voudrait qu'on la voit pour ce qu'elle est.
Mais elle ne peut pas.

Elle écrit encore et toujours.
Déversant son coeur sur le papier.
Déversant son âme à travers l'ancre.
Laissant couler les larmes.
Elle voudrait être comme toutes les filles de son âge.
Elle voudrait. Mais comme beaucoup d'autres choses, elle ne peut pas.

On sonne à la porte.
Elle sait parfaitement qui c'est.
Et c'est pour ça qu'elle n'ira pas ouvrir.
Et ce crétin insiste.
Dix minutes plus tard, il est toujours pendu à la porte.
Elle va quand même pas le laisser là.
Il risquerait de geler sur place.
Quoique ...

Elle descend lentement les escaliers.
Il gueule à travers la porte.
Chante beau merle, t'auras une belle cage.
Elle ouvre. Il sautille tellement il a froid.
La cigale ayant chanté tout l'été ...
Il rentre et se réchauffe.

«Qu'est-ce que tu me veux ?
-Je voulais m'excuser...
-T'excuser ? C'est pas dans ton vocabulaire ça ! Et non, je ne t'inviterai pas à boire un coup si c'est pour que tu me sautes encore dessus !»

Il reste de marbre face à la remarque.
Il ne se gène pas pour rentrer dans le salon.
Gwen va s'énerver. Elle le sent.
Ses yeux lancent des éclairs.
Il se décontracte.

«Tu comprends pas quoi dans ce que je viens de te dire ?
-J'ai très bien compris au contraire.»

C'est définitif. Il est con.
Et dire que toutes les filles le veulent.
Pathétique. Pitoyable même.

«Jte montrerai bien la sortie, mais j'ai trop peur de me casser un ongle.»

Ironie quand tu la tiens.
Tom ne bouge pas.
Provocateur. Il va souffrir.

«Tu cherches quoi ?
-Rien.»

Il se lève. La dévisage.
La scrute. L'apprécie même.
Ses cheveux si beaux. Noirs ébènes.
Ses yeux bleus. Ses lèvres si fines et tout juste rosées.
Il a envie de la croquer.

Mais comment peut-elle se débarrasser de ce boulet ?

«Qu'est-ce que tu veux que je fasse pour que tu t'en ailles à jamais de ma vie ?»

Il lui fait signe de s'asseoir.
Pour qui se prend-il ?
Elle est chez elle et il lui donne des ordres ?
Elle est une fille, pas son chien.
Elle n'a qu'une hâte, qu'il parte.
Elle s'asseoit. Plus vite fait, plus vite libre de son emprise.
Il la dévore encore des yeux.
Il se rapproche dangereusement d'elle.

Il sait qu'il peut le faire puisqu'elle a peur à chaque fois.
Elle voudrait ne pas avoir peur.
Elle n'a pas peur. Mais chaque fois qu'il la touche, elle est paralysée.
Tetanysée.
Alors que c'est n'est qu'un mec.
Il s'approche d'elle. Il veut le faire. Il le fait.
Elle ne bouge plus, comme à son habitude.
Si on peut califier ça d'habitude.
Comme à chaque fois, elle veut le repousser.
Mais elle ne peut toujours pas.
Alors elle profite de ses lèvres.
Elles sont douces.
Il est surpris, mais il est bien décidé à aller plus loin.
Tant qu'on y est hein.

*********************************************************
Sa langue bute contre les dents de Gwen.
Elle entrouvre la bouche.
Leurs langue jouent ensemble.
Elle met ses bras autour de son cou.
Il lui sourit. Un éclair passe dans les yeux du jeune homme.
Elle retire sa casquette.
Il passe sa main sur la cuisse de la demoiselle.
Il la remonte lentement avant de retirer le top noir de Gwen.
C'est à ce moment qu'il remarque qu'elle a, elle aussi, une poitrine bien fournie.
Il la dévore des yeux.
Il fait lentement glisser la mini jupe de la demoiselle.
La laissant en sous vêtements. Il met ses mains sur le dos, désormais nu, de Gwen.
Elle dégraffe la ceinture de Tom.
Ce dernier retire son baggy et l'envoie par terre.
Elle passe ses mains sous l'ample t-shirt du jeune homme.
Puis elle retire ce grand bout de tissu. Il passe sa main sur le visage pur de Gwen.
Il caresse son corps. Ses doigts se retrouvent tout près de l'intimité de Gwen.
Il en fait rentrer un. Puis deux. Gwen laisse échapper un petit cri.
Il s'approche de son oreille et lui murmure un petit
«Ne t'inquiètes pas». Elle se détend et se laisse faire.
Il pénètre en elle. Elle ne souffre pas, bien que ça soit la première fois.
Il entame les va-et-viens. Gwen gémit un peu plus fort à chaque fois.
Il l'embrasse tendrement et se vide en elle.
Elle jouit. Il est crevé. Elle aussi.
Elle s'endort dans ses bras, un sourire flottant sur ses lèvres.
*********************************************************


Il s'était enfuit aux premières lueurs du jour.
Gwen se réveille. Seule.
Nue. Sur son canapé. Sous une couverture.

Au lycée.
Elle rentre en cours.
Le professeur rentre.

«J'espère que vous avez passé un bon week end»

Il commence son cours.
Gwen est ailleurs. Elle voudrait être une petite souris.
Depuis le début du cours, Tom a les yeux braqués sur elle.

«Je pense que Gwen pourra nous en dire un peu plus long sur le sujet, n'est-ce pas ?
-Je pourrais Monsieur.
-Et bien nous vous écoutons, levez vous.»

Elle se lève. Elle ne sait même pas de quoi elle doit parler.
Génial. Manquait plus que ça quand même.
Tout le monde la regarde.

«Nous vous écoutons Gwen
-Putain
-Il veut que tu lui parles de la première guerre mondiale»

Gwen se retourne furtivement.
Tom vient de lui souffler ce qu'elle devait faire.
Il veut vraiment quelquechose lui.
C'est pas croyable ça.
Et voila qu'elle sort un discours complet sur le sujet.
Le prof la remercie et l'invite à s'asseoir.

Liberté. Enfin.
Elle range ses affaires le plus vite possible.
Elle ne veut pas lui parler.
Elle fonce à la caféteria.
Elle prend son plateau et s'asseoit.
Il ne la trouvera pas dans ce bazzar.

«Gwen ?»

Ok, elle s'est trompée.
Il y a du bruit autour.

«Tom ?»

Elle avait dit ça sur un ton froid. Plat. Sans sentiment.

«J'existe encore ?
-...
-Ecoute mon coco, c'que t'as fait c'est vraiment lamentable !
-Mais...
-Ta gueule ! Jveux p'us de voir !
-Mais...
-QU'EST-CE QUE JE VIENS DE TE DIRE ?
-...
-C'est pas parceque t'es une star que t'as tout permis !»

Les regards sont tournés vers eux.
Il reste muet

«Et si tu me reparles, si ce n'est qu'une fois, je porte plainte pour viol !»

Et sur cette phrase, elle part.
Dans la cafet' c'est ... indescriptible.
Des filles pleurent.
Des autres ont recraché ce qu'elles avaient dans leur bouche.
Des garçons sont effarés.
Tom reste là. Sans savoir que faire.
Bill arrive derrière lui.
Il le tire en dehors de la salle.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:08

«Mais putin qu'est-ce que t'as encore foutu Tom ?
-Mais rien ptin !
-Bien sûr, et Gwen vient d'inventer ça ! Et bien sûr, t'es rentré tôt cmatin juste parceque t'avais envie dprendre l'air !
-...
-Tom tu commences à faire chier ! Jpensais que tu pouvais te surveiller tout seul du haut de tes 17 pijes.
-Mais putain elle s'est laissée faire !
-T'as encore pas remarqué qu'elle avait peur quand tu lui fsais ça ?»

Tom tente de se libérer de son frêre.

«Minute papillon ! Tu vas où là ?
-'Tin mais lâche moi Bill !
-Tu vas aller t'excuser et rapidement !
-T'as entendu cqu'elle a dit ?»

Il imite Gwen. Bill grimace.

«Jm'en fou tu vas t'excuser ! Ton comportement est ... roh pis tu m'saoule»

Le jeune homme lâche son jumeaux et s'en va.

«Oh putin !»

Bill se retourne.
Qu'est-ce que son frêre a encore ?

«T'as craqué pour elle ?
-Hein mais qu'est-ce que tu mchies encore ?
-Allez accouche ! Tu l'aimes avoue le !»


****

La fin des cours.
Chez elle. Enfin.

Puisqu'on ne la comprend pas.
Puisqu'on ne cherche pas à la comprendre.
Puisqu'elle est juste bonne quand il a envie.
Puisqu'il lui est inutile de pleurer.
Puisqu'il lui est inutile de rager.
Puisqu'elle est seule.
Puisqu'elle n'a besoin de personne.
Puisqu'elle a envie d'hurler.
Puisqu'elle a envie de lâcjer ce qu'elle a.
Puisqu'elle veut partir.
Elle partira.
La lame fraîche sur son cou.
Aura-t'elle le courage ?
Non. Elle ne pourra vraiment pas couper la tête d'un pauvre petit lapin.
Autant commander des pizzas.
Elle serait moins dégoutée.


****

Il arrive devant la porte de Gwen.
Osera-t'il sonner ?
Osera-t'il s'excuser.
S'excuser pour son frêre.
Bill est réduit à ça pour pouvoir parler à la jeune fille de ses rêves.
Il approche son doigt de la sonnette.
Il appuie. Son sang se glace.

«Qui est là ?
-C'est Bill ... j'ai des choses à te dire»

Elle ouvre la porte.
Il sourit. Il rayonne même

«Va t'faire voir»

Et vlan !
La porte dans l'pif

Une semaine est passée.
Seule. Dans le salon.
Télé allumée. Assise par terre.
Un gâteau sur la table basse devant elle.
Un briquet à la main.

Voilà comment on pouvait trouver Gwen en ce jeudi 21 décembre.
Elle murmure quelquechose.
Elle fredonne un petit air.

«Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire gwen»

Elle allume une à une les dix-sept bougies sur le gâteau au chocolat disposé devant elle.

Elle ferme les yeux et se concentre.
Elle souffle délicatement les bougies.
Elle a souhaité l'impossible.
Elle l'a souhaité au plus fin fond d'elle même.
C'est loin tout ça...

Elle a reçu un colis ce matin.
En voyant mis Sidney dessus elle l'a tout de suite ouvert.
Pour trouver un dessin fait par sa petite soeur.
Et un collier. Le tout accompagné d'une lettre.
Elle ne l'a pas lue. Elle ne la lira pas.
Pas avant demain. Elle ne voudrait pas gâcher son anniversaire.
Ou alors prolonger son bonheur.

Il est l'heure de retourner en cours.
Elle n'avait pas envie de manger à la cantine ... vu la tronche des "maccaronis" de la dernière fois.


***

Dans les couloirs. En train de fouiller dans son casier.
Des personnes passent derrière elles.
Ils s'arrètent.

«Gwen ?»

Elle se retourne.

«Georg, Gus' j'vous présente Gwen»

Elle détourne la tête, ferme son casier et s'en va.
Un vent de plus, un.
Il la rattrape.

«Qu'est-ce qui te prend ?
-J'ai dit quelquechose à ton frêre, d'ailleurs, lui au moins il s'y tient.
-Et ?
-Et tu me lâches aussi.
-...
-D'autres questions ou la diva peut se débrouiller seule ?»

Sur le cul la billette.
Elle s'en va pour de bon.
Elle se dirige vers le cours de maths.
Elle adore les maths.
Les maths l'adorent.
C'est étrange mais c'est comme ça.

«Gwen, pourriez vous me résoudre l'équation au tableau je vous prie.
-16 sur pi monsieur
-Merci»

Elle doit l'avouer, elle en pince pour le prof.
Enfin, elle le trouve très mignon.
On toque à la porte.
La C.P.E. rentre.

«Bonjour !»

La classe répond tant bien que mal.

«Dorénavent, la première partie de la classe aura cours de français avec ...»

Gwen tombe dans les pommes après avoir entendu le nom de la classe.
Elle se réveille quelques minutes après.
Mais pourquoi faut-il qu'elle tombe avec la diva et sa jumelle.
En attendant, tout le monde est autour d'elle.

«Wo ! De l'air pitié»

Elle se relève comme si de rien n'était.
Et le cours reprend.
Bien que plus de la moitié de la classe ait les eux braqués sur elle.

La sonnerie rententit.
Encore deux heures. Deux heures.
Et ça sera les vacances.
Juste deux heures.
Dont une heure avec eux.
Gwen en a marre.
Marre d'eux.
Marre des cours. Des profs. De tout.

Elle se dirige vers la salle de français.
Elle hait la matière. Elle hait la prof.
Elle les hait.
Elle veut la paix.

Elle s'asseoit au fond.
La paix, elle l'a.

«Bonjour»

Elle, c'est la prof.
Accent faussement frenchie.
Vieille. Chignon bien tenu.
Lunettes de mémé.
Une kawne quoi.

«J'ai dit bonjour !
-Bonjour mademoiselle»

Et pour finir, vieille fille. Pas mariée.
Il faut dire qu'avec sa tête.
On toque à la porte.

«Entrez»

Gwen est soudainement exaspérée.
Ce sont des stars. Mais est-ce une raison pour arriver en retard ?
Ou se croire tout permis ?

«Bill, au fond. Tom, devant»

Le ponpon.
Rien de plus à ajouter.
Elle la hait. Elle le hait. Elle les hait.

*****

Le bruit de la cloche est pour Gwen, une sorte de poids en moins.
Plus de cours.
Plus de jumeaux.
Plus de profs.
Plus de Bill.
Plus de devoirs.
Plus de Tom.

Libre. Enfin. La liberté l'opresse. Un peu trop d'ailleurs.
Deux semaines. Deux. Et tout recommencera.
Elle retombera dans cet enfer.
Elle les reverra.

*****

«Gwen ?»

Elle se retourne.
Pour la première fois, elle ne veut pas fuir la personne qui lui parle.
Il, car c'est un garçon, lui sourit.
Il est grand, de beaux cheveux bruns, mi-longs ornent son visage.
Un regard sûr. Il est beau.

«Oui ?
-Je suis ...
-Je sais qui tu es.»

Elle lui sourit. Réellement.
Elle n'a pas besoin de lui mentir.
Il sait lire en elle comme dans un livre ouvert.
Pourtant, il ne la connaît pas.

«Je... enfin, on a pas eu vraiment le temps de faire connaissance ...
-Vu comment j'ai remballé l'autre ?»

Il rit. Elle aime son rire.
Elle le trouve si... enfin il faut la comprendre.

«C'est sûr que Bill n'a pas l'habitude de se faire casser comme ça.
-Peut être que comme ça, je pourrai tenter de reprendre une vie normale.»
Elle avait dit ce mot avec un certain dégout.
Comme quand on parle d'un plat qu'on hait, mais qu'on mange pour faire plaisir.

«Et si sinon, tu fais quoi là maintenant ?»
Si ça n'avait pas été lui, elle l'aurait rembaré.
Mais elle se sent bien en sa présence.
Comme apaisée, libre d'un poids depuis trop longtemps sur son dos.

«Rien
-Tu viens boire quelque chose avec moi ?»
Il rougit. Elle rit intérieurement.
C'est hallucinant de voir à quelle vitesse elle a pu passer du stade de "mademoisellejerembarrelemonde" à "mademoisellejememarrebien".
Elle lui sourit.

«Avec plaisir, Georg»
Qu'il aime l'entendre dire son prénom.
Il la trouve si... enfin il faut le comprendre.
Si belle, si pure, si amusante, intelligente, elle est parfaite.

«On y va ?»
Gwen est déjà quelques mètres plus loins.
Il était resté dans ses pensées. Il rattrape la jeune fille.

*****
Ils entrent dans un bar.
Il tire la chaise de Gwen. Elle s'asseoit.
Ils commandent. Le serveur revient et les sert.
Gwen sirote son jus de pomme.
Il la fixe, l'admire. Pure, belle, parfaite.

«Georg ?
-Et merde»

Gwen n'a pas besoin de relever les yeux de son verre pour comprendre que la diva et son crétin de frêre sont là.

«Bill ! Tom ! Vnez vous asseoir»

Les jumeaux s'executent.

«Qu'est-ce que tu fais là ?
-Je tricote, ça s'voit pas. Euh bah j'ai invité Gwen à boire un coup»

Les yeux des jeunes hommes se retournent vers Gwen.
Elle les regarde. Yeux aussi noirs que l'orage.
«Tu pourrais lui dire bonjour ? Si on lui parle, on risque gros là»

Il n'aura pas fallut plus que ça à Gwen.
Elle se lève.

«Désolée, j'ai mieux à faire que de parler à deux clowns.»
Elle embrasse Georg sur la joue.
Ce qui a pour effet de le faire rougir comme une pivoine.

«On se verra plus tard...»
Et elle quitte le bar.
*****
Elle ouvre sa porte.
La nuit tombe, la course du soleil se poursuivant sans fin.
On voit les premières étoiles, la lune.
Elle s'allonge sur son lit.
Va-t'elle s'endormir ? S'en rendra-t'elle compte ?
Va-t'elle fermer les yeux pour ne les réouvrir que le lendemain.
Tant de questions auxquelles elle n'aura sûrement jamais de réponses.
La peur l'envahit. Tout comme le noir envahissait la chambre froide.
Il n'est pas tard. Seulement, Gwen est exténuée.
Elle descend et allume une lampe dans le salon.
Après quoi elle se laisse tomber dans le moelleux canapé.
Et comme tout canapé se sent seul sans télévision, elle allume cette dernière.

Les programmes défilent. Et RIEN.
Elle zappe toutes les 30 secondes.

«Tokio Hoteeeeeel»

Elle va s'arréter. Non. Si. Non. Si.
Elle baisse le son.
Les poufs ayant gueulé tout l'été.

«Ce soir, Tom, Bill, Georg et Gustav vont nous parler de leur vie actuelle et éclaircir quelques mystères...»

Super. Au moins ça lui passe le temps.
Pov' Gwen.

«Bill, Tom, on vous a vu avec une demoiselle, pouvez vous éclaircir ceci ?»

Pauvre pauvre Gwen

«Effectivement, elle est dans notre lycée mais dans l'extrême actualité, on n'a rien à ajouter
-Et on aurait aussi vu Georg avec elle ?»

Der ponpon

«A vrai dire, je l'ai juste invitée à boire un verre après les cours. En amis»

Il avait prononcé de mot faiblement.
Il arborait un petit sourire en coin.
La chaleur envahit Gwen.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:08

Elle éteinds la télévision.
Elle est ailleurs.
Elle a besoin de parler.
Là, tout de suite, maintenant.
Elle enfile son manteau et part de chez elle.
Elle marche rapidement vers cet endroit qu'elle connaît si bien maintenant.

Elle s'agenouille.
«Marie ?»
Elle raconte tout ce qui s'est passé depuis la dernière fois.
«Si tu m'as entendu, donne moi un signe. N'importe quoi. Que dois-je faire»
Un vent se lève. Il amène avec lui des feuilles.
Ces dernières tourbillonent autour de Gwen.
Puis, elle s'arrètent, retombent toutes au même endroit.
Gwen les pousse. C'est la plaque qu'elle a mise pour Marie.

«A ma moitié»
En dessous, on peut lire de fins caractères.
«Suis la voix de ton coeur»
C'était leur devise.

Elle se lève et part.
Elle arrive dans son quartier.
Elle entend des pas derrière elle, elle presse l'allure.
La personne en fait de même.
Elle trébuche et tombe.
L'homme avance vers elle.

«Qu'est-ce qu'une aussi jolie demoiselle fait toute seule dans la rue à cette heure ?
-Je cueille des paquerettes, ça s'voit pas
-Petite garce»

Il la giffle et la cloue au sol.
Elle tente d'hurler mais tout comme avec Tom, elle ne peut pas.
Il ouvre son blouson.

«GWEN ?
-Merde !»

Le mec file. Une silhouette arrive derrière elle.
C'est lui.
Il lui tend la main.
Le vent se lève à nouveau et encercle Gwen.
Ses cheveux volent partout.
Gwen jurerait entendre un râle.
«Suis la voix de ton coeur»
Une force invisible l'aide à prendre la main du jeune homme qui, doucement, la relève et l'amène tout contre lui.
Sa chaleur l'envahit.
Elle se sent mieux.

«Je ... euh, merci Georg...
-Y'a pas de quoi
-Qu'est-ce que tu fais là ?
-J'étais en balade ...
-Non, je veux dire qu'est-c eque tu fait rééllement ici ?
-Je ... j'étais venu pour voir si tu allais bien après ce qui s'est passé taleur ...»

Elle sourit.

«Maintenant ça va beaucoup mieux ...
-Tu ferais bien de rentrer te mettre au chaud.
-Tu me raccompagnes ? Jsuis plus très rassurée.»

Il rougit. Mais la pénombre le cache à Gwen.

«Oui, bien sûr»

Ils prennent la route de la maison de Gwen.
Georg lui prend la main.
Elle rougit. Mais elle se laisse faire..
Ils arrivent sur le perron.

«Tu veux rentrer ?
-Je veux bien oui.»

Elle rentre. Il la suit.

«Tu veux boire quelquechose ?
-Non, ça ira, maintenant que je suis sûr que tu vas bien.
-Si tu veux, on regarde un peu la télé.
-Tant que c'est pas une de nos interviews ... j'en ai marre de faire tapisserie.»

Ils rient. Elle ferme la porte en laissant les clés à l'intérieur, persuadée qu'elle fermera à clés plus tard.
Il s'asseoit sur le canapé. Elle le rejoint. Elle se met contre lui.
Ils regardent une émission débile. Sans aucun intérêt.
Gwen s'endore sur l'épaule du jeune homme.
Il sourit et éteind la télé.
Il découvre une Gwen fragile. Encore plus pure.
Un ange. C'est ça. Il caresse la joue pâle de Gwen.
Elle relève brusquement la tête, les yeux dans le vide.

«Georg ?»

Elle avait dit ça d'une voix grave.
D'une voix qui n'était pas la sienne.
Le pauvre Georg la regarde étrangement.

«Oui, oui»

C'est tout ce qu'il peut bredouiller.

«N'aies pas peur, je ne suis que Marie, sa meilleure amie. Je suis partie. Mais je suis toujours là en elle.
-Ah ...
-Tu l'aimes ?
-Pa-pardon ?»

Evidemment, Georg n'a pas l'habitude de parler avec les morts ... mais avec des morts qui lui posent des questions comme celle-là, c'est vraiment ...

«Je ...
-Je le savais ! N'hésite pas. Elle tente de se le cacher.»

Georg est abasourdi.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:08

«N'hésite pas. Promet le moi.
-Da-d'accord.»

La tête de Gwen retombe sur son épaule.
Il finit par s'endormir aussi, la jeune fille dans ses bras.

*****

«Putain Tom avance !
-Merde Bill, t'fais chier !»

Les jumeaux s'avancent vers la porte.

«Putain ! Il aurait pu nous prévenir quand même ...
-Tom, avance et ferme-la !»

Bill pousse son frêre, qui tombe contre la porte.
Cette dernière étant restée ouvert, s'ouvre sous le poids de Tom.
Après s'être vautré royalement, il se relève et s'avance dans le couloir.
Il regarde à sa gauche : salon.
Il voit une tête qui dépasse du canapé. Les cheveux de Georg.

«Bill ?
-Mmmh ?
-Viens voir»

Ils rentrent dans le salon et se stoppent net en voyant Gwen dans les bras de leur ami.

Du côté de Tom :
Putain, j'hallucine là ! Il a bien caché son jeu lui !
J'aurai jamais osé lui prendre une meuf ... quoique ... faudrait djà qu'il en trouve.

Du côté de Bill :
J'hallucine ! Je lui dit qu'elle me plait et lui, il me la prend ! Jvais le tuer !
Vive les amis hein ! Alors là chapeau !


Des larmes montent aux yeux des deux frêres.
Des larmes de rage du côté de Tom et des larmes, de tristesse, du côté de Bill.

«On fait quoi ?
-Tom, t'es con ou tu le fait exprès ?
-Les deux, tu me réponds ?
-On va pas les réveiller ... sinon tu sais ce qui va se passer.»

*****

Les jours passent.
Gwen ne s'ennuie plus. Elle n'est plus seule.
Elle passe le plus clair de son temps avec Georg.
C'est un Gwen différente qui se dévoile petit à petit.
Encore plus belle, plus rayonnante, plus agréable.
Elle a trouvé un ami.
Qui sait, peut être plus.

Ce bonheur est bien trop parfait pour durer.
Gustav, Tom et Bill en ont marre de voir leur ami s'en aller sans donner de raisons.
Les jumeaux savent. Gustav ignore.
Pour eux c'est l'évidence même que leur carrière passe avant tout.
C'était une évidence pour Georg aussi. Avant.
Avant qu'il ne la comprenne.
Avant qu'il ne l'apprenne.
Avant qu'il ne la connaisse par coeur.

Ils devaient faire quelque chose.
Ils devaient.

*****

«Gwen ?
-Mmmh ?
-Tes parents reviennent pour le nouvel an ?
-Non.
-Tu le passes seule ?
-Oui.»

Cette question ne lui avait fait ni chaud ni froid.
Elle s'en moque éperduement.
Elle se considère comme orpheline.
Mais pas comme fille unique.
Sa soeur. Ses soeurs sont toujours là en elle.

«Tu veux venir le passer avec moi ?»

Il avait dit ça d'un trait.
De peur de la réponse. De peur qu'elle lui dise non et qu'il soit anéantit.

«On fait une fête avec le groupe ...»

Gwen relève la tête et le regarde.

«Pourquoi pas»

Il sourit. Heureux.
Elle sait qu'elle le regrettera amèrement.
Mais pour lui elle peut faire l'effort.
Pour lui elle peut les supporter et même les aprécier.
Ou tout du moins faire semblant.
Passer pour une autre personne.
Être une autre personne.
Elle sait si bien le faire.

*****

Cette soirée, Gwen l'a beaucoup trop préparée.
Sans vraiment le faire.
Elle a passé son temps à imaginer.
Ce qui pourrait se passer.
Elle ne devra pas craquer.
Mais dans le moment présent, elle devrait peut être s'habiller.

Elle monte dans la chambre de ses parents.
Un jour sa mère lui avait dit :
«Je n'ai qu'un rêve, te voir porter cette robe. Et te voir belle.»
Jamais Gwen n'avait réalisé le rêve de sa mère. Jusqu'à ce soir.
Elle ouvre l'armoire, pleine de souvenirs et de moments agréables.
Elle ne cherche pas longtemps.
La robe rouge rubis est devant elle.

Le genre de robe qu'on peut se payer quand on a de l'argent.
Un décolté en v. Une robe fendue.
Magnifique tout simplement.
Gwen la passe et va dans la salle de bains.
Elle remonte ses cheveux et se maquille légèrement.
Elle murmure.

«Si seulement tu pouvais me voir.»

La sonnette rententit.
Elle se regarde une dernière fois et descend tranquillement.
Elle ouvre la porte.
Il est là. Beau.

«Waouh
-Tu permets, je met mes chaussures»

*****

«Wa-ouh»
Les deux seules syllabes que Tom, Bill ou Gustav aient réussies à prononcer en la voyant monter dans le van.

«Bah quoi ?»

Ce soir là, je suis montée dans la voiture.
Tes amis étaient ébahis.
Nous sommes arrivés à la fête.
Nous avons commencé à boire. A danser.
Puis, la fatigue me gagnant, je suis allée au bar.
Bill y était, seul.
Tu étais collé à une fille. Une blonde.
Il m'a offert un verre ou deux ... je ne sais plus.
Il m'a dit :

«Il faut que je te parle, viens»

Il m'a entrainé en haut, dans une chambre et il a fermé la porte.
J'avais peur, mais ce n'était que Bill, il n'était pas dangereux.

«Je t'écoute»

Je me suis assise sur le lit et il m'a rejointe.

«Gwen, le premier jour où je t'ai vue, j'ai su que je t'aimais.»

J'ai tout d'abord eu peur de mal comprendre.
J'ai eu peur qu'il me dise ça sous l'effet de l'alcool.
Mais il était sobre. Bien plus que moi en tout cas.

«Je t'aime»

Il a levé les yeux, les plongeant dans les miens.
Il s'est rapproché de moi.
Je l'ai laissé faire.
Il m'a embrassé délicatement.

«Merci»

Je l'ai regardé et j'ai souris.

«Rien qu'une fois, rien qu'une»

Et nous avons parlé de tout ce qui c'était passé.
J'ai appris qu'il avait cru que nous avions couché ensemble la vieille.

Beaucoup plus tard, Tom s'est excusé de tous ses actes, il m'a dit qu'il ne cherchait qu'à rendre son frêre jaloux.
Et à se prouver qu'il était irrésistible.
C'est Tom...

Tu te demandes pourquoi je te dis ça maintenant ?
Je ne peux supporter de le garder en moi.
Car, Georg, tu vas être papa d'un petit garçon.

J'aimerai que Gab soit sa marraine.
Et je voudrai l'appeler Bill.
Car c'est la première personne à m'avoir aimé pour ce que j'étais et non pour ce que je paraissais.


En attendant votre retour de tournée,
Je t'aime.

Gwen.

La jeune fille mit la lettre dans l'enveloppe, la serra contre son coeur et avant de la fermer, il glissa des cartes pour Tom, Bill et Gustav.

Elle prit la direction de la poste, passant devant son lycée, celui où elle les avait connu.

Elle glissa l'enveloppe dans la fente.
Et, guidée par le vent, se dirigea vers le cimetière.

Elle prit le chemin qu'autrefois elle avait si souvent emprunté, s'agenouilla sur la tombe de son amie.

«Merci, merci pour tout. Je crois que la prochaine fois qu'on se verra, ça sera sur ton petit nuage.»

Elle versa une larme, se leva, et rentra chez elle, attendant le retour de son mari.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:09

Cupidité


Chap 1 : Moi-je
J'avais toujours aimé ma vie. Toujours aimé mes amis. Ma famille. Mon frêre. Je m'étais toujours aimé.
J'avais toujours aimé prendre soin de moi.
Me regarder. M'admirer.
Puis il est parti.
Ce qui avait fait notre vie.
Il est parti aussi vite qu'il est venu.
Il me manquait.
Tom était toujours là. Mais ce n'était que Tom.
Les autres aussi étaient toujours là. Mais ce n'étaient qu'eux.
Il m'avait donné la force, la joie, l'euphorie, les filles.
Et maintenant, il m'avait abandonné.
Car on le sait, il n'était là que grâce à moi.
Le succès.

Chap 2 : Enivré - Consumé

Il l'avait rongé.
Il l'avait aimé, et délaissé.
Mais nous étions ensemble.
Il me repoussait lorsque je le soutenais.
Il nous avait aimé aussi.
Seulement, il était allé plus loin avec Bill.
Je n'étais, plus que Tom.
Mon jumeau, ma moitié, mon frêre m'avait abandonné.
En même temps qu'il nous avait quitté.
Le succès.

Ravageur mais tellement enivrant.
Donnant assurance, bien être, argent, filles.
Il nous a tout donné.
Mais plus nous en possédions, plus Bill en voulait.
Il le consummait petit à petit, le rongeant de l'intérieur, l'emmenant dans des cercles sans fin, le poussant à agir sans réfléchir.
Nous devions tout au succès, mais, lui, ne nous devait rien.
Il a réussi son travail, opérant seul.
Il avait réduit mon frêre se méfier de tout. Même de moi.

Il n'avait pu nous atteindre.
Il avait fait de nous des personnes célèbres et aimées.
Mais avait transformé mon frêre en "Bill-la-précieuse-sans-qui-il-ne-serait-pas-là"
Il l'avait métamorphosé, changé.
Nous vivions dans son ombre.
Et petit à petit, nous nous effacions.
Idolatré des filles, il nous oubliait.
Mais nous restions ensemble.
Peut être est-ce ça qui nous a sauvé. Qui sait.

Chap 3 : Encore un peu

Je dois l'avouer, je me sentais fort.
Et je me sentais beau. J'étais beau.
On a su me donner des ailes, j'étais le maître.

«Hey ! Fait gaff' où tu vas toi !»
Pour qui pouvait elle se prendre cette fille ?
«Tu sais qui je suis pour me parler sur ce ton ? Hein ! Tu sais ? Je suis Bill Kaulitz !»

Ce sentiment était si nouveau.
Puis, plus le temps passait, plus je l'apprivoisais.
Je jouais avec lui, le domestiquais, l'utilisais.

«Je VEUX un redbull et MAINTENANT !
-Bi-bien Monsieur»
Cet homme insignifiant revint, les mains vides.
«Je, je suis désolé Monsieur, nous n'avons pas de redbull...
QUOI ? VOUS SAVEZ QUI JE SUIS ? HEIN ? JE SUIS BILL KAULITZ ET J'EXIGE DU REDBULL !»

Sentiment de jouissance infinie.
Je l'aimais. Il était mon meilleur ami et mon pire ennemi.
Ce sentiment c'était l'assurance.
Le pouvoir. Déferlant dans mon corps.
Sans qu'on puisse l'arréter, sans qu'on veuille l'arréter.

Les autres n'en avait pas autant que moi.
De toute façon, j'étais le plus important.
Il y avait bien Tom qui comptait à mes yeux.
Mais ce n'était que Tom.
Il s'est éloigné de lui même.
Lui qui m'avait toujours aimé, et protégé.
Il était trop gentil, trop faible, trop lui.
C'est ce qui l'a perdu.

Chap 4 : Allez-y

L'heure était venue.
Je partis devant, comme d'habitude.
Tom me suivait, et Gustav et Georg.
Je m'arrétai, ils continuaient, prenant les escaliers.
Je ne les regardais plus, je me concentrais.

Les lumières dansaient. Mes mains tremblaient.
Mais je savais pertinemment que ça se passerait bien.
Tom commença. La glace était brisée.
Georg enchaîna et puis Gustav.

Elles criaient. Les 12 000 personnes venues nous voir.
Je commençai à chanter. Les cris redoublèrent.
Encore une preuve que j'étais le centre d'intérêt.

Et je m'élançai sur la scène.
Elles hurlaient à la mort. Ayant l'espoir d'approcher Bill Kaulitz.

****

Il n'y en avait que pour lui.
Il partait devant. Elle criaient pour lui.
Et nous étions juste là pour faire tapisserie.

"Tokio Hotel" était il vraiment composé de quatre membres ?
Il était devenu vaniteux, égoïste.

La dernière chanson venue, il quitta la scène, remercia le public.
Et nous oublia, comme toujours.
Il n'y en avait que pour lui.
Que pour Bill.

Nous sortîmes de la scène.
Encore un beau concert.

****

Encore un concert où les filles ont passé leur temps à m'admirer.
C'est un fait. Le succès repose sur mes frêles épaules.
Tous ces regards sur moi.

Mais je devint las de toutes ces filles en chaleur, scandant mon nom.
Ou massacrant mes chansons.
Il m'en fallait plus. Toujours plus.

****

Il en voulait toujours plus. La cupidité de gagnait encore et encore.
Il tomba vite dans un cercle sans fin duquel il n'arriverai jamais à ressortir.

Chap 5 : Jamais - Toujours

Chaque jour était une nouvelle épreuve.
Un défi même.
Chaque jour, il fallait le supporter.

«J'ai besoin d'un lit double, parceque je travaille si dur que j'ai besoin de bien m'allonger dans mon lit. J'ai besoin de beaucoup de place.»

Un sourire niais s'affichait sur son visage.

«J'ai du me lever à 8 heures, les autres ont fait la fête hier soir, mais pas moi car je devais me lever à 8 heures, pour que le succès continue. Bien sûr ça ne tient qu'à l'excellent chanteur, et à mon physique de rêve»

J'avais entendu, mais je n'avais pas répondu.
M'enfermant dans la musique que m'envoyait mon i-pod.
Il l'avait dit en riant. Mais il le pensait.
Au fond de lui, il le pensait, car il s'aimait.

*****

Non, non et non !
Ce n'était vraiment pas elle qu'il lui fallait !

«Je te dis que c'est pas ton genre !»

Tom regarda Gustav et Georg d'un air las, m'arrachant un sourire triomphal.

«Bill, j'suis assez grand merde !
-Ecoute moi bien Tom : tu ne t'afficheras pas en public avec ça.»

Je jetai un regard furtif à "la chose".

«Mais je l'aime»

Non et non ! Pas question qu'elle gâche mon image.
Hors de question.
Tom la regardait amoureusement en la tenant par la main.

«Tom j'ai dit non !»

Il la laissa avec Georg et Gustav et me prit à part.

«Bill regarde là ! Elle est si ... belle»

Je tournai la tête.

«Regarde moi ses contours
-Tom j'ai dit non !»

Il la reprit par la main et me la montra sous toutes les coutures.

«Tom, repose moi cette casquette !»

Il s'exécuta.
Je pouvais enfin aller acheter quelque chose pour soigner mon image : des mitaines !

*****

Une fois de plus j'avais cédé.
Je me sentais misérable et faible.
Je le laissait me manipuler et contrôler mes faits et gestes.
Malgré tout ce qu'il me faisait subir, j'aimais Bill.
Il était ma chair, mon sang, mon frêre.
Il avait mes yeux, mon nez, mes lèvres et mon slip (que j'aimerai bien qu'il me rendre d'ailleurs.)

Chap 6 : Si loin

Bill n'était plus mon frêre.
Il était de plus en plus absent.
Nous étions de plus en plus souvent séparés.
Même quand nous étions ensemble, on l'aurait cru à des kilomètres.
Il était distent. Absent même.

«Bill, envoie la pizza»
Il continuait de manger, le regard vide.
«Bill la pizza !»
Il mangeait avec un sourire niais sur les lèvres.
«Bill, fait péter la pizza putain !
-Hein quoi ?»
Il retomba lourdement sur terre.
«Pour la quatrième fois, donne moi la pizza !»
Il me regarda avec des yeux ronds.
«Tom, elle est périmée. Elle traîne dans le frigo depuis 3 semaines»

Je ne pus m'empécher de laisser un petit rire s'échapper de ma bouche.
Mais Bill ne regardait déjà plus. Il n'était plus avec nous.
Je regardai Georg et Gustav, ils avaient compris.

Nous avions bien essayé de rendre à Bill ce pour quoi nous étions là.
La passion. Il avait toujours aimé la musique.
En faire sa vie était son rêve.
Nous avions réussi. Et le temps passa.

Il n'était plus le même.
Il était comme habité pas un esprit.
Jalousie. Elle le rendait fou.
Elle le rongeait de l'intérieur.


*****

J'étais de plus en plus demandé.
Partout où j'allais, on m'aclamait.
Preuve que je faisais la plus grande partie du travail.
Et Tom ... Tom avait changé.

Il m'observait de plus en plus souvent.
Il ne m'adressait presque plus la parole.

*****

J'avais peur de lui parler, de le froisser.
Il pouvait prendre la mouche pour un rien.

«Bill ?
-Quoi ?
-Je ... t'as euh ...
-Mais vas-y accouche j'ai d'autres trucs à faire que t'écouter me raconter des conneries !»

Georg et Gustav pouffèrent.
Je me sentais mal. Je me laissais marcher dessus.

«T'as un bout de salade sur la dent.»

Ses yeux lançaient des éclairs.
Les deux autres éclatèrent de rire.
Bill devint rouge de colère. Il se leva et partit.

*****

Le froid de mon lit me pesait.
S'il n'avait pas tant changé, je serai allé avec lui.
Comme quand nous étions petit et que nous n'arrivions pas à dormir.

Je sortis de mon lit.
J'ouvris la porte et sur la pointe des pieds, je traversai le couloir.
Je toquai à sa porte.

Il émit un grognement avant de venir m'ouvrir.

«Quoi encore Tom ?»

J'étais géné. Je n'osais pas lui dire pourquoi j'étais là.

«J'arrive pas à dormir.
-Tom, tu te fous de moi là ?»

*****

Ce n'était plus mon frêre, un gamin, tout simplement.
Il n'avait pas réussi à passer du stade de gosse à celui d'adulte.
Je lui fermai la porte au nez.
Et retournai dans mon lit.

Je me sentais coupable.
Mais le sommeil vint vite me retirer cette culpabilité de la tête.


Chap 7 : Collapsus.

Le refus de Bill m'avait anéantit.
Je rêvais de me blottir dans ses bras.
Comme avant.

Je descendai dans le hall de l'hôtel.

«Un whisky s'il vous plaît»

Le type me servit.
J'avalai la boisson d'un trait.
Je pleurai sûrement.
Elle avait un goùt de trop peu.

«Un autre s'il vous plaît»

Et j'en avalai cinq ou six.
Peu importe.

«Un ptit dernier !
-Vous avez dit ça pour les deux précédents, je ne vous servirais rien de plus»

En ce moment là, Bill aurait crié un truc dans le genre :
«Vous savez qui je suis hein ?»

Mais je n'étais pas Bill.
Je tentai de me lever.
Chaque mouvement me rendant plus lourd.

Je pris la direction des ascenceurs.
Je me trainai péniblement dans le couloir.
Ma chambre était loin.
Je m'arrétai devant celle de Bill.

Je frappai sur la porte.
Rien. Je frappai une deuxième fois.
Mais l'alcool avait pris le dessus sur moi.
Je tombai comme une masse sur le sol.

*****

On frappa à la porte.
Le premier coup me réveilla.
Un deuxième coup.
Je me levai. J'entendis un bruit lourd.
J'ouvris la porte.

Tom était là, étendu par terre.
Bourré, sûrement.

Je m'agenouillai et lui tapotai les jous.
Aucune réaction. Je le tirai à l'intérieur de ma chambre et l'allongeai sur mon lit.

Je m'assis sur la chaise, à côté de lui.
Et je le cotemplai. Il était si beau.
Je passai mes doigts sur sa joue.
Il était chaud. Il avait besoin de sommeil.

Je m'assoupis. Je fus réveillé par les mouvements de Tom sur le lit.
«Bill ! Bill ! Ne pars pas ! Ne me laisse pas ! Je t'aime»
Et plus rien

Chap 7 : Collapsus (2ème partie)

Qu'avait-il voulut dire par «Bill ! Ne pars pas ! Ne me laisse pas !»
Qu'importe, ce n'était qu'un cauchemard.
J'éteignis la lumière et filai sous la douche.
Il me fallait bien ça pour me détendre.

Les gouttes déferlaient sur ma nuque et sur le reste de mon corps.
Comme le temps qui passe.
J'appréciais cette chaleur et ce contact.

«Bill ! Bill ! BIIIIILL !»
Je sortis en toute hâte et vit Tom, se débattant, hurlant mon prénom.

Je me jetai sur lui, le secouant pour le réveiller.

«Tom réveille toi !»

Il ouvrit les yeux, un grand soulagement s'y lisait.

«Bill, tu vas bien ! Dieu soit loué. J'ai eu tellement peur que tu sois parti !
-Je ne suis jamais allé nulle part Tom, pas sans toi»

*****

Avais-je bien entendu pas sans toi.

*****

L'incompréhension le gagnait.
Il me fixait. Me détaillant de haut en bas.

J'étais en caleçon.



Chap 8 : Tentation

Bill ne m'avais pas réadressé la parole depuis ce soir là.
Trois jours. Pendant trois jours il ne m'avait pas parlé.
Comme si cette phrase était une déclaration.
Et qu'il ait eu du mal à prendre conscience de ce qu'il avait dit.

J'attendais cette journée avec impatience.
J'allai la revoir. Mon aimée.

*****

«On est là je vous rappelle ...»
Tom se détacha d'elle et me regarda.
Brune. Pas une blonde platine. Pour une fois.
Elle était belle, je l'avoue. Avec des yeux si ... profonds.

Et elle avait cette chance infinie.

*****

Jaloux. Il était Jaloux.
Lui qui avait tout ce qu'il voulait.

*****

Qu'elle s'en aille.
Vite. Je ne la supportai plus.
2 jours à tenir.
2 jours à la voir collée à lui.

Je deviendrai fou avant.
Jusque là, j'avais tenu lorsqu'elle était présente.
Mais je n'en pouvais plus.

Je ne pourrais plus supporter que l'attention de Tom soit sur elle plutôt que sur moi.

*****

Jaloux. Il était Jaloux.


Chap 9 : Trop c'est trop.

Depuis 1 jour qu'elle était là, depuis 1 jour que Tom m'ignorait.
S'en était trop.

*****

«Bill magne toi de sortir !»

*****

C'était elle ou moi.

*****

«Dépèche toi elle veut aller faire les magasins !»

*****

Très bien.

*****

«Bill jvais rentrer dans la chambre !»

*****

Vas-y, il est trop tard. Je t'aime Tom. Désolé d'avoir été comme ça avec toi. Je t'aime Tom. Je t'aime.

*****

Bill Kaulitz, célèbre chanteur de Tokio Hotel,
retrouvé pendu dans sa chambre d'hôtel.

Voila ce qu'on pouvait lire sur tous les journaux.
Au fond de moi, je savais que c'était ma faute.
Il lui fallait tout, à commencer par moi. La cupidité le rongeait.
Elle m'avait eu pendant un jour, et ça l'avait rendu fou.
Il en avait fini avec cette vie de merde.
C'était ma faute.

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu
Femme de Nounours
Femme de Nounours
avatar

Féminin Nombre de messages : 591
Age : 25
Localisation : 3e :)
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   Dim 29 Avr - 0:10

Le manteau de la nuit


Dans le sombre manteau de la nuit, un jeune homme marche dans les rues d'une grande ville allemande. Il presse le pas et s'emmitouffle un peu plus dans sa veste. De fines gouttes de pluie commencent à tomber. Les mèches noires ébène et blonde du jeune homme s'applatissent quelque peu. Il s'arrête devant une vitrine éclairée d'un luxueux magasin. Il fourre sa main droite dans sa poche et en ressort un paquet de cigarettes ainsi qu'un briquet. Il met la cigarette à sa bouche, l'allume et tire une bouffée. Il souffle tout en admirant la vitrine. Il finit sa cigarette, jette le mégot et l'écrase.

Il reprend son chemin, des perles d'eau ruissèlent sur ses joues. Il flâne dans les rues. Il s'éloigne du quartier chic. Il empreinte des chemins moins éclairés. Des pas se font entendre derrière lui. Il accélère , tentant de semer la menace. La pluie se fait battante, le vent souffle. Le jeune homme tourne sur sa droite, ce qui signe sa perte. Le chemin est étriqué, sombre, humide et se termine en une impasse. Il avance tant bien que mal et touche le mur de brique : il est piégé. Il se retourne et voit alors son agresseur.

«Qu'est-ce qu'une jolie fille comme toi fait ici, le soir ?»

Il faut dire que Bill Kaulitz est très efféminé : sont teint est si parfait, ses yeux noisettes sont soulignés de khôl noir et son sourire ferait craquer n'importe qui.

«Vous... vous faites erreur, je... je suis un garçon, bégaye-t-il.»

L'homme s'approche de Bill, il sort un couteau de sa poche et empoigne Bill par le col. Il le soulève et le laisse lourdement retomber sur le sol trempé, l'assomant quelque peu. Il prend son couteau et taille des lambeaux dans les habits de l'androgyne étourdi. Puis, il commence à tracer des traits sur les bras de Bill, le réveillant et laissant place à une douleur horrible. Il continue sur les jambes, le dos et s'attarde sur le torse. Le sang se mélange à la pluie, ils ne forment plus d'une flaque. Il allonge Bill sur le dos, lève les bras, tenant fermement le couteau, et d'un geste sûr, enfonce la lame dans le coeur de Bill.

Bill se réveilla en sueur. Il palpa ses bras, son visage, son torse, où il s'attarda, prenant le soin et le temps de bien sentir son coeur battre. Ce n'était qu'un cauchemar. Après tout, il ne ressemblait pas à une fille, le pauvre Bill, du haut de ses treize ans.

Chapitre 2 : Bill sans l'être - ou - Le chat, le rongeur et le cerf volant.

«Allez ! ***** de cerf-volant de ***** !
-Miaaaaaou.
-Oh un chat ! Descends minou !»

L'animal ne bouge pas, continuant de fixer le jeune homme, ou plutôt, le petit homme, à 13 ans c'est pas très grand. Les yeux verts du minet transpercent les iris noisettes du petit garçon. Ce dernier gesticule dans tous les sens afin de faire descendre la boule de poils, mais celle-ci reste impassible. Excédé, l'enfant tire de toutes ses forces sur la ficelle du cerf-volant, coincé auprès du chat, dans le grand chêne. Il tourne dans tous les sens, si bien qu'il est totalement enroulé dans le fil. Saucissonné comme un vulgaire morceau de viande, il s'écroule au sol.

Le chat saute de l'arbre, et atterit aux côtés de Tom :

«Bah tu m'aides ou bien tu continues à me mater comme ça ?»

L'animal le regarde étrangement, comme s'il avait compris ce que Tom avait dit. Et pour jouer avec les nerfs de la "pelotte", il se frotte contre Tom.

«Oh pitié, pas ça, lâche Tom d'un air exaspéré.»

On pourrait voir un petit sourire vicieux sur les babines de la boule de poils, ou même, une pointe d'ironie dans ses yeux. Il monte sur Tom, et se roule dans tous les sens. Tom tente de le faire dégager, mas rien n'y fait. Le chat rentre ses griffes dans la peau du jeune homme. Ce dernier hurle, et dans un élan desespéré, tire de toutes ses forces sur le fil. On entend un crack. Le cerf-volant retombe sur Tom, évitant le chat de peu. Pour finir en beauté, une branche suit le même chemin que le jouet, sauf qu'elle décide d'assomer à moitié le minet. Celui-ci reprend conscience et un éclair traversant ses yeux, il saute sur Tom et lui laboure la chair. La douleur est horrible. Les liens qui retiennent Tom finissent par se rompre. En un bond il se lève, chassant le chat.

Il soulève son t-shirt, le sang coule abondamment. Il ne sent plus rien. Il passe les doigts sur les ples plaies. Il regarde sa main avec attention, il n'y a rien, pas un goutte de sang.

«C'est quoi ce bins encore ?»

Il regarde désormais son ventre, il n'y a plus aucune trace, aucune cicatrice, sa peau est aussi douce que s'il sortait du bain. Il entend comme un grignotement, il saute et voit un écureuil qui mange une noisette dans le tronc du chêne. Voyant l'énergumène qu'est Tom, l'écureuil pose son goûter et sort du trou creusé dans l'arbre.

Tom recule. L'écureuil le fixe. Un deuxième écureil sort, puis un troisième, un quatrième, un cinquième, un sixième jusqu'à ce qu'ils soient plusieurs douzaines. Tom se retourne et court le plus vite possible vers la porte de sa maison.

«Lâche ça TOUT DE SUITE»

Il donne un coup de poing à une bestiole accrochée à une de ses dreads. Il ouvre la porte et s'engouffre dans la cuisine. Il se laisse glisser le long du mur. Il attend quelques minutes, se relève et regarde par la fenêtre : rien.

«Jdevrais peut être me coucher plus tôt moi ...»

Il ouvre un tirroir et y prend une cuillère.

«Un peu d'nut ça m'fera pas d'mal.»

Il s'approche du placard à chocolats et cochonneries en tout genre et l'ouvre. Une forme lui saute au visage et le mord.

«AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH»
Tom se releva en sursaut, il observa autour de lui, une chambre d'hôtel. LA chambre d'hôtel du GRAND Tom KAULITZ !

«Bordel ! Plus jamais de Nut' dvant Kuzco* avant de dormir»

Il retomba sur son oreiller et se rendormit.


---Fin du 2eme chapitre---

Chapitre 3 : Le spray, le lisseur et ces trucs ...

Il marche tranquillement dans la rue, une sucette à la bouche, quand son regard est attiré par une boutique sur sa droite. Il se stoppe net, les yeux écarquillés, la mâchoire pendante. Il s'approche de la vitrine, y pose ses mains et contemple chaque centimètre carré de ce qu'elle laisse voir. Un passant le regarde étrangement.
Quoi de plus normal qu'un jeune homme bavant devant un salon de coiffure à 10 heures du matin en plein Magdeburg ? Quoique ... Georg. Quand même.

Il se décolle de la vitre, et rentre dans le salon. Le paradis. Une blonde vient vers lui :

«Bonjour, que puis-je faire pour vous ?
-Je ... je ...
-Oui ??
-Je peux voir tout ce que vous avez contre les frissotis et boucles en tout genre, s'il vous plaît.»

La jeune femme s'en va, et revient avec un chariot rempli de bombes, tubes, boîtes et de ... bigoudis ??

«AAAAAAAAAAH pas les bigoudis !»

La jeune femme empoigne les bigoudis, et les fourre dans une caisse sur le côté. Elle invite Georg à s'asseoir. Il s'exécute.

«Alors... nous avons des spray lisseurs et...
-Je vais être clair mademoiselle, je recherche des choses précises... HAN ! VOUS AVEZ LE BABYLISSE R12-154 avec 14 fonctions et thermostat réglable !»

Il s'arrête quelques instants, regarde les tubes et se fige devant un spray.

«Je rêve ! Le nouveau loréal anti frisouilles ! Oh ! Vous avez aussi des après-shampooings et crèmes sans rinçage ! Je suis au paradis, c'est pas possible ! Je vous prends tout !»

La blonde ne semble pas étonnée. Elle lui tend le boîtier, il insère sa carte de crédit, compose le code et, chargé de paquets, il sort du magasin.

Il branche le lisseur.

«Tin le rêve.
-Bonjour, veuillez sélectionner un programme et un thermostat.
-Han. Je l'aime ce truc.»

Il appuie sur un bouton et tourne la petite molette de température. Il prend une mèche de sa magnifique chevelure. Il sent quelque chose de bizarre dans sa main. Il retire le lisseur et le regarde. Soit il délire, soit le truc a grossi. Le babylisse devient érnome. Il s'ouvre, tel une mâchoire.

«Bon Dieu»

L'appareil grogne. Il ferme sa "gueule". Georg l'évite de peu. Il saute sur la prise de courant, et arrache le fil. La bestiole tombe à terre.

«Boooon ... sur ce, tentons le spray»

Il prend le petit flacon, contourne le babylisse géant qui gise au sol, et se place devant le mirroir. Il retire le capuchon et vaporise sur ses cheveux. Rien. Il passe ses mains sur sa tête. Tête qu'il sent plus lourde d'ailleurs. Il regarde le spray, puis ses cheveux.

«AAAAAAAAH»

Les cheveux de Georg sont maintenant au niveau de ses fesses et...

«AAAAAAAAAAAAAAAH PAS ÇA»

Ils commencent à friser et à se ...

«PAS DES BOUCLES !»

Ils balayent maintenant le sol.

«MAIS LÂCHEZ MOI»

Ils s'enroulent autour de Georg, le serrant. Il tombe lourdement au sol.


«Han la vache ! Genre ! Le nouveau babylisse il est pas encore sorti.»
Et sur ce, il se rendormit profondémment, le nounours hiberne.

--Fin du chapitre--
Dernier chapitre.

Bill se leva, non remis de son rêve, il se comptempa dans la glace.

****

Tom se réveilla, prit la cassette de Kuzco et la balança par la fenêtre

«Aïe !
-Oups ...»

****

Georg fut réveillé par le son strident d'un objet nommé réveil.
Il se précipita dans sa salle de bain, et saisit son lisseur.

«Et merde ! BABYLISSE R10-150 avec seulement 12 fonctions.»

****

«Bien dormi les gars ? demande Gustav au petit déjeuner.
-Nan, répondirent sèchement les trois autres»

Le pauvre Gus', lui, il avait dormi comme un bébé.

****

«Morphée* ?
-Oui, Zeus ?**
-Qu'as tu fait cette nuit ?
-Ben euh ...»

*Morphée est le dieu grec du sommeil.
**Zeus est le roi des dieux grecs.


FIN

----------

Quand aux autres 'Démence' est suspendue ... et 'Respire' est toujours en écriture

_________________
2 novembre avec *toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fictions]Lulu   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fictions]Lulu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lulu - Opéra de Lyon (avril-mai 2009)
» Cherche Figurine LULU de Final Fantasy X
» Cherche Figurine LULU de Final Fantasy X
» TY.LULU ( ex Ty Zef )
» Berg - Lulu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fics Juncky's World :: Le Manoir :: Rez-de-chaussée :: La bibliothèque :: Le coin des fics-
Sauter vers: