Fics Juncky's World


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Fictions] Inki

Aller en bas 
AuteurMessage
littleflo
Fic Juncky x)
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 29
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions] Inki   Sam 28 Avr - 23:25

fic inki


- Hey, salut Angy !
- Salut ....

Moi c'est Angy. Contrairement à ce que tout le monde pense, dans mon cas ce n'est pas le diminutif d'Angela ou d'un autre dérivé du genre. Mais celui d'Angeni ! C'est un prénom natif américain qui signifie « esprit » ... Je me demande pourquoi je vous raconte cela ... On va dire que c'était la minute « culture générale » de la journée ... Non, en fait, à bien y réfléchir, je sais pourquoi. C'est pour insister sur le fait que je ne suis pas comme les autres, je suis différente et surtout que les apparences sont trompeuses ! Par exemple, la plupart des gens pensent sincèrement que je m'appelle Angela simplement parce que mon diminutif est Angy or mon nom est Angeni !
Vous devez sûrement vous dire : « Mais pourquoi est-ce que je lis ce truc ? Cette fille raconte n'importe quoi ! Qu'est-ce que j'en ai à foutre qu'elle s'appelle Angeni, Angela ou Marie-Jeanne ! ». Je comprends très bien cette réaction mais ne dit-on pas que les premières pages d'un livre sont souvent les plus longues et inintéressantes ? Je n'échappe pas à la règle ....
Bon, revenons au sujet. Pourquoi dis-je que je suis différente des autres ? Ben tout simplement parce que quand je marche dans la rue, la plupart des gens me reconnaissent. Des gens que je ne connais pas, que je n'ai jamais vus de ma vie. Des inconnus ! De leur part j'ai soit droit à un bonjour amical, même parfois hystérique, soit à ....

- Regarde un peu qui voilà !
- Mais c'est Madame la Princesse Angela

Angela .... Vous voyez !

- pff ... Je ne vois pas ce qu'il lui trouve ... Franchement je la trouve pathétique !
- En plus elle est trop moche ... Regarde comment elle est fringuée ...

... soit à cette réaction. La jalousie. C'est le sentiment que tellement de jeunes filles éprouvent à mon égard. Pourquoi ? Je vais vous le dire ... Voilà où tout a commencé ...

- (Angy) M'man, je peux t'emprunter ton disc Kaya ?
- (Mère) Pourquoi n'écoutes-tu pas la copie cd que je t'ai achetée ?
- (Angy) Je préfère le disc .... Allez, s'te plaiiiiiit .....
- (Mère) Bon ok ... Mais pourquoi je n'ai pas une fille normale ! à 13 ans les filles écoutent Britney, *Nsinc ou Lorie. Pas du Dylan ou du Bob Marley !
- (Angy) C'est parce que je suis Exceptionnelle ! ... puis Lorie, Britney et *Nsinc, c'est de la merde !
- (Mère) Angy !
- (Angy) Pardon ... de la musique pas très bonne ... puis les textes sont pourris, ça tu ne peux pas le nier !
- (Mère) Tu sais que d'habitude à ton âge on ne fait pas vraiment attention aux textes ...
- (Angy) Si ... Zut !
- (Mère) Quoi ?
- (Angy) On est en retard ...
- (Mère) En retard pour quoi ?
- (Angy) Star Search !
- (Mère) Ce n'est pas encore fini ce truc ?
- (Angy) Non, c'est la finale aujourd'hui ... Regarde c'est à Bill .... Il est trop beau aujourd'hui ! ... et regarde comment il bouge, mmmmmmmmh .......
- (Mère) Ma fille est folle !
....
- (Angy) C'est les résultats ! C'est les résultats !
- (Mère) Angy, calme-toi ... c'est bon j'ai compris !
- (Angy) Il a trooop bien chanté aujourd'hui. Il va gagner, j'en suis sûre !
- (Mère) Et qui est l'autre candidat ?
- (Angy) Oliver ...
- (Mère) Ah oui, je me souviens de lui .... Il est pas mal, il a toutes ses chances.
- (Angy) NAN, il sait pas chanter !!!
- (Mère) Tu dis ça parce que tu préfères Bill, tu ne le penses pas vraiment ....
- (Angy) Chuuut ... J'y crois pas ! que 35 ! ... C'est truqué cette émission .... Comment Oliver a-t-il pu avoir 38 ? Il ne méritait même pas 20 ! .... Je suis dégoûtée, ils ne savent même pas reconnaître les vrais artistes !
- (Mère) Tu sais, ce n'est pas la fin du monde non plus ... Au fait ton album de Devilish est arrivé...
- (Angy) Quoi ? C'est vrai ? Tu pouvais pas le dire avant ... Il est où ? Allez il est où ?
- (Mère) Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi hystérique ....

Ça c'était moi à 13 ans. Complètement fan de Bill Kaulitz !
Ma mère se demandait toujours pourquoi je n'étais pas comme les autres. Pourquoi au lieu d'écouter les Pin-up ou Boys Bands du moment dont les cds se trouvaient dans tous les supermarchés, je préférais les collectors de vieux groupes rock ou des groupes inconnus dont les cds étaient quasi introuvables. Mais j'y pouvais rien moi si j'avais de bons goûts !
Maintenant j'ai 19 ans et Bill Kaulitz est connu de presque tous les jeunes. Avec son groupe renommé Tokio Hotel, ils font un véritable carton. Ils sont dans tous les magazines, rafflent les récompenses. Et ils ont des milliers et des milliers de fans à travers le monde. Moi, je suis fière de dire que je suis une vraie fan, depuis leur tout début avec Devilish. Depuis l'émission Star Search je les suis de près. Mais bon pas au point de découper le moindre article de magazine que je vois ou de tapisser les murs de ma chambre de posters. Je ne suis pas fan de leur côté médiatique mais de leur musique donc je m'en balance des nouveaux potins dans les magazines people ou d'avoir leur belles gueules sur mes murs. Puis j'ai 19 ans quand même, c'est plus de mon âge ! Et de plus, je ne suis pas une hystérique ... quoique ....
Bon, enfin bref. Cela ne vous explique toujours pas les réactions des gens à mon égard. Mais patience, on n'est qu'au début de l'histoire ! Ma vie était normale avant ... enfin le mot normal est subjectif, disons plutôt moins hors du commun que maintenant. Mais il y a deux ans, cela a complètement changé ! À cette époque, les Tokio Hotel faisaient déjà un big carton et ils avaient de nombreux fans en France et en Belgique. Moi à cette époque, ma vie se limitait à l'école, les amis, ma mère, la musique et bien sur à EUX.
C'était les vacances d'été, 2 mois de répit après cette année scolaire qui avait été très stressante. C'était ma dernière, j'avais enfin fini. J'étais heureuse d'être enfin libre mais aussi parce que j'allais retrouver mes meilleurs amis en colo dans 3 jours. J'étais impatiente, je les connaissais depuis presque toujours. Chaque année on se retrouvait en colonie de vacances, c'était génial.

- (Angy) Enfin arrivés !
- (Mère) Tu vas me manquer ma puce ....
- (Angy) Toi aussi M'man
- (Mère) Je vais essayer d'appeler Louis pour la place dans le magasin, ok ?
- (Angy) Ok !...Bon j'y vais... Bye

Le magasin de Louis, c'était comme ma deuxième maison. En fait Louis n'était pas le propriétaire mais seulement le vendeur. On s'entendait à merveille mais c'est normal car son magasin était un magasin de discs et cds ... pas des cds de mauvaise musique qui bombardent toutes nos chaînes télévisées ... non, des cds de bonne musique. On y trouvait tout ce qui valait la peine d'être connu, tous les cds rares et collectors ... même parfois des dédicacés. Pour moi qui étais une accro de musique c'était le paradis. Mon rêve c'était d'y travailler mais le problème c'était que le proprio, je le détestais et il me détestait. Pourquoi ? j'en sais rien, ça avait toujours été comme ça ! Mais ça ne m'empêchait pas de passer la majeur partie de mon temps à squatter le magasin ...
Bon, retour à la colo !

- (Mike) Hey Angy !
- (Angy) Ah, salut Mike !
- (Mike) Ça fait plaisir de te revoir, ça faisait longtemps ...
- (Angy) A fond, 2 ans c'est trop loooong ... c'est dommage que t'aies pas pu venir l'année
passée
- (Lio) Bah ce n'est pas grave, on rattrapera cette année ... mais moi j'étais là heureusement
sinon elle serait tombée en dépression profonde la pauvre (rire)
- (Angy) Salut Lio ! Tu m'as manqué aussi ... Miya n'est pas encore là ?
- (Mike) Elle ne t'a pas appelée ?
- (Angy) Heuh, non .... Attend je vérifie ... Ah si, merde ! J'étais en silencieux ... elle n'a
pas laissé de message ....
- (Mike) Bah tu la connais, elle déteste les répondeurs.
- (Angy) Hm ... Tu l'as eue toi ?
- (Mike) Nan mais Lio si ...
- (Lio) Elle a dit qu'elle pourrait pas venir en Juillet. Elle travaille. Mais elle sera là en Août !
- (Angy) Hm ... Ok ...
- (Lio) Ça va ?
- (Angy) Ouais ... mais en Août je serai peut-être pas là ...
- (Mike) C'est pas trop grave, on est là nous, nan ?
- (Angy) Ouais ... c'est vrai .... Puis je la verrai sûrement juste après la colo ...
- (Lio) Comme d'hab quoi !

Miya, Lio et Mike étaient, et sont toujours d'ailleurs, mes meilleurs amis. Miya et moi habitions la même ville donc on pouvait se voir souvent. Lio, lui, habitait assez loin mais on le voyait pendant toutes les vacances. Par contre Mike habitait au Québec, le bout du monde quoi ! On ne pouvait le voir que pendant les vacances d'été. Quand il manquait l'un d'entre nous, il y avait comme un vide. Et, en ce qui me concerne, surtout quand c'était Miya. On s'entendait vraiment bien toutes les deux. On était inséparables. On se voyait au moins une fois par semaine sinon on était en manque, lol. On s'appelait tous les jours. J'étais sa moitié et elle était la mienne. Et savoir que je ne la verrais peut-être pas pendant 2 longs mois m'attristait. J'avais plus trop le moral, même avec Lio et Mike qui se démenaient pour me faire rire. Finalement ils comprirent que j'avais besoin de jouer ma solitaire. C'était tout moi ça ! Quand j'avais pas le moral je m'isolais pour écouter de la musique, lire ou tout simplement réfléchir. Ça m'énervait d'être comme ça. C'est vrai quoi, j'avais pas vu Mike depuis 2 ans ! Je voulais passer du temps avec lui mais quand j'étais dans cet état je devenais assez vite irritable et je cassais les autres à tout bout de champ. Je n'avais pas envie de me fâcher avec lui, ni avec Lio. Avec personne en fait, c'est pour ça que je préférais m'isoler.
Lio et Mike restaient la plupart du temps avec les autres et moi toute seule pendant la journée. Mais on restait quand même ensemble durant les repas et une bonne partie de la nuit durant laquelle on riait et parlait de tout et de rien. Parfois quelqu'un d'autre nous rejoignait. C'était marrant, comme si plus rien à part nous n'existait, le monde entier se résumait à la chambre ...

Après une semaine deux nouveaux devaient arriver. Bruno, le responsable, nous a dit que c'était 2 étrangers qui étaient là pour apprendre le français. Je me demandais pourquoi ici...dans ce trou perdu ? On n'était pas beaucoup, on se connaissait tous ... en fait c'était plus des vacances arrangées entre potes qu'une colonie de vacances ! Comme on revenait chaque année, et ça depuis longtemps, il n'y avait plus vraiment de place pour des nouveaux. Le nombre de lits étant limité. Et à la fin du mois d'Août on « réservait » déjà pour l'année suivante ... alors autant dire que pour un nouveau il était quasi impossible de s'y inscrire. Parfois on en voyait un qui prenait la place de l'un d'entre nous qui n'avait pas pu venir mais c'était très, très rare !
Nous étions un peu perplexe à l'annonce de Bruno. Des nouveaux c'est chouette, on fait de nouvelles connaissances, mais bon on avait nos habitudes ... on était un petit clan, une petite bande unie et y entrer n'était pas tâche facile. Et nous ne comprenions pas pourquoi ils venaient chez nous. Comment ils connaissaient cette colo ? Il y a beaucoup de stages prévus en France pour les étrangers voulant apprendre le français. Alors pourquoi un bled perdu au fin fond de la Belgique ?
Les nouveaux arrivaient dans dix minutes. Je m'étais isolée pour écouter de la musique. Je décidai d'écouter l'album de Devilish ... ça faisait tellement longtemps. J'adorais cet album quand j'avais 13 ans. Je l'écoutais en boucle tous les jours. J'avais envie de retrouver cette sensation de bien-être que j'avais quand je l'écoutais à cette époque. J'appuyai sur le bouton play... « It's so Hard to Live » ... une de mes chansons préférées, comme toutes celles de l'album en fait ... avec ses différents rythmes qui se succèdent, l'accent anglais trop mignon de Bill et puis sa voix ... y a pas à dire, il chantait déjà bien pour son âge. Comme j'avais mis mon lecteur en mode lecture aléatoire, les chansons ne se succédaient pas dans l'ordre de l'album. J'aimais ça ... ne pas savoir quelle sera la prochaine chanson ... avoir ce court moment de suspens entre la fin d'une chanson et le début de la suivante. Puis avoir la surprise. Pas de prévision ! Connaître la chanson non pas comme la Xième de l'album mais en reconnaissant la première note de celle-ci... Ça empêche de se lasser trop vite de l'album car on le redécouvre à chaque fois d'une façon différente, l'enchaînement lui donne à chaque fois un autre rythme ...
Quand les nouveaux arrivèrent, j'écoutais « I Needn't You », sans conteste ma préférée de l'album. J'étais comme transportée, dans un état second. Je n'avais même pas remarqué l'arrivée des deux autres. J'étais là assise ne pouvant pas m'empêcher de chantonner quand ils se sont rapprochés du groupe pour dire bonjour. J'aperçus de loin l'un des deux de dos... Il avait l'allure d'un rappeur avec son T-shirt où on pouvait entrer à 5 et son baggy. Puis n'oublions pas la casquette légèrement de travers ! Je n'appréciais pas vraiment ce style, je trouvais ça ridicule, ça ressemblait à un pyjama, sauf sur une personne, Tom Kaulitz, le jumeau de Bill, mon idole de toujours. Mais lui avait des dreads ... au début je trouvais ça bizarre ce mélange rap-dreads mais maintenant je trouvais ça super beau. Le nouveau avait aussi des dreads et je ne pu m'empêcher de le comparer à Tom. Pour avoir un style comme lui, il devait avoir bon goût !
Peu après j'aperçus le deuxième. Mes pensées commencèrent à s'embrouiller, plus rien n'existait autour de moi, pas même la musique passant dans mes oreilles. Je n'arrivais pas à le croire ... j'avais du mal à respirer et je rougissais. Je me détestais d'avoir cette réaction ! C'était lui ... lui que j'adorais tant, lui qui me faisait craquer simplement en prononçant les première paroles de « Rette Mich », lui qui était mon idole, lui que je ne voulais jamais rencontrer de peur de ma réaction face à lui, de peur de paraître ridicule. Lui était là à quelques mètres de moi ... j'arrivais pas à réaliser. Je devais sûrement être sujette à des hallucinations. Ce n'était pas possible... Ça ne pouvait pas être lui ... quelqu'un qui lui ressemble peut-être mais pas lui ... pas Bill Kaulitz !!!
Mike m'appela pour rejoindre le groupe mais je ne l'entendais pas. J'étais perdue dans mes pensées. J'essayais de me reprendre. « Vas-y Angy, respire... Calme toi ». Mais mon cœur battait tellement fort que ça me stressait encore plus. Mike s'approcha mais je me levai brusquement et me dirigeai vers les toilettes d'un pas rapide. Ce n'était pas Mike que je voulais éviter mais Eux ... enfin plutôt Lui ... Je me trouvais ridicule ! Moi qui détestais les poufs justement à cause de leur réactions face aux jumeaux. Je n'arrivais pas à croire que je réagissais comme elles ... pas moi .... Je ne suis pas une de ses groupies ! Je n'arrêtais pas de me le répéter. Arrivée aux toilette je fis couler de l'eau et y plongeai mon visage. Elle était extrêmement froide surtout au contact de mes joues qui avaient pris plusieurs degrés en très peu de temps. Cette eau me calmait ... je me regardai dans le miroir et j'étais affreuse. Tout mon maquillage avait coulé et mes cheveux étaient trempés. Je décidai alors d'aller dans ma chambre pour arranger un peu ma tête. Je me remaquillai et me recoiffai ... Les battement de mon cœur avaient repris un rythme normal. J'étais calme à nouveau. Je sortis et Mike me rejoignit.


Dernière édition par le Sam 28 Avr - 23:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
littleflo
Fic Juncky x)
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 29
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions] Inki   Sam 28 Avr - 23:26

- (Mike) Ça va Angy ?
- (Angy) Oui ...Oui ça va mieux ....
- (Mike) Qu'est-ce qui t'a pris ?
- (Angy) Une envie pressante
- (Mike) Une envie pressante ?
- (Angy) Oui ... c'est ça, une envie pressante !
- (Mike) Je voulais te dire que les nouveaux sont là mais t'es partie si vite !
- (Angy) Désolée .... Alors les nouveaux ?
- (Mike) Ils ont l'air sympa mais pour les comprendre c'est assez hard, leur français est
médiocre ... surtout celui de Bill !
- (Angy) Bill ?
- (Mike) Ouais, il y a Bill et l'autre c'est Tom ... Ils sont allemands.
- (Angy) Ah ... ok

On rejoignit le groupe. Je dis bonjour à Bill ... Mon cœur se mis à frapper très fort contre ma poitrine et mes joues prirent une teinte rosée mais j'arrivais plus ou moins à contenir mes émotions. Je lui fis la bise. C'était magique, il avait la peau si douce ... sûrement à cause de la tonne de fond de teint qu'il avait mis. Finalement ça c'était passé mieux que prévu, il ne remarqua même pas mon angoisse et on discuta un peu. Tom lui n'était pas là mais il ne tarda pas à nous rejoindre. Il ne me remarqua pas tout de suite. A cause de toute cette agitation autour des nouveaux, je décidai de m'isoler. L'absence de Miya me pesait encore sur le cœur. Voir tout le monde rire et s'amuser me fit penser à elle. J'aurais tellement voulu qu'elle soit là, qu'elle vive ça avec moi, ma rencontre avec Bill ... le Bill ... mon Bill comme elle aimait l'appeler ... Elle me manquait terriblement. Je mis mes écouteurs et écouta un des nombreux live de TH que j'avais sur mon lecteur. La musique arrivait à me faire oublier mes soucis. Je fermai les yeux et me laissai transporter par la voix de Bill accompagné des fans, c'était magique .... Un jour je les verrai en concert ... pas un de ces concerts où les hystériques crient tellement qu'on n'entend plus rien, mais un concert où les fans chantent à l'unisson avec Bill accompagné de Tom, Georg et Gustav. Pas de cris inutiles qui vous rendent sourd, seulement les paroles de la chanson ... j'en rêvais tellement ! Mais ça n'arriverait jamais ... A tous leurs concerts Elles sont là ... les groupies ... ça m'énervait.
Soudain quelque chose me tira de mes pensées et me ramena sur Terre. Une main sur mon épaule. J'ouvris les yeux et je vis Tom. Je m'empressai d'éteindre ma musique et cachai mon lecteur. Je ne voulais pas qu'il sache que j'étais en train d'écouter sa musique. Je voulus me lever mais il s'assit devant moi. Je restai assise en le fixant quelques secondes puis il commença à parler.

- (Tom) Salout'. Je m'appe ... m'appelle Tom.

Je souriais, son accent était vraiment marrant. J'avais déjà entendu Bill parler en français ... enfin parler, pas vraiment... juste dire « je m'appelle Bill » sur une vidéo circulant sur le net. Mais la façon de le dire de Tom était différente. Je ne saurais l'expliquer mais ça me fit rire intérieurement.

- (Angy) Moi c'est Angy ... Je m'appelle Angy ... c'est mon nom

RIDICULE. J'étais ridicule ! Je ne sais pas pourquoi je l'avais dit comme ça, peut-être voulais-je être sûre qu'il ait compris ... Nan, c'était le stress, j'étais hyper tendue ! En tout cas ça le fit rire.

- (Tom) Je zuis ... heuh ... ici ... heuh ... là ... für ...
- (Angy) Pour apprendre le français?
- (Tom) Ja, le franzais est oune zehr diffizile langue !
- (Angy) Ouais je sais ... l'allemand aussi tu sais !
- (Tom) Nein ... allemand est .... heuh ... Scheiss ... easy?
- (Angy) Facile?
- (Tom) Ja, fazile.

Il riait ... moi aussi. L'atmosphère s'était détendue ... j'étais détendue, pas comme tout à l'heure avec Bill. J'étais à l'aise avec Tom, plus du tout stressée... On parla environs une heure puis c'était l'heure du déjeuner. Après avoir mangé, j'allai dans ma chambre pour me changer, m'habiller plus légèrement parce qu'il faisait vraiment chaud l'après-midi. En même temps je profitai pour sortir mon petit carnet. Je l'avais acheté pour pouvoir y écrire ce qui se passait pendant les vacances. Un peu comme un journal intime sauf que celui-ci était destiné à Miya, je l'écrivais pour elle. J'y racontais tout ce qui m'arrivait, mes pensées, des dialogues, ... Comme ça quand elle le lira, elle aura l'impression d'avoir été là avec moi pendant ce mois de Juillet. Je l'avais décoré avec des trucs qui me ressemblaient : des photos des années précédentes, des photos de vieux groupes de rock que j'adorais, des paroles et phrases que je sortais souvent et puis bien sûr des photos de Devilish et de Tokio Hotel. C'était un vrai bric-à-brac mais c'était moi, ma personnalité, c'était ça le principal. Je voulus tout lui décrire de cette journée, l'arrivée des jumeaux, ce que j'avais ressenti en voyant Bill puis en lui parlant, ma discussion avec Tom ... Tout, absolument tout. J'écrivais encore et encore, mon bic glissait si facilement sur le papier. Je crus ne jamais pouvoir m'arrêter d'écrire. Mais je fus interrompue dans mon élan ...

- (Bruno) Angy ? T'es là ?
- (Angy) Oui c'est qui ?
- (Bruno) Bruno ! ... Je peux entrer ?
- (Angy) Bien sûr ...

Bruno entra ... Et merde ... accompagné de Tom. Je cachai en quatrième vitesse mon carnet et commençai à rougir ... « pourvu qu'il ne l'ait pas vu, pourvu qu'il ne l'ait pas ... »

- (Bruno) Ça va Angy ?
- (Angy) Oui !
- (Bruno) Bon je sais que d'habitude on ne fait pas de chambres mixtes mais c'est un cas de
force majeur ... Il ne reste plus que le lit de Miya de libre. Si ça te gêne je comprendrai mais
est-ce qu'on peut investir ta chambre parce que là je suis un peu désespéré...
- (Angy) heuh ... oui ... heuh mais c'est qui alors qui dormira avec moi ? ... heuh ... dans ma
chambre je veux dire ?
- (Bruno) Tom ! Sauf si ça te dérange, alors là il faudra trouver une autre solution comme un
lit de camp ou un truc du genre pour mettre dans une autre chambre. Ou encore ... (blablabla)
- (Angy) C'est bon, c'est ok !

Tom pendant ce temps était resté à l'écart. Il avait essayé de comprendre ce qu'on avait dit mais apparemment il n'avait pas réussi. Il a juste compris le ok, m'avais lancé un regard content et avait souri. Je lui rendis son sourire tout en réfléchissant ... n'était-ce pas un peu risqué de la part de Bruno de faire dormir Tom dans la même chambre qu'une fille ? Surtout avec la réputation qu'il avait à cause des magazines... Tout à coup je commençai à me triturer l'esprit ... et si c'était vrai tout ce qu'on dit ?... Nan, ce ne sont que des rumeurs ! ... Mais quand même, si c'était vrai j'étais mal barrée... J'essayais de ne plus y penser. Je désertai la chambre pour laisser Tom s'installer et allai m'asseoir sous un arbre avec un bon livre.
Plus ou moins 2 heures plus tard, Tom s'approcha de moi...

- (Tom) Hello !
- (Angy) Hi ... T'as finis de t'installer ? T'as eu assez de place ?
- (Tom) Was ?
- (Angy) Ah ouais c'est vrai ... toi et le français ça fait 2
- (Tom) Hein ?
- (Angy) Okeeey ... Have you finished unpacking ? Did you have enough space to put all
your stuff ? (As-tu terminé de défaire tes valises? As-tu eu assez de place pour mettre toutes des affaires ?)
- (Tom) Yeah, thanks ... Soooo, you speak English too? (dooonc, tu parles aussi l'anglais ?)
- (Angy) I do ... I'm bilingual. (oui ... je suis bilingue)
- (Tom) Oh, ok ... That's a good thing to know ... It will be easier to communicate ... (c'est une
bonne chose à savoir ... ce sera plus facile pour communiquer ...)
- (Angy) Hm ... Aren't you supposed to learn French? (Tu n'es pas supposé apprendre le français?)
- (Tom) heuh ... yes I am ... but why do you ask? (si ... pourquoi est-ce que tu demandes ça?)
- (Angy) Ok, so from now on I don't understand English anymore! (ok, à partir de maintenant je
ne comprends plus l'anglais!)
- (Tom) Was ? ... You're kidding ... aren't you ? (Quoi? ... tu blagues ... n'est-ce pas?)
- (Angy) Quoi? Je comprends pas ce que tu dis ...
- (Tom) Listen ... I really suck in French, English is easier and ... (ecoute ... je suis vraiment nul en
français, l'anglais est plus facile et ...)
- (Angy) Hein? ... Désolée mais je comprends rien!
- (Tom) Okeeey ... Je fais parler franzais ... or rather try ... (ou plutôt essayer)
- (Angy) Quoi ?
- (Tom) *soupir* ou ... heuh ... ess ... I know that word ! ... ess- something ... help me
pleaaase ... (je connais ce mot! ... ess-quelque chose ... aide moi, s'il te plaiiiit ...)
- (Angy) essayer?
- (Tom) Ja ... je fais essayer parler franzais ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
littleflo
Fic Juncky x)
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 29
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions] Inki   Sam 28 Avr - 23:28

Au début Tom avait tendance à parler en Anglais car il savait très bien que je le comprenais même si je feignais le contraire. Et c'était aussi plus facile pour lui. Mais petit à petit il abandonna l'Anglais pour le Français et au bout de deux jours son apprentissage commença réellement. J'étais étonnée par lui. Il apprenait à une telle vitesse et avec une telle facilité ! Il faisait des progrès tous les jours. Et j'étais aussi étonnée par le fait qu'il n'était pas du tout comme je l'avais imaginé. Même si il gardait quand même son côté très sûr de lui, il n'était pas du tout dragueur ou chaud lapin. Ni avec moi, ni avec les autres filles. Peut-être qu'on le branchait pas ... peut-être était-ce l'environnement ou bien que sa réputation était surfaite. Mais en tout cas j'étais contente de l'avoir rencontré sous cet aspect ... gentil, compréhensif, calme et marrant. On s'entendait vraiment bien, si bien même qu'il se désintéressait des autres pour passer ses journées avec moi. Bizarrement ça ne me gênait pas. Malgré mon besoin de solitude dû à l'absence de Miya, sa présence à lui ne me dérangeait pas. Au contraire, elle me rendait heureuse et me faisait un peu oublier ma tristesse.
Lio et Mike en était un peu jaloux, je le voyais bien. Mais j'y pouvais rien moi ... on ne contrôle pas ses sentiments, ils ne sont pas sous nos ordres ! Mais j'essayais quand même de passer un peu de temps avec eux le soir ... On se réunissait dans leur chambre comme on l'avait toujours fait auparavant. On discutait et rigolait une bonne partie de la nuit. Même si on n'était que 3, l'ambiance était quand même là. Puis on appelait Miya aussi, on mettait le haut-parleur et c'était un peu comme si elle était là, avec nous. Pendant ce temps Tom était seul dans la chambre. Même si on n'avait jamais parlé de son groupe, il m'avait quand même dit qu'il jouait de la gratte, que c'était sa passion. On ne parlait jamais de Tokio Hotel. Il pensait que je ne connaissais pas ce groupe, que je ne savais pas qui il était vraiment. Et je pense que ça l'arrangeait que je ne « connaisse pas » car il ne devait pas se farcir une hystérique à longueur de journée. Et moi je n'avais jamais abordé le sujet parce que je voulais qu'on garde ce rapport particulier qui nous liait. Je l'aimais beaucoup. Ça peut paraître ridicule de ressentir ça au bout de seulement une semaine, mais c'était ce que je ressentait à son égard ... un amour immense ... pas de l'amour comme celui qu'on éprouve quand on est amoureux de quelqu'un, non. Mais plutôt le même genre d'amour que j'avais pour Miya ... un amour qui dépasse l'amitié ou la fraternité ... C'est à cause de cet amour que je ne voulais pas parler de Tokio Hotel, je ne voulais pas que notre relation change en une relation artiste-fan ! Je voulais que ça reste comme c'était pour toujours ...
Un soir, ou plutôt un matin, je revenais de la chambre de Lio et Mike. En ouvrant la porte je vis Tom étendu sur son lit, le regard vide fixant le plafond. Quand il remarqua ma présence, il se redressa et s'empressa de prendre un bout de papier. Il se mit à aligner des notes au hasard. Il me dit qu'il était en train de réfléchir et qu'il avait trouvé un nouveau morceau. Je me rendais bien compte qu'il mentait parce que non seulement il était incapable de me regarder dans les yeux mais aussi parce que je n'étais pas une novice en musique ! C'était une de mes passions et en jetant un coup d'œil sur son papier, je vis bien qu'il avait mis n'importe quoi ! Je me demandai pourquoi il me mentait. Il n'y avait rien de mal à laisser ses pensées s'évader de temps en temps. Ça m'arrivait aussi, même très souvent ... Je décidai de lui demander pourquoi il s'efforçait à jouer la comédie. Au début il nia tout en bloc, puis finalement il m'avoua qu'en fait il s'emmerdait le soir. D'habitude il sort, fait la fête. Ici il n'y avait rien à faire le soir à part parler ou dormir. Mais il ne voulait pas que je le sache car il savait que je me sentirais obligée de rester avec lui à la place de retrouver Lio et Mike. Alors déjà que je ne les voyais pas en journée, il ne voulait pas non plus que je ne les voie pas le soir. Et comme il restait toujours avec moi, il ne connaissait pas vraiment tous les autres alors il se voyait mal s'incruster dans leurs chambres. Il avait raison pour ma réaction, maintenant je me sentais coupable. Coupable car c'était ma faute si il n'avait pas d'autres amis ici. Coupable de l'avoir séparé de son frère qui lui avait plein d'amis et avec qui il ne passait que très peu de temps. Coupable de l'accaparer la journée et puis de le laisser en plan le soir ... Je lui proposai de se joindre à nous la nuit suivante. D'abord il refusa puis à force de persuasion il céda.
Au début la soirée ne se déroula pas aussi bien que prévu. Il y avait une certaine gêne dans l'air parce que non seulement, même si ils refusaient de l'admettre, Lio et Mike étaient jaloux de l'attention que je portais à Tom. Mais aussi parce que Tom ne les connaissait pas. Je suppose que vous avez compris que les grandes discussions ne furent pas au rendez-vous. De plus, Miya n'était pas joignable ce soir-là, donc on ne pouvait pas compter sur son caractère boute-en-train pour amuser la galerie. Je m'efforçai de mon mieux de détendre l'atmosphère, mais il a bien fallu que je me rende à l'évidence, le soirée avait été un fiasco ... Tom ne se joignit pas à nous le lendemain et je profitai de son absence pour faire comprendre à Mike et Lio mon mécontentement par rapport à la veille. Après avoir un peu râlé, ils me promirent finalement d'essayer que la prochaine fois se passe mieux. Finalement Tom s'intégra petit à petit et au bout d'une semaine, il faisait partie de notre petit clan du soir. J'étais contente qu'il finisse par s'entendre avec Lio et Mike car ils étaient tous les 3 importants pour moi et il était indispensable à mes yeux qu'il y ait une bonne entente entre eux. J'eus l'impression que cette semaine s'était écoulée très vite. Je passais toujours mes journées avec Tom, ça devenait une habitude et on discutait beaucoup. Tellement en fait qu'au bout de la semaine j'avais l'impression de le connaître depuis aussi longtemps que Miya, Lio et Mike. Notre amitié se renforçait de jour en jour. Un jour il me confia qu'il faisait partie d'un groupe extrêmement célèbre en Allemagne. Je feignis de ne pas connaître ce groupe, même si ça me mettait mal à l'aise. On rigola pendant des heures au sujet des anecdotes qu'il avait vécues avec des fans hystériques ... Ma dernière semaine en colo arriva et passa en un éclair !
Ce mois de Juillet fut un des plus beaux moments de ma vie bien qu'il ait passé beaucoup trop vite à mon goût. La date de mon départ approchait à vue d'œil. J'avais espéré que ma mère n'obtienne pas le boulot chez Louis pour pouvoir rallonger ce moment idyllique que je passais avec Tom. Mais la veille de mon départ, elle m'appela. J'étais avec Tom à ce moment-là, en train de préparer ma valise en espérant pouvoir la défaire le soir même. Au moment de l'appel Tom me laissa seule et je discutai longuement avec ma mère. Finalement elle raccrocha au bout d'une demi-heure. Quand Tom revint, j'avais la mine déconfite alors qu'il aurait été logique que je sois aux anges ... ce boulot je le voulais depuis tellement longtemps !

- (Tom) Alors ?
- (Angy) J'ai été prise.
- (Tom) Oh ! ... z'est ... heuh ... z'est cool !
- (Angy) Ouais ... (soupir) ... cool ...
- (Tom) Tou n'es pas heureuze?
- (Angy) Si ... c'est comme un rêve qui se réalise pour moi ...
- (Tom) Alors qu'est-ze que tou as ?
- (Angy) Rien.
- (Tom) Tou ne feux plus partir ?
- (Angy) ...
- (Tom) Je n'ai pas enfie que tou pars ...
- (Angy) Partes !
- (Tom) Hein ?
- (Angy) pas « que tu pars » mais « que tu partes ».
- (Tom) ah, schuldi ... je ne feux pas que tou...
- (Angy) Moi non plus ! Je n'ai pas vraiment envie de partir
- (Tom) Reste alors !
- (Angy) J'peux pas ... tu comprends ?
- (Tom) Hm, ja ... (soupir) ... Tou feux que je ... heuh ... que je t'aide à finir tes falizes ?
- (Angy) Ouais je veux bien. Merci
- (Tom) You're welcome ... Attend ! tou as oublié za ! (de rien ...)
- (Angy) ...

Je fixai d'un air ahuri ce qu'il avait en main ... Merde ! Pourquoi est-ce qu'il tient mon carnet ? Comment j'ai pu l'oublier ?

- (Tom) Heuh ... What's that ? (... qu'est-ce que c'est ?)
- (Angy) C'est, heuh ... un ... un ...

Aucun son ne voulait plus sortir de ma bouche. J'avais une énorme boule en travers de la gorge et mon cerveau semblait déconnecté. Lui n'arrivait pas à croire ce qu'il voyait. Il inspectait la couverture tout en me lançant des regards pleins d'incompréhension. J'étais mal ... très mal. J'avais la tête qui tournait et en voyant ce visage si perdu, mes yeux commencèrent à me piquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
littleflo
Fic Juncky x)
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 29
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions] Inki   Sam 28 Avr - 23:29

- (Tom) Why ? (Pourquoi ?)
- (Angy) ...
- (Tom) Why haven't you tell me that you knew who I am? (pourquoi ne m'as-tu pas dis que tu
savais qui j'étais ?)
- (Angy) Je ...
- (Tom) I don't understand why ! You ... you lied to me ! (Je ne comprends pas pourquoi ! Tu ... tu
m'as menti !)
- (Angy) Nan ! Je ne t'ai pas menti, je ... je t'ai simplement pas dit que ...
- (Tom) It's the same for me ! ... I trusted you ! (C'est la même chose pour moi ! ... Je te faisais
confiance ! )
- (Angy) Je ... I'm sorry, ok ! I only didn't want you to look me as one of these ... these ... une
de ces Poufs Hystériques ! (Je suis désolée, ok ! je voulais simplement que tu ne me considères pas
comme une de ces ... ces ...)
- (Tom) Poufs what ? What does it mean ? (Poufs quoi ? Qu'est-ce que ça veux dire ?)
- (Angy) Listen ... je ne voulais pas que tu saches que je suis une big fan de ton groupe parce
que je voulais être ton amie ... je voulais que tu me considère comme une amie et non
comme une fan, tu vois...
- (Tom) Knowing that you're a fan wouldn't have changed anything between us ! (Savoir que
tu es une fan n'aurait rien changé entre nous !)
- (Angy) J'en suis pas si sure ...
- (Tom) I swear ! ... In my eyes you're my friend before being a fan. (Je te le jure... À mes yeux tu
est mon amie avant d'être une fan.)
- (Angy) J'aurais dû te le dire ... Je suis désolée.
- (Tom) It's forgotten ... Come here. (C'est oublié ... Viens.)

Il me prit dans ses bras, enroulant ceux-ci autour de mes épaules. Je posai les miens autour de sa taille et il resserra son étreinte. Il glissa à mon oreille, dans un doux murmure, un « Entschuldigung» (pardon). On resta comme ça, dans les bras l'un de l'autre, seulement quelques secondes mais elles me parurent une éternité. Dans ses bras, c'était comme si le temps s'était arrêté. Plus rien à part nous n'existait. Toutes mes pensées s'envolaient laissant un esprit vide et serein derrière elles. Une sensation de bien-être m'emplit et m'apaisa. Doucement il desserra son étreinte et recula un peu. Il posa ses mains sur ma taille, son front sur le mien, plongea un bref moment ses yeux dans les miens et me sourit. Il retira ses mains et retourna près de ma valise pour la fermer. Il se dirigea vers la porte et tourna sa tête vers moi. Je ne bougeai pas. Je regardais le sol comme si je ne savais pas ou me mettre. Je m'en voulais encore de ne pas lui avoir dit que je connaissais Tokio Hotel et d'avoir causé notre premier accrochage. Il tendit sa main dans ma direction. Après quelques secondes d'hésitation, je m'approchai de lui et glissai ma main dans la sienne. Il me tira vers lui, me serra à nouveau dans ses bras, déposa un baiser sur ma tempe puis me lança sur un ton désinvolte ...

- (Tom) On fait quoi pour ton ... heuh ...
- (Angy) Letzte Tag ? (dernier jour ?)

Il se mit à rire, me tira pour marcher, en fredonnant cette chanson. On décida de se balader un peu. Ma main n'avait pas quittée la sienne. On se promena comme ça pendant plus d'une heure. Puis ce fut l'heure du déjeuner.
Je profitai de l'après midi comme si ma vie en dépendait ... comme si c'était mon dernier jour à vivre. La soirée se déroula à merveille. Et elle se prolongea ensuite entre moi et Tom dans notre chambre. On discuta encore et encore ne voyant pas le temps passer. Finalement on fit une nuit blanche et ne s'en rendit compte que quand le réveil sonna à 8h00. Je devais partir vers midi ... il ne me restait plus que quatre petites heures à passer avec lui. J'étais extrêmement triste. La matinée fut consacrée aux adieux, échanges de nouveaux numéros et nouvelles adresses, discussions avec chacun de mes amis, ...
Ma mère arriva un peu en avance. Vint alors le moment que j'aime le moins, la séparation. Je fis mes derniers aux revoirs. Quand ce fut au tour de Tom, mon cœur pesait très lourd et les larmes me montaient aux yeux. Je me jetai dans ses bras et on se serra tellement fort que ça tenait du miracle que nos côtes en soient sorties indemnes. Je n'arrivai pas à desserrer mes bras et lui non plus apparemment. Je dus me retenir de toutes mes forces pour ne pas pleurer comme une Madeleine. Ma mère s'approcha de nous et elle posa sa main sur mon épaule.

- (Mère) Angy ... il faut qu'on y aille ... maintenant ...

Je hochai la tête pour lui montrer que j'avais entendu mais je ne voulais pas lâcher Tom. Finalement il fut le premier à desserrer son étreinte et je l'imitai peu de temps après.

- (Tom) Ich werde dich vermissen (tu vas me manquer)
- (Angy) I'll miss you too (tu vas aussi me manquer)

En prononçant ces paroles, deux ou trois larmes que je ne pus retenir, roulèrent le long de mes joues. Tom les essuya avec le revers de sa main, déposa un doux baiser sur une de mes joues puis se dirigea vers la porte d'entrée. Arrivé à celle-ci, il s'arrêta, se tourna vers moi et me fit un signe de la main. Puis il rentra dans le domaine où on avait passé ce magnifique mois de Juillet. Je ne savais pas quand je le reverrais, il ne m'avait pas donné de numéro de téléphone, ni d'adresse e-mail où je pouvais le contacter parce qu'il disait qu'avec ses fans il était obligé de les changer régulièrement.
Le lendemain je commençai mon premier jour de travail. Tout se déroula de travers. Je confondais les titres des albums et les prix, renseignais mal les clients et étais d'une extrême maladresse. Louis tenta tant bien que mal de rattraper le coup à chaque fois mais le proprio s'en rendit quand même compte et décida, au bout de mon 3ème jour, de me virer. Mon rêve de travailler dans ce magasin s'effondrait sous mes yeux. J'étais triste mais en même temps soulagée, plus rien ne me retenait chez moi, je pouvais retourner en colo ! Ma mère était déçue que ça n'ait pas marché au magasin, mais elle accepta que je retourne rejoindre mes amis. Je dus néanmoins attendre la fin de la semaine pour y retourner. Et cette fois-ci, la semaine ne passa pas trop vite mais beaucoup trop lentement ! Je m'occupais comme je pouvais mais la plupart du temps je ne trouvais rien à faire et m'emmerdais.
Le jour J arriva enfin mais un tas d'obstacles se dressèrent devant nous comme si le destin avait décidé de s'acharner contre nous ! D'abord on eut un problème avec notre porte d'entrée. En voulant fermer celle-ci à double tour, ma mère cassa la clé dans la serrure et donc il a fallu appeler le serrurier. Quand celui-ci arriva enfin il nous annonça avec un grand sourire qu'il avait oublié son matériel. Nous fûmes ainsi contraintes à poiroter pendant une heure, le temps qu'il retourne chez lui et revienne. Le problème de la porte réglé, nous pûmes monter dans la voiture et prendre la route. Mais on tomba rapidement dans un énorme embouteillage dans lequel on avançait en moyenne de un mètre par minute. Quand la route fut plus ou moins dégagée, notre voiture décida de nous lâcher. On dut appeler un garagiste pour qu'il nous dépanne. Il nous annonça fièrement qu'il faudrait au moins un jour pour la réparer. Lorsque ces mots sortirent de sa bouche, une envie de meurtre naquit en moi. Si j'avais pu je lui aurais fait bouffer sa casquette à celui-là ! Après avoir rempli moult formulaires, on nous prêta une voiture de rechange. À ce moment-là je pensais que rien de pire ne pouvait plus nous arriver, mais j'avais tort. Afin d'éviter un nouvel embouteillage, ma mère crut sage de prendre un détour par de petites routes mais malheureusement pour nous, on tomba sur des travaux et donc sur les déviations qui vont avec. Et finalement on se perdit. On tourna en rond environ deux heures puis vint ... la ... Panne d'Essence ! Evidemment elle se produisit dans un endroit désert et à des kilomètres d'une station service. Et étant incapables de pousser seules la voiture jusqu'à la station la plus proche, on dut se résoudre à rappeler le garagiste, ce qui le fit bien marrer. Il mit un temps fou à nous retrouver puis nous remorqua jusqu'à une pompe salutaire. Ma mère fit le plein et je lui conseillai aussi de bien vérifier l'huile, l'eau, les pneus, ..., pour être sûr que plus rien ne puisse nous arriver.
Un trajet qui aurait dû nous prendre au maximum trois heures nous prit finalement une journée entière. Quand on arriva enfin au domaine, il faisait nuit et j'étais affamée. Je n'avais rien mangé depuis la veille. Je me précipitai directement aux cuisines pour voir si il restait quelque chose à grignoter. Les autres avaient terminé de dîner il y a longtemps déjà. Après m'être remplie l'estomac de restes, je dis au revoir à ma mère puis elle s'en alla. Je trouvai Bruno pour lui demander où je dormirais, il me conduisit à ma chambre et je m'y installai. Je partageais celle de Miya comme d'habitude. Je remarquai sur sa table de chevet le carnet que j'avais demandé à Lio de lui remettre. Je le feuilletai et ne fus pas surprise d'y découvrir plein d'annotations. C'était une manie chez Miya, elle ne pouvait s'empêcher d'écrire ses pensées et réactions quand elle lisait quelque chose. Au bout de quelques minutes, je décidai d'aller voir du côté de la chambre de Mike et Lio. Je toquai à la porte.

- (Mike) C'est qui ?
- (Angy) Une surprise ...

J'entendis un cri strident, pire que celui que les groupies lâchaient quand Bill remontait son T-shirt pendant « Freunde bleiben » lors de ses concerts. Un cri à vous percer le tympan ... C'était Miya ... Je plaignis ceux qui se trouvait à l'intérieur de la pièce puis ouvris la porte et tombai nez à nez avec Miya. Je n'eus même pas le temps de me remettre de la surprise que j'avais eu en la voyant surgir juste derrière la porte, qu'elle me sauta dessus. Je crus qu'elle allait m'étouffer ! Elle me lâcha tout en criant plusieurs fois mon nom, m'agrippa les mains et se mit à sautiller comme une hystérique. Je ne pus m'empêcher de l'imiter. On avait l'air de deux idiotes ce qui fit rire Lio et Mike et puis nous deux par la même occasion. J'avais beau être habituée aux accueils de Miya, à chaque fois ça me surprenait. Je dis ensuite bonjour aux autres et on passa la soirée à discuter. Celle-ci se prolongea ensuite dans ma chambre avec Miya. On passa la nuit à parler de nos mois de Juillet respectifs. Bien qu'elle m'ait avoué avoir dévoré mon carnet plusieurs fois de suite, elle insista pour que je lui raconte tout de vive voix ce qui nous prit toute la nuit. Vers neuf heures on décida de s'arrêter pour aller prendre notre petit-déjeuner. En entrant dans la cantine, je vis Tom. Il était dos à la porte d'entrée assis avec son frère et quelques amis que Bill s'était fait. Miya s'empressa de faire de grands gestes à ceux qui nous faisaient face pour qu'ils ne disent pas que j'étais revenue. On s'approcha de la table et Miya se rua sur Tom. Elle plaça ses mains devant ses yeux. Le pauvre, il a eu de la chance qu'elle ne lui crève pas un œil !

- (Miya) C'est qui ?
- (Tom) Miya, arrête ...
- (Miya) Chut ! ... Maintenant lève toi !
- (Tom) Zi t'enlevais tes mains de mes yeux ze zerait plus fazile !
- (Miya) Nan ! Mais j'ai une surprise pour toi alors je suis obligée de te cacher les yeux ...
Allez maintenant debout !

Quand Tom eût réussi à se lever, tout en gardant ses mains sur ses yeux, Miya le tourna sur lui-même pour qu'il me fasse face.

- (Miya) Tu veux voir ta surprise ?
- (Tom) Oui ... mais enlèfe tes mains, z'il te plait
- (Miya) J'sais pas si je te montre tout de suite ou si je fais durer le plaisir ...
- (Tom) Tout de zuite ... qu'on en finisse ...
- (Miya) J'hésite encore, tu sais ...
- (Tom) Miya ...
- (Miya) Bon ok ... Tadaaaam ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
littleflo
Fic Juncky x)
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 29
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions] Inki   Sam 28 Avr - 23:30

Les yeux de Tom durent s'habituer à la vive lumière du soleil qu'ils avaient devant eux. Après quelques secondes, il put me voir clairement et poussa un petit cri de joie. Il me prit dans ses bras énergiquement, puis me fit m'asseoir à la table et m'apporta un petit déj'. Je ne m'attendais pas à ce qu'il réagisse comme ça ... aussi vivement. Il était excité comme une pile.
La journée se passa super bien. Comme Miya était là, je n'avais plus ce besoin de solitude et je profitai de la présence de chacun. Il faisait si chaud qu'on décida de se faire une aprèm' piscine-bronzette. S'en suivirent courses, volley, water-polo, jeu de poursuite, ..., dans l'eau. On s'amusait comme des petits fous. On sortit de l'eau pour aller dîner puis on se sépara pour aller dans nos chambres. Je m'empressai de prendre une douche afin d'enlever l'odeur du chlore qui me collait à la peau. Miya fit de même quand j'eus terminé. Ensuite nous nous dirigeâmes vers la chambre de Lio et Mike. Après une dizaine de minutes, Mike proposa de passer la soirée dehors. On décida alors d'aller se baigner dans la piscine. Nos corps flottant dans l'eau, on rigolait et discutait de tout et de rien comme d'habitude. Peu de temps après nous fûmes rejoints par Tom, Bill et un copain à Bill. La version mec de Miya, ce qui donna une ambiance d'hilarité à la soirée.
Le lendemain une sortie cinéma en ville était prévue. Tout le monde était partant sauf les deux jumeaux. Ils avaient un peu peur que des paparazzis les attendent à proximité du domaine. On dut insister pour les convaincre de venir. On marcha jusqu'en ville, le trajet durait plus ou moins vingt minutes à pied. Je discutais avec les jumeaux et Miya. Puis d'un coup Bill ralentit et se retira du groupe. Il marchait seul derrière nous. Apparemment je fus la seule à l'avoir remarqué, Tom et Miya étaient trop pris dans un délire. Je fis de même et le rejoignis.
- (Angy) Ça va ?
- (Bill) Ja
- (Angy) Ah, ok ... Comme t'es parti sans rien dire, je me demandais si ça allait ...
- (Bill) J'afais enfie de .... Heuh ... isoler ... oun peu
- (Angy) D'accord. Bah, si tu veux que je te laisse, dis le moi ...
- (Bill) Nein ! ... heuh ... tou peux ... bleiben ... heuh ...
- (Angy) Rester?
- (Bill) Ja ... rester ... le franzais est ... heuh ... oune trop diffizile... langue pour moi ...
vraiment.
- (Angy) Bah ça va, tu te débrouilles pas mal.
- (Bill) Nein. Je comprends ... beaucoup mais ... heuh ... parler ... je zais ... pas très bien.
Tom, il zait bien ... à cause ... à cause de toi
- (Angy) « grâce à toi ». C'est mieux ... «à cause de », c'est plutôt pour quelque chose de
pas bien
- (Bill) Ok ... Schuldi ... Tom ... heuh ... parle beaucoup ... de toi ... il aime ... heuh, toi ...
beaucoup. Tu es oune très ... heuh ... bonne amie ... pour lui.
- (Angy) C'est réciproque.
- (Bill) Il as de ... heuh ... de la chanze !
- (Tom avec un sourire en coin) On parle de moi izi ... j'ai entendu mon nom ...
- (Angy) Oui ! Bill était en train de me raconter tes nombreuses aventures d'un soir ... (se
tournant vers Bill) Il y en a 25, c'est ça ?
- (Tom) WAS ?

Tom nous regardait avec de grands yeux de merlan frit ce qui déclencha, chez moi et Bill, un fou rire. Quand Tom comprit que c'était une blague, il esquissa un sourire gêné.

- (Tom) Z'est za, rigolez bien vous deux ...
- (Angy) C'était pour rire ... (avec des yeux de chien battu) Tu ne vas quand même pas te
venger, hein ? (rire)
- (Tom avec un sourire narquois) Vous verrez bien ....

On arriva au cinéma. Environ 1h30 plus tard, on sortit. Le film était bof bof mais on s'était bien marré comme des gamins avec le pop-corn. On décida de se balader un peu en ville avant de retourner au domaine. Tom ne pensait qu'à manger et Bill furetait dans les magasins à la recherche d'un nouveau pantalon. Après la séance shopping de notre fashion-victim, on s'acheta une glace et s'assit dans un parc. Deux filles s'approchèrent de nous.

- (fille n°1) Bist du ... heuh ... Bill Kaulitz von ... heuh ... Tokio Hotel ?
- (Bill) Ja
- (fille n°2) heuh ... kannst du ... heuh ... (se tournant vers son amie et chuchotant) ... pssst
comment on dit encore en allemand « faire une photo » ?
- (fille n°1 répondant en chuchotant) je ... heuh ...
- (fille n°2 toujours en chuchotant) Vas-y demande lui, c'est toi qui fais de l'allemand, pas
moi !
- (fille n°1 chuchotant) T'es Folle ! je pourrais jamais ... c'est B-i-l-l !!!
- (fille n°2, commençant à perdre patience) Allez, vas-y !
- (fille n°1) Bill ... heuh ... je ... heuh ... (se tournant vers son amie) J'ose pas, fais le toi !

Ce manège dura encore deux bonnes minutes. Tom dû se tourner dos aux filles pour ne pas éclater de rire et Bill se retenait en s'efforçant de penser à autre chose mais il n'y arriva pas vraiment, ce qui gêna encore plus les deux filles. Finalement je décidai d'arrêter le massacre, les pauvres quand même !

- (Angy) Qu'est-ce que vous voulez les filles ? Je vais leur traduire ...
- (fille n°2) On se demandait si c'était possible de prendre des photos avec les jumeaux ...
- (fille n°1) ... oui, une chacune avec Bill, puis une avec Tom ...
- (fille n°2) ... et aussi une avec les deux ...
- (fille n°1) ... si c'est possible bien sûr ...
- (fille n°2) ... oui, si c'est possible ...
- (fille n°1) ... et aussi des autographes ...
- (Angy) Ok ! (s'adressant aux jumeaux) They want to take pics with you and also
autographe, is that ok for you ? (elles veulent prendre des photos avec vous et aussi des autographes,
vous êtes ok ?)
- (Bill) Ja, ok.
- (Tom, en essayant de ne pas éclater de rire) No problem.

Les photos prises et les autographes signés, les deux filles s'en allèrent et le rire de Tom résonna dans tout le parc.

- (Angy) C'est toujours comme ça ? Avec les fans je veux dire ...
- (Bill) Nein, ça ... heuh ...
- (Tom) Za dépend.
- (Bill) Ja, zont plous .. heuh ... comment dire ?
- (Tom) elles zont moins gênée !
- (Bill) Ja, z'est za ... plous directe !
- (Tom) Elles ne zont du genre à te tirer vers elle et à prendre une photo zans te demander.
- (Bill) Parfois, je me rend ... compte ? ... Ja ... que je dois zourire pour la photo ... heuh ...
après.
- (Tom) Ja, moi aussi. On z'en rend compte alors que la photo à déjà été prize, alors tu
imagines les têtes qu'on a (rire).
- (Bill) Et après z'est ... dans tous les ... magazines.
- (Tom) Trop la honte !

On rentre au domaine pour dîner. Puis direction la chambre de Lio et Mike. Tom nous rejoignit qu'à la fin, accompagné de Bill. Ce dernier ayant estimé avoir passé une bonne soirée se joignit à nous régulièrement par la suite. En journée je passais le temps avec un peu tout le monde mais surtout avec Miya, Bill et Tom. Une vraie complicité naquit entre moi et Bill. Un peu la même que celle que j'avais avec Tom mais pas encore aussi intense.
Le mois d'Août fila encore plus vite que le mois de Juillet et fut plus chargé aussi. On faisait tellement de choses qu'on n'avait pas vraiment le temps de s'ennuyer. Ça allait du « week-end camping » à la « journée kayak » en passant par plusieurs passages au ciné, soirée karaoké, bronzette au bord de la piscine, petite escapade en bateau sur le lac, sortie vélo, concert acoustique improvisé par Tom et Bill, ...
La dernière semaine, on consacra une journée à la « séance photos de vacances », c'était une tradition. On faisait divers clichés : de groupes, individuels, « en plein action », ... Pour que le jour du départ chacun se soit constitué son petit album. J'en fis pleins avec Lio, Mike, Miya et les jumeaux. On jouait les stars défilant sur le podium, c'était bien marrant. Mais en même temps cette journée nous fit prendre conscience que c'était bientôt la fin, que chacun allait retourner chez lui et qu'il faudrait attendre un an pour pouvoir partager de nouveaux moments tous ensemble. Et encore, il y avait certaines personnes, les jumeaux pour ne pas les citer, qu'on n'était pas sûr de revoir un jour ...
Le dernier jour arriva. Je m'assurai que Tom avait bien un numéro où me joindre et il me promit de m'appeler. Il me prit dans ses bras, me fis un gros câlin, déposa un baiser sur mon front et monta dans le van qui l'attendait. Bill ne savait pas trop comment me dire au revoir. Il était moins proche de moi que Tom et se demanda si un câlin était vraiment approprié. Il posa sa main sur mon épaule et me fit la bise. Je ne pus m'empêcher de le prendre dans mes bras ce qui le surprit un peu. On se serra mutuellement pendant quelques secondes puis il alla rejoindre Tom dans le van. Celui-ci démarra, on s'adressa un dernier signe de la main puis ils disparurent. Ma mère arriva environs une heure après. Miya, Lio, Mike et moi montâmes dans la voiture. On déposa Mike à l'aéroport, on attendit avec lui le moment de l'embarquement et nous dîmes au revoir. Ensuite ce fut au tour de Lio, on le ramena chez lui et nous entrâmes un instant sous l'invitation de ses parents. Puis on se dirigea vers la maison, Miya dormait chez moi ce soir-là.

- (Mère) Enfin à la maison ... vous voulez manger quelque chose les filles ?
- (Angy et Miya en cœur) Pizza !
- (Mère) Va pour une pizza alors. J'appelle tout de suite le livreur.
- (Angy) Qu'est-ce qu'on pourrait bien regarder ce soir ?
- (Miya) On a déjà tout vu, non ?
- (Angy) C'est pas grave, une deuxième fois ça ne peut pas faire de mal ... Je sais !
- (Miya) Quoi ?
- (Angy) Schrei Live !
- (Miya) Ce ne sera pas la deuxième mais la deux centième fois alors (rire)
- (Angy) Bah, on s'en lasse pas alors ...
- (Mère) Voilà, c'est commandé. Alors, on regarde quoi ce soir ?
- (Angy avec un énorme sourire) Devine !
- (Mère, comprenant de quoi il s'agissait) C'est pas vrai ... bon ben je vous laisse à votre
concert parce que, moi, il commence à me saouler ... enfin, c'est surtout vous devant ce
concert qui me saoulez ...
- (Miya) On restera calmes ...
- (Angy) Ouais ... c'est vrai
- (Mère) Je vous connais trop bien, les filles !

Je m'empressai de mettre le dvd dans le lecteur. J'avais beau l'avoir vu un nombre incalculable de fois, les premiers « boum boum » produisaient toujours une certaine excitation en moi. Excitation qui s'amplifiait avec le « Jetzt ist unsere Zeit » et qui explosait aux premières notes de « Jung und nicht mehr Jugendfrei ». Miya et moi connaissions le concert par cœur, la moindre langue qui dépasse comme celle de Tom juste avant que Bill chante « wenn du nicht » lors de la première chanson, le moindre sourire, le moindre regard que Bill adressait à Tom et vice-versa, la moindre parole. À chaque fois qu'on regardait ce dvd, l'émotion était la même que la première fois qu'on l'avait vu. Même si on le connaissait par cœur, on était toujours dans un état second pendant, par exemple, le « Shalalalala » de « Beichte » ou quand le T-shirt de Bill remonte lors de « langue unterhosen » de « Freunde bleiben ». Ce n'était pas le genre de réaction « à la pouf pouf » qu'on avait. On ne poussait pas de cris stridents ni ne tombait dans les pommes au moindre mouvement de l'un des jumeaux. Mais on arrêtait tout mouvement, se postait devant l'écran le cœur battant à la chamade, les yeux s'emplissant d'émotions, un sourire se dessinant sur notre visage et une telle envie d'y être s'installant en nous. On ne regarda pas les bonus pour une fois, notre ventre criait trop famine. Comme la pizza avait refroidi, ma mère la passa au four. On se rassasia puis on monta dans ma chambre. On discuta une bonne partie de la nuit puis finalement on s'endormit. Le lendemain on ramena Miya chez elle.
Deux semaines passèrent sans que j'eus de nouvelles de Tom et Bill. J'avais fini par penser qu'ils m'avaient oubliée. Mais un soir le téléphone sonna et j'eus Bill au bout du fil. Il s'excusa de ne pas avoir appelé plus tôt mais il avait été très occupé avec le groupe. Ils devaient préparer leur tournée Européenne. Il me dit qu'ils passeraient dans environ 3 mois en Belgique et qu'il m'enverrait une place avec entrée aux coulisses. J'étais trop contente de l'entendre et aussi de savoir que j'allais aller à leur concert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
littleflo
Fic Juncky x)
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 29
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions] Inki   Sam 28 Avr - 23:34

Durant ces mois d'attente, rien de spectaculaire ne se produisit. Miya entra à l'université en section Droit et moi je ne faisais rien. Je ne m'étais inscrite dans aucune université ou école supérieur. De toute façon ça n'aurait servit à rien car je ne savais pas ce que je voulais faire. Tout ce qui m'importait c'était ma mère, mes amis et la musique. Je ne m'intéressais à rien d'autre. Je décrochai un petit boulot dans un fast-food pour pouvoir aider ma mère financièrement et quand je n'étais pas au boulot, je squattais le magasin de Louis ... je vous l'avais dit, rien de vraiment spectaculaire !
Le jour du concert arriva. Quand Tom avait appelé, quelques jours après Bill, il m'avait dit de passer à la salle vers 11h. En général c'était à cette heure qu'il arrivait pour les répétitions. J'arrivai en avance et fut surprise par le nombre de fans déjà présentes à proximité de la salle. Apparemment la plupart étaient étrangères et ne comprenaient pas le français. Une pensée me traversa l'esprit : « Oh non ! Pas elles, pas les poufs ! ... elles ont pas assez avec les concerts chez elles, il faut aussi qu'elles nous envahissent ! ». J'attendis quand même près d'elles. Quand le van des Tokio Hotel arriva, je crus devenir sourde. Les cris étaient si aigus ! Presque inhumains ! La foule de groupies se rua sur l'engin. Des hommes de la sécurité furent obligés d'intervenir pour pouvoir laisser sortir les membres du groupe de leur voiture. Bill, Tom, Gustav et Georg signèrent des autographes, posèrent pour quelques photos puis entrèrent dans le bâtiment. Peu de temps après, un vigile m'aborda. Pour ne pas éveiller les soupçons, il prétexta qu'il devait m'évacuer parce que je ne me sentais pas bien. Les groupies n'y virent que du feu. Mais en un sens c'est normal, il y a tellement de filles qui s'évanouissent à la vue des jumeaux que ça leur paraissait à la longue comme plutôt banal. J'entrai dans le bâtiment par une sortie de secours puis le vigile m'amena aux loges.

- (Angy) Hi, I'm Angy
- (Georg tout en me faisant la bise) Georg
- (Gustav) And I'm Gustav ... Nice to meet you (ravi de te rencontrer)
- (Angy) Nice to meet you.
- (Georg) So, You are Tom's girl ... rhem ... I mean good friend. (donc Tu es la petite ... rhem ... je
veux dire bonne amie de Tom)
- (Angy) I am ... (c'est moi)
- (Bill en entrant dans la pièce) Angy ! Glad tu see you ! (content de te voir)
- (Angy) Me too. How are you ? (moi aussi, comment vas-tu ?)
- (Bill) Fine ... and you ? (bien ... et toi ?)
- (Angy) Fine, fine ...
- (Tom entrant à son tour) Zalut !
- (Angy) Salut ... (le serrant dans ses bras) Tu m'as manqué tu sais !
- (Tom) Toi aussi !

Gustav se mit à fredonner un air romantique. Tom me lâcha de suite et on se mit à rougir.
J'assistai aux répétition puis fis un peu connaissance avec Gustav et Georg. Ensuite vint le concert. Je me trouvais tout devant, de l'autre côté de la barrière. Je plaignais les filles qui étaient au premier rang, elles étaient littéralement écrasées contre celle-ci. Tom me fit un clin d'œil puis le concert commença. L'ordre des chansons était le même que pendant les concerts qu'ils avaient faits en Allemagne. Ils commencèrent donc avec « Jung und nicht mehr Jugendfrei ». Il y avait une ambiance du tonnerre et même des poggos. Je crus apercevoir qu'ils avaient été déclenchés par des fans belges et françaises exaspérées par les « Tooooom, ich liebe diiiiiiiich » (je t'aime) et les « Biiiiiill, ich will diiiiiir » (je te veux) des Allemandes et autres... je ne sais pas pourquoi mais ça me fit sourire. Quand « Schrei » commença, je remarquai que Bill me fixait. Il me fit un signe de la tête discrètement pour savoir si je voulais être l'heureuse élue qui allait le rejoindre sur scène. Je m'empressai de lui dire non, j'étais trop timide et puis je chante comme une casserole alors ça aurait été la honte ! Bill parut déçu. Le moment venu, il choisit au hasard une fille du premier rang. Il tomba sur une groupie française ... et oui malheureusement il n'y a pas que des groupies allemandes ... Elle se collait bien à lui prétextant ne pas l'entendre quand il lui parlait. Puis au moment de chanter, elle passa son bras derrière lui et n'hésita pas à lui coller la main aux fesses. Bill continua comme si rien ne s'était produit. Il la serra dans ses bras à la fin de la chanson puis il enchaîna avec « Leb' die Sekunde ». Je sentis la rage monter en moi, je ne sais pas pourquoi mais j'avais envie de frapper cette pouf pouf. Je ne supportais pas le comportement qu'elle avait eu avec Bill, vraiment sans gêne ! Je lui lançai un regard méchant quand elle passa devant moi. Bill le remarqua ce qui le fit sourire. Lors de « Freunde bleiben », avant de soulever son T-shirt, il me fit un clin d'oeil. Puis retentirent les cris hystériques. Bill venait de chanter La phrase « langue Unterhosen ». Tous ces cris m'exaspéraient. J'avais envie de crier pour qu'elles arrêtent mais ça n'aurait servi à rien. Ce qui m'énervait le plus c'était que des milliers de fans s'extasient devant un petit bout de chair. Je me rendis compte que j'étais jalouse et que j'éprouvais plus que de l'amitié pour Bill. À la fin du concert, je les rejoignis dans les loges. On discuta de leur performance, des fans, ... Quand ils durent retourner à leur hôtel, Tom me demanda si ça me plairait de faire les quelques dates françaises avec eux. J'étais aux anges. Quand je rentrai chez moi, la première chose que je fis fut de demander l'accord de ma mère. Au début elle se montra réticente. L'idée que j'allais voyager pendant un peu plus d'une semaine, avec 4 garçons adolescents et en plus dans un pays étranger ne l'enchantait pas vraiment. Mais finalement elle céda devant mon enthousiasme. Je m'empressai de téléphoner à l'hôtel pour prévenir Tom et le lendemain matin j'arrivai devant le hall de celui-ci avec mes bagages. J'étais heureuse et excitée comme une puce.
Comme ma présence n'était pas prévue, on devait à chaque hôtel s'arranger pour me trouver un endroit où dormir. Je passais les journées avec les membres du groupe et les soirées aux concerts auxquels j'avais à chaque fois une place privilégiée entre la scène et la barrière derrière laquelle se trouvaient des milliers de fans hystériques. J'étais tellement heureuse de vivre cette expérience. Passer une semaine en tournée avec les Tokio Hotel, c'était le rêve de tellement de personnes et moi j'y avait droit ! Le quatrième jour, ils se produirent à Paris. L'hôtel était archi-complet. On dû improviser et on fit mettre un deuxième lit dans la chambre de Tom qui était la plus grande. Ça ne posait pas vraiment de problème vu que j'avais déjà dormi un mois entier dans la même chambre que lui. De retour à l'hôtel après le concert, on dîna puis comme on était tous vraiment crevés, on monta directement dans les chambres. Bill nous prévint qu'il passerait le lendemain pour nous réveiller parce qu'une longue route nous attendait et il ne fallait pas qu'on soit en retard. Je discutai un peu avec Tom. À un moment il fit une blague et j'éclatai de rire. Son regard se posa droit dans mes yeux et je m'arrêtai net de rire. On se fixa pendant plusieurs secondes sans dire un mot. Son regard était doux, empli de tendresse. Soudain il approcha très doucement son visage du mien. Instinctivement je fermai les yeux et sentis le goût sucré de ses lèvres sur les miennes. Je frissonnai au contact de son piercing. Il déposa un baiser sur mes lèvres puis recula lentement son visage. J'ouvris les yeux ... il me fixait à nouveau, son regard dans le mien, puis il esquissa un sourire auquel je répondis aussitôt. Ensuite la discussion reprit comme si rien ne c'était produit. Sans vraiment s'en rendre compte on s'assoupit...
Peu de temps après le soleil commença à se lever baignant la pièce d'une teinte orangée. Une personne toqua à la porte de notre chambre mais nous étions profondément endormis et aucun de nous deux ne l'entendit. La personne ouvrit discrètement la porte et se figea d'un coup devant le lit, nous fixant moi et Tom endormis et blottis dans les bras l'un de l'autre. Elle sortit d'un pas rapide et referma la porte aussi discrètement qu'elle l'avait ouverte.
Quand je me réveillai, il devait être huit heures. J'avais beau être crevée à cause de mon manque de sommeil dû à ces derniers jours, je n'arrivais plus à dormir. Je décidai de prendre une douche. Ayant fini celle-ci, je m'habillai d'une façon plutôt simple puis commençai à me sécher les cheveux. Tom entra et fixa mon reflet dans le miroir. Quand je le remarquai enfin, il me sourit, s'approcha et s'arrêta juste derrière moi. D'une main il fit glisser les cheveux se trouvant sur mon épaule gauche vers mon épaule droite. Me la découvrant ainsi que ma nuque. Il plaça ses bras autour de ma taille. Déposa un doux baiser sous ma mâchoire. Son piercing froid sur ma peau brûlante me donna un frisson qui me parcourut tout le long de la colonne vertébrale ... je me laissai faire, c'était agréable. Puis il déposa un autre baiser sur ma nuque et termina par un dernier sur mon épaule. Il posa son menton sur celle-ci, resserra son étreinte et me sourit. Notre reflet me fit rougir. Je me dégageai doucement de ses bras et sortit pour lui laisser la salle de bain. Tout en terminant de me sécher les cheveux dans la chambre, je repensai à ce qui venait de se produire et à la nuit dernière. Un sentiment de malaise m'envahit ... certes j'appréciait la tendresse de Tom mais ... je n'étais pas amoureuse de lui ! Un tas de questions me traversèrent l'esprit. « Pourquoi ne l'ai-je pas repoussé ? Comment allais-je lui dire que je ne ressentais pas pour lui ce qu'il pensait ? Comment ne pas le blesser tout en étant honnête avec lui ? Accepterait-il qu'on reste de simples amis alors qu'il venait de me faire comprendre ce qu'il ressentait pour moi ? ... ». Mes pensées furent interrompues par l'arrivée de Bill. Je remarquai qu'il était bizarre ce matin, comme si il était mal à l'aise de me voir.

- (Angy) Ça va ?
- (Bill) Ja ... et toi ?
- (Angy) Ça va.
- (Bill) Tom est ... là ?
- (Angy) Dans la salle de bain.
- (Bill) Hm ... Ton vizage est ... heuh ... fatigué
- (Angy) Je n'ai pas beaucoup dormi cette nuit
- (Bill) Hm ...
- (Angy) On a beaucoup discuté hier ... avec Tom ... On n'a pas vu le temps passer. Quand
on s'est endormi il était très tard ... ou plutôt très tôt.
- (Bill) Vous afez discoutez ?
- (Angy) Ouais ... de tout et de rien, comme d'habitude ... mais comme on est tout les deux
bavards alors on ne voit pas le temps passer (rire)
- (Bill avec un sourire gêné) Ja, je comprends ... Ça va ?
- (Angy) Ouais ...
- (Bill) Tou es ... sûre ?
- (Angy) Oui... pourquoi ?
- (Bill) Je zais pas ... tou as l'air ... préoccoupée
- (Angy) Je suis juste un peu fatigué, t'inquiète .... Et toi tu es sûr que ça va ?
- (Bill)Ja... Za fa!
- (Angy)Toi aussi tu as l'air préoccupé.
- (Bill) Oh, z'est rien ... je n'arrête pas de .... penser à ... un trouc. Za m'énerfe.
- (Angyl) Tu penses à quoi ?
- (Bill) ...
- (Angy) Sorry, je suis trop curieuse ... ce ne sont pas mes affaires
- (Bill) Je penses à un trouc ... que je ... j'ai fu ze matin ... dans oune chambre.
- (Angy) Ah, ouais ?
- (Bill) Ja, et ... za ma fait ... bizarre, z'est tout ... j'arrife pas à ... enlefer cette ... heuh ...
image de ma ... tête.
- (Angy) Si tu veux en parler ...
- (Bill) En fait ... za te ... heuh ... conzerne ...
- (Angy) Moi ?
- (Bill) Ja ... und Tom auch ... (et Tom aussi)
- (Angy) Tu m'intrigues là ...
- (Bill) J'ai fu ... fous deux ... quand fous dormiez ... dans les bras de ... l'autre ... et ... dans
le ... même ... lit...
- (Angy) Ah, c'est ça ... Tu m'as fait peur pendant un instant ... je te l'ai dit, on a beaucoup
parlé et puis on s'est endormi. C'est tout
- (Bill) Z'est tout ?
- (Angy, surprise par la question de Bill) Oui ... C'est tout !
- (Bill) T'es zoure ?
- (Angy) Ouuui ... il ne s'est rien passé d'autre. Mais où tu veux en venir ?
- (Bill) Tou caches quelque choze ...
- (Angy) je ne te cache rien !
- (Bill) Arrête, za ze foit ... quand tou ... mens ...
- (Angy) Hein ? ... je ... okeeey, il m'a embrassé, mais pas un de ces baisers langoureux et
passionné, juste un petit bisou de rien du tout.
- (Bill) Hm ... Et z'est tout ?
- (Angy) Heuh ... oui
- (Bill) Angyyy !?
- (Angy) Ce matin, il m'a ... pris dans ces bras et ... heuh ... il m'a fait des bisous dans la
nuque ... t'es content ? Ça te vas ?
- (Bill) Hm, t'énerfe pas ! ... Il est ... je crois ... amoureux
- (Angy) Je sais, j'avais compris ...
- (Bill) Et ... heuh ... toi ?
- (Angy) Non ... En fait je sais pas ...
- (Bill) Hein ?
- (Angy) Je l'aime énooormément mais ... pas de cette façon ?
- (Bill) I don't catch what you mean ... (je ne saisis pas ce que tu veux dire ...)
- (Angy) C'est plus qu'un ami mais ... je ne suis pas amoureuse ... de lui ...
- (Bill) De ... heuh ... quelqu'un d'autre ?
- (Angy) Oui ... je crois ...
- (Bill) Et ... comment tou fa .... le dire à Tom ?
- (Angy) Je ne sais pas ... j'ai peur de le blesser.
- (Bill) Hm ... et l'autre perzonne, ... zelle que tou ... aimes ... elle est ... heuh ... au courant
de tes ... zentiments ?
- (Angy) J'en sais rien ... je ne pense pas
- (Bill) Tou fa lui dire ?
- (Angy) je ne pense pas ... c'est compliqué
- (Bill) Compliqué ?
- (Angy) Oui ... même très compliqué. Je crois que si je lui dis ça va créer des problèmes ...
- (Bill) Des problèmes ? Comment ?
- (Angy) J'ai peur que Tom réagisse mal.
- (Bill) Hm ... z'est frais que za pourrait arrifer... Mais zi tou feux être avec ... oun autre
garzon, ze n'est pas ... heuh ... zon problème !
- (Angy) Même si ça concerne son meilleur ami ?
- (Bill) Meilleur ami ? ... mais ... z'est moi zon meilleur ami !

Je levai les yeux sur lui. Mon regard se déposa dans ses yeux interrogateurs... Mon dieu ! Qu'est-ce que je venais de lui dire ... J'étais paniquée, je détournai le regard gênée.

- (Angy) ... Ah oui, c'est vrai. J'avais oublié ...
- (Bill) Hein ?

Pourvu qu'il n'ait pas compris ! Pourquoi lui avoir parlé de meilleur ami... j'étais trop stupide ! Il faut absolument terminer cette discussion sinon je vais encore sortir une connerie. Surtout s'il continue à me fixer comme ça ...

- (Angy) Bon c'est pas tout mais moi j'ai faim alors je te laisse ...
- (Bill) Mais ... attends ... Scheisse !
- (Tom en sortant de la salle de bains) ah, 'Tag Bill !
- (Bill) Hi !
- (Tom) Où est Angy ?
- (Bill) Warum sprichst du französisch ? (Pourquoi parles-tu en français ?)
- (Tom) Weil du dich üben musst ! (Parce qu'il faut que tu t'exerces !)
- (Bill) Hm ... ok
- (Tom) So, où est Angy ?
- (Bill) Elle est ... partie ... elle afait faim.
- (Tom) Ok !
- (Bill) Du ... heuh, schuldi ... tou est de ... heuh ... bonne humeur ce ... matin
- (Tom) Ouais, je zuis zuper heureux.
- (Bill) Ah bon ?
- (Tom) Ouuuuiiii
- (Bill) Tou es ... bizarre !
- (Tom) Bill ...
- (Bill) Was ?
- (Tom) J'afais jamais ... ressenti za afant ... je crois que ... je zuis amoureux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
littleflo
Fic Juncky x)
avatar

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 29
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: [Fictions] Inki   Sam 28 Avr - 23:35

Quand les jumeaux descendirent pour prendre leur petit déjeuner, je remarquai que Bill n'avait pas l'air dans son assiette. Il resta silencieux et grognon pendant tout le repas. Le soir, après le concert, Georg proposa de sortir en boîte. Tom était partant mais c'était le seul. Moi je n'aimais vraiment pas les boîtes. La techno et la dance, c'était tout sauf de la musique pour moi et ça avait le don de m'énerver. Gustav n'avait pas envie de sortir ce soir-là et Bill non plus. On resta donc à trois à l'hôtel et on rigola beaucoup pendant la soirée ... Vers 2h00 du mat', Georg et Tom furent de retour. Ils chantaient comme des cons tout en se soutenant mutuellement. Ils étaient complètement bourrés. Bill les rejoignit dans le hall d'entrée, Georg et Tom étaient en train de rigoler au sujet des filles qu'ils avaient draguées plus tôt. Georg monta directement dans sa chambre. Quand Tom voulu faire de même, Bill l'en empêcha et l'amena dans une pièce près du salon où Gustav et moi étions restés.

- (Tom) Was willst du ? (Qu'est-ce que tu veux ?)
- (Bill) Du bist vollständig betrunken ... (T'es complètement bourré ...)
- (Tom) Und so ? (Et alors ?)
- (Bill) Hast du dich an diesem Abend gut vergnügt ? (Tu t'es bien amusé ce soir ?)
- (Tom) Ja ... Er waren dort sehr hübsche Mädchen... (Oui ... il y avait des filles super jolies ...)
- (Bill) Du hast zu gehen deinen Abend aufreißen ?! (T'as passé la nuit à draguer ?!)
- (Tom) Ja ... Warum? (Oui ... pourquoi ?)
- (Bill) Hast du an Angy gedacht ? Ich dachte, daß du verliebt warst... (T'as penser à Angy ?) Je
pensais que t'étais amoureux ...)
- (Tom) Ja ... Ich liebe sie. Aber ich kann mich auch vergnügen ! (Oui ... je l'aime. Mais je peux
quand même m'amuser !)

La porte de la pièce n'était pas bien fermée, ce qui faisait que Gustav et moi entendions tout. Je n'étais pas une lumière en allemand mais je compris plus ou moins ce que les jumeaux disaient. Gustav me regardait avec de grands yeux ce qui me mit extrêmement mal à l'aise ...

- (Bill) Wie kannst du das sagen ? ( Comment peux-tu dire ça ?)
- (Tom) Rege dich nicht auf ! ... Das ist nicht ernst... (T'énerve pas! ... C'est pas grave ...)
- (Bill) Was ?! (Quoi ?!)
- (Tom) Ich habe einfach ein Paar Mädchen angemacht, nichts anders ! (J'ai juste dragué
quelques filles, rien d'autre !)
- (Bill imitant son frère) «Nichts anders» ... (en s'énervant) Wie kannst du das sagen ?!
(«Rien d'autre » ... Comment peux-tu dire ça ?!)

On entendit un bruit sourd ... Apparemment quelque chose venait de tomber ...

- (Tom en criant) Du bist verrückt !!! (T'es fou !!!)
- (Bill) Du hast kein Recht, sie so zu behandeln ! (Tu n'as pas le droit de la traiter comme
ça !)
- (Tom) Du bist blöd ?! (T'es con ?!)
- (Bill) DU bist blöd ! Du sagst dass du sie liebst, dann wirst du den Idioten mit anderen
Mädchen machen ! (TU es con ! Tu te dis amoureux d'elle puis tu vas faire le con avec d'autres filles.)
- (Tom) Nein ! ... Und das ist dein Problem nicht. (Nan ! ... Et puis c'est pas ton problème.)
- (Bill) Das IST mein Problem ! (C'EST mon problème !)
- (Tom) Hein, was ?
- (Bill) Ich ... heuh ... Das ist eine gute Freundin und ich wünsche nicht, daß du sie wie als
Scheiße. (Je ... heuh ... C'est une bonne amie et je ne veux pas que tu la traites comme de la merde.)
- (Tom) Bist du eifersüchtig ? ... oh ! ... Ich habe verstanden... (T'es jaloux ou quoi ? ... oh ! ... J'ai
compris)
- (Bill) Schweige ! (La ferme !)

Là c'était sûr, Tom se prit un coup en pleine figure. On les entendit se battre. Finalement Gustav décida d'intervenir pour les séparer. Tom monta furieux dans sa chambre. Bill resta planté là en nous regardant d'un air ahuri. Apparemment il venait de se rendre compte qu'on avait tout entendu pendant qu'il se disputait avec Tom. Il ne savait plus où se mettre. Gustav nous laissa, prétextant qu'il était fatigué.

- (Bill) Du ... Tou as entendu ?
- (Angy) Quoi ? Votre dispute ? ... Je crois que tout le quartier l'a entendue !
- (Bill) Scheisse !
- (Angy) Pourquoi t'es-tu emporté comme ça ?
- (Bill) Je zais pas ...
- (Angy) T'es sûr ? ... Tu sais je m'en fous qu'il drague des filles en boîte ... Ça m'arrange
en fait, tu sais !
- (Bill) Je zais ... Mais je comprend pas
- (Angy) Qu'est-ce que tu ne comprends pas ?
- (Bill) D'abord il dit ... qu'il est ... amoureux ... et puis ...
- (Angy) Bah tu sais, c'est ça les rock-stars (rire)
- (Bill) Hm ...
- (Angy) T'en fais pas ... vous vous êtes disputés mais demain est un autre jour ...

Quand j'entrai dans la chambre, Tom dormait déjà. Je me couchai. Le lendemain, la bonne humeur n'était pas vraiment au rendez-vous. Georg avait la gueule de bois, Gustav râlait parce qu'il avait perdu son portable et les jumeaux ne s'adressaient plus la parole. Je convainquis Bill d'aller voir Tom et de s'excuser. Mais ce ne fut pas une très bonne idée. Tom lui reprocha de l'avoir frappé et aussi de s'intéresser toujours aux même filles que lui. D'habitude, ils laissaient la fille choisir mais cette fois-ci ... Tom était vraiment amoureux ! Ce qui me rendait encore plus mal ... C'était quasi impossible de lui dire que je n'étais pas amoureuse de lui sans le blesser. J'y réfléchis toute la journée et la situation ne s'améliorant pas, je décidai de rentrer chez moi le lendemain. Après tout, c'était ma faute si il y avait des tensions entre eux ... enfin, c'est ce que je pensais. Je me disais que si je partais, n'en choisissant du coup aucun des deux, tout s'arrangerait. Je réservai un ticket pour le TGV de 10h00 le lendemain. Je prévins Bill que je partais. Il était déçu mais accepta ma décision. Il ne tenta pas de m'en dissuader mais me dit juste que j'allais lui manquer. Par contre je ne savais pas comment le dire à Tom. Finalement Bill s'en chargea à ma place ce qui déclencha encore une dispute entre les deux jumeaux, chacun reprochant la raison de mon départ à l'autre. Tom vint me parler ...

- (Tom) So ... Tu pars ...
- (Angy) Oui
- (Tom) À cauze de moi ?
- (Angy) Pas seulement ...
- (Tom) Tu ne m'aimes ... pas
- (Angy) ...
- (Tom) Enfin ... je feux dire que tu n'est pas amoureuze de moi.
- (Angy) Tom je suis désolée ...
- (Tom) Nein ... Faut pas ... z'est pas ta faute, on ne ... contrôle pas ... zes zentiments !
- (Angy) Hm ...
- (Tom) Tu aimes quelqu'un d'autre ?
- (Angy) ...
- (Tom) Tu peux me le dire, tu zais !
- (Angy) Oui ... j'aime quelqu'un d'autre ...
- (Tom) Je le connais ?
- (Angy) Oui ...
- (Tom) Bien ?
- (Angy) Oui ... même très bien ...
- (Tom) Hm, je m'en doutais ... il fait partie du groupe, n'est-ze pas ?
- (Angy) Oui ...
- (Tom) Ce n'est pas Georg, n'est-ce pas ?
- (Angy) Non ...
- (Tom) Ni Gustav ... j'en zuis zûr ... il ne rezte plus que Bill alors, z'est lui ?
- (Angy) ... Oui ...
- (Tom) Et z'est pour za que tu pars ?
- (Angy) Tom, je ne veux pas que vous vous disputiez à cause de moi et ... je ne veux pas te
faire souffrir, alors si je reste ça ...
- (Tom) Je ne feux pas que tu partes ! Même si je dois après de voir tous les jours avec
Bill ... je m'habituerai, tu zais !
- (Angy) Je crois qu'il vaut mieux que je parte quand même ...

Une larme coula le long de ma joue. Tom me prit dans ses bras et se mit à pleurer aussi. Cette nuit-là je n'arrivais pas à dormir. Le lendemain, je descendis prendre mon petit déj', dis au revoir à Tom, Georg et Gustav puis me dirigeai vers la voiture qui devait m'amener à la gare. Bill n'était pas encore descendu mais je devais partir sinon j'allais arriver en retard. Soudain la voiture s'arrêta et la portière s'ouvra. Bill monta dans la voiture. Je le regardai d'un air étonné et il me sourit. On n'échangea pas un mot dans la voiture. Arrivés à la gare, je pris la direction du quai où se trouvait mon train. Il était déjà là. Bill me suivit jusqu'au quai.

- (Angy) Pourquoi t'es venu jusqu'ici ?
- (Bill) Je n'allais pas te laisser partir ... zans te dire ... au revoir

Je lui souris. On discuta un peu sur le quai puis vint le moment où je devais monté dans le train.

- (Bill) Tu fas me manqué.
- (Angy, au bord des larmes) Toi aussi !
- (Bill) Je ne feux pas que tu pars ...

Je me mis à rire, Bill ne comprenait pas. Sa dernière phrase me fit penser à Tom, à ce qu'il m'avait dit fin Juillet quand j'avais quitté la colo. Il avait fait la même faute que Bill maintenant ...

- (Angy) « que tu partes » !
- (Bill) Hein ?
- (Angy) nan, laisse tomber. Faut que j'y aille
- (Bill) Reste ! ... z'il te plait ...

Je m'apprêtai à monter dans le train lorsqu'il m'agrippa le bras. Il s'approcha de moi, baissa la tête et déposa ses lèvres sur les miennes.

- (Bill) Ich liebe dich ... tu zais !

Je ne pus m'empêcher de lui sauter au cou. On s'embrassa langoureusement. Les autres voyageurs nous regardaient bizarrement mais on s'en foutait. Je ne peux dire pendant combien de temps on resta l'un collé à l'autre mais ce fut assez longtemps pour que le train parte sans moi.

- (Bill) Z'est trop tard pour ... partir ... maintenant.

On ria ensemble et se dirigea vers le van.
Ensuite tout s'enchaîna rapidement. Je terminai les dates françaises avec le groupe puis rentrai chez moi. Bill m'appelait tous les soirs, j'étais la fille la plus heureuse du monde. Mais très vite une ombre s'ajouta au tableau. Quelqu'un avait eu la mauvaise idée de prendre des photos de nous à la gare. Elles ne mirent pas longtemps à apparaître dans tous les magazines. De plus en plus de filles commençaient à me reconnaître dans la rue. Les insultes et menaces commencèrent à apparaître. Heureusement que je n'habitais pas en Allemagne, sinon je n'aurais pas donné cher de ma peau ! Bill annonça officiellement que j'étais sa petite amie et qu'au moindre problème avec une fan, il n'hésiterait pas à employer les grands moyens pour qu'on me laisse tranquille. À partir de ce moment, je participai à toutes sortes de galas, remises d'oscars, afterparty, ... Je faisais désormais partie du monde people sans vraiment le vouloir. Je déménageai en Allemagne avec ma mère, pour être plus près de lui ... ne pas le voir pendant des mois me rendait trop triste ... Je m'étais préparée aux réactions des groupies. Je trouvai un travail dans un magasin de musique et ma vie se déroulait plutôt de façon calme. Dans la rue la plupart du temps on me reconnaissait mais ça ne me dérangeait pas car en général on me laissait tranquille ...
Aujourd'hui, je vais me rendre à mon travail comme d'habitude en passant par le grand parc qui se trouve près de chez moi. Bill est en tournée pour encore deux semaines ... c'est long deux semaines, mais bon ... après je l'aurai pour moi toute seule pour un bout de temps. Je sortis de chez moi quand soudain ...

- Hey, salut Angy !
- Salut ....

Moi c'est Angy. Contrairement à ce que tout le monde pense, dans mon cas ce n'est pas le diminutif d'Angela ou d'un autre dérivé du genre. Mais celui d'Angeni ! C'est un prénom natif américain qui signifie « esprit » ... Je me demande pourquoi je vous raconte cela ... On va dire que c'était la minute « culture générale » de la journée ... Non, en fait, à bien y réfléchir, je sais pourquoi. C'est pour insister sur le fait que je ne suis pas comme les autres, je suis différente et surtout que les apparences sont trompeuses ! Par exemple, la plupart des gens pensent sincèrement que je m'appelle Angela simplement parce que mon diminutif est Angy or mon nom est Angeni !
Vous devez sûrement vous dire : « Mais pourquoi est-ce que je lis ce truc ? Cette fille raconte n'importe quoi ! Qu'est-ce que j'en ai à foutre qu'elle s'appelle Angeni, Angela ou Marie-Jeanne ! ». Je comprends très bien cette réaction mais ne dit-on pas que les premières pages d'un livre sont souvent les plus longues et inintéressantes ? Je n'échappe pas à la règle ....
Bon, revenons au sujet. Pourquoi dis-je que je suis différente des autres ? Ben tout simplement parce que quand je marche dans la rue, la plupart des gens me reconnaissent. Des gens que je ne connais pas, que je n'ai jamais vus de ma vie. Des inconnus ! De leur part j'ai soit droit à un bonjour amical, même parfois hystérique, soit à ....

- Regarde un peu qui voilà !
- Mais c'est Madame la Princesse Angela

Angela .... Vous voyez !

- pff ... Je ne vois pas ce qu'il lui trouve ... Franchement je la trouve pathétique !
- En plus elle est trop moche ... Regarde comment elle est fringuée ...

... soit à cette réaction. La jalousie. C'est le sentiment que tellement de jeunes filles éprouvent à mon égard. Pourquoi ? Je viens de vous l'expliquer ...


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fictions] Inki   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fictions] Inki
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Glenn Gould, au-delà du temps" (2006)
» [Série d'OS] Ou comment Bill et Tom faisaient chier le monde.
» [130203] B1A4 Jinyoung Sandeul Baro @ tvN “3 Idiots”
» [Topic Unique] Zayn et Perrie Edwards (Couple)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fics Juncky's World :: Le Manoir :: Rez-de-chaussée :: La bibliothèque :: Le coin des fics-
Sauter vers: